“Repenser le droit” vu par J. Commaille, J.-G. Belley et P. Noreau

À l’occasion de la parution de l’ouvrage consacré aux travaux d’André-Jean Arnaud, “Repenser le droit”, Jacques Commaille, Jean-Guy Belley et Pierre Noreau, 3 des contributeurs, ont accepté de nous en dire plus…

 

En savoir plus sur l’ouvrage

 

 

 

 


Entretien avec Jacques Commaille (Institut des Sciences sociales du Politique (ENS Paris-Saclay/Université Paris Nanterre/CNRS)

Comment avez-vous travaillé pour coordonner cet ouvrage d’hommage à André-Jean Arnaud ? Comment avez-vous choisi les auteurs, dessiné les thèmes et les chapitres ?

Au départ de ce projet éditorial, Wanda Capeller et Laure Ortiz, co-directrices de l’ouvrage avec moi, ont pris l’initiative de constituer un comité scientifique composé de collègues, français et étrangers, proches d’André-Jean Arnaud et très au fait de ses différentes activités et des multiples facettes de son œuvre. C’est avec ce souci de rendre compte de la richesse de ce que nous a laissé André-Jean Arnaud que les contributeurs à l’ouvrage ont été choisis. Outre ce souci d’une restitution à la mesure de cette richesse, comme cela est rappelé dans l’introduction de l’ouvrage, le projet éditorial était inspiré par la volonté non pas seulement de célébrer ce que fut André-jean Arnaud mais de mettre en valeur ce que son œuvre apporte au présent et à l’avