Some Colours of the Law | Werner Gephart

Werner Gephart, Some Colours of the Law. Images and Interpretations, Klostermann, coll. “Recht als Kultur”, 2017, 220 p.

Compte rendu par Valérie Hayaert (Institut des hautes études sur la justice)

Cet élégant ouvrage, paru chez Vittorio Klostermann dans la collection instituée par le Käte Hamburger Kolleg « Law as Culture » de l’Université de Bonn, retrace, chemin faisant, les déambulations nées autour de 62 images créées par l’artiste Werner Gephart, au gré de toute une palette d’heureux concours, de transgressions audacieuses et de réflexions/reflets au prisme de l’actualité de la recherche en sciences sociales mais aussi de l’Histoire universelle. Le champ  est immense. L’œuvre diversifié de Werner Gephart, ce maître de la polyvalence, se prête dans un second temps à un éventail d’interprétations, de codicilles et remarques, eux-mêmes générés par la première strate de commentaires de l’artiste sur son œuvre.

À la suite d’une exposition qui s’est tenue au Dickson Poon School of Law du King’s College de Londres, en 2016/2017, l’ouvrage dévoile toute l’étendue des conquêtes d’  « un artiste de la raison juridique »1 .

En guise de préface, David Nelken rappelle les conditions de réalisation de ce projet à nul autre pareil. Chaque pièce est au sens propre un élément d’un genre nouveau, proche des parerga : le motif devient accessoire et la marge devient le centre-même du sujet à traiter. Schopenhauer et bien d’autres reprendront cette méthode de décentrement salutaire, pour revenir aux sources de la création.

Le sujet du tableau, le grand homme (Weber comme autoportrait rêvé, Durkheim comme compagnon de route, Kantorowicz comme effigie numineuse) ou bien la figure mythique (Europe, Dame Justice, mais aussi Actéon ou Hygie) est déplacé pour être réinséré dans un nouveau paysage, ou encore dans un espace-temps qui sert de projection imaginaire à une rencontre dont on sait par ailleurs qu’elle ne s’est jamais produite.

Aussi l’œil du peintre imagine-t-il un au-delà de l’Histoire des hommes illustres, l’envers et l’endroit d’une galerie de portraits, celle des sages, d’une ronde de figures tutélaires qui prend le contrepied des hiérarchies académiques sclérosées. Portraits en pied, face-à-face solennels et visages marmoréens s’en trouvent chamboulés, revisités, réinventés.

Babylonian Production of Normativity in Europe

Werner Gephart, “Babylonian Production of Normativity in Europe” (with the help of Pieter Bruegel), 2016

L’œil familier des généalogies d’hommes illustres qui habitent nos palais de justice s’en trouve dérouté, désorienté, voire dépossédé. Il ne s’agit donc pas d’illustrer un panthéon d’hommes ou de femmes assis en chaires mais plutôt d’imaginer la généalogie fictive de ceux qui ont fait un pas de côté. L’image reprend ses droits. Les objets surtout. Dans le tableau intitulé Babylonian production of normativity in europe (2016), la Montgolfière qui s’éloigne dans un entrechat, Union Jack au pavois, indice d’une sécession funeste, est d’abord un calembour visuel : Montgol-fière, telle est Brittania s’élevant, pour prendre aussitôt la fuite. Elle est le pendant ironique de cette nouvelle tour de Babel brueghelienne qu’est le siège de la Commission européenne à Bruxelles (bâtiment Berlaymont). De calembour en citation, de décalage en retournement, l’artiste retourne le palimpseste de toutes nos erreurs humaines, sans qu’il soit possible de déterminer d’où vient ce cercle vicieux : l’inflation des normes juridiques hors-sol, ou bien l’absence de fondations, de racines, de l’humus nécessaire au bien commun. La tour sitôt construite, sitôt détruite, est le symbole de notre être à l’Europe, tandis que le coin inférieur droit abrite le profil de Max Weber, vêtu à la Léoparde, autre calembour esthétique sur le nom de l’artiste et son animal totémique, qui indique le point de vue construit par l’artiste et donc la place du spectateur.

Les deux premiers tableaux, mode d’emploi de tous les autres, instituent une galerie de collages qui questionne notre être au monde, pris en tenailles entre jungle et culture, aspiration à la construction européenne et nostalgie de la fin d’une ère.

Werner Gephart, “Brexit and its Spectators as Seen from the Jungle of Brussels”, 2016.

La jungle peinte dans le tableau intitulé Brexit and its Spectators as Seen from the Jungle of Brussels (2016) ressemble à celle du peintre le Douanier Rousseau mais la silhouette ombrée des créatures d’avant la Chute a été substituée au regard frontal, arcades sourcilières plissées, de Max Weber.      

Les cinq croix rose pâle qui apparaissent, ténues, sous l’étendard victorieux de l’Angleterre ont triomphé du Royaume-Uni, et les cinq huttes esquissées plus bas indiquent qu’une nation a éteint les germes de révolte des quatre autres. Une beauté nue (nuda veritas ?), yeux voilés de bleu, signale peut-être par sa cécité involontaire que le nom même d’Europe, Evropi, de la même famille que l’euvruptokos (celui dont le regard porte loin) porte désormais le voile comme ambivalence constitutive de son être rétréci.

Il va sans dire que chacune des images de cette collection reproduite dans le corps de ce mince ouvrage pourrait se prêter à d’infinies digressions. Et pourtant, chacune de ces images sidère par sa force de frappe. C’est là leur puissance symbolique.

La seconde partie de l’ouvrage s’ouvre aux buissonnements des commentaires. Les clefs de l’interprétation foisonnent : tour à tour missionnaire, artiste de la raison juridique, glossateur des normes, anthropologue du geste, iconologue décalé, rêveur de l’au-delà de l’image, iconoclaste de Dame Justice, toréador avec Durkheim, penseur et théoricien du geste pictural, nouveau visiocrate, témoin de la colorandi causa2 ,apôtre de la Volonté de la Forme, admirateur du Derrida-calligraphe, chef de file du regard sociologique, les différentes facettes de l’artiste polygraphe se reflètent les unes aux autres, sans qu’il soit jamais possible d’arrêter le procès de peindre, d’observer ou de parapher.

Comment alors toucher du doigt l’originalité de ces multiples détours ?

Weber and the four inns of court, 2016

Werner Gephart, “Weber and the four inns of court”, 2016

Premier point, la mise en abyme cherche toujours à suivre sa pente. L’effet spéculaire est toujours un digeste, une création emblématique au sens que les juristes humanistes donnaient au terme grec emblema. J’en veux pour preuve le nouveau blason calqué sur celui des Inns of Court, inventé pour le tableau  Weber and the Four Inns of Court  (2016), qui s’offre comme un éloge parodique de la tradition héraldique, à rebours des blasons thuriféraires de la voie académique classique. Le profil héraldique de Max Weber, tout à tour affronté ou bien inversé s’est surimposé au champ du blason quadripartite de la vénérable institution britannique. Les vieilles marottes d’hier (ce lexique héraldique n’était destiné qu’aux happy few) ne parlent plus. Adoptons, semble indiquer Werner Gephart, un nouvel insigne pour notre jeune institution : le profil héraldique de Max Weber à la Léoparde est devenu la figure de proue d’un nouveau regard, celui qui, congédiant les partages ruineux entre disciplines, sert de fer de lance à un nouvel humanisme de combat. Curieuse alchimie que cet emblème, indice et marque de fabrique d’un horizon inédit, prophète d’un nouvel élan, celui d’un paysage académique rêvé.

Ce bel ouvrage invite à cheminer aux côtés de Werner Gephart, l’euvruptokos comme disait Hérodote, l’artiste dont le regard porte loin.

 

  1. Louis Assier-Andrieu, « Werner Gepahrt, artiste de la raison juridique – Le chemin du nœud papillon rose », in Werner Gephart, Some Colours of the Law. Images and Interpretations, Klostermann, coll; “Recht als Kultur”, 2017, p.99-106. []
  2. Grischka Petri, « Colorandi causa ; or Convictions of Colour » in Werner Gephart, Some Colours of the Law. Images and Interpretations, Klostermann, coll; “Recht als Kultur”, 2017, p.167-172 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.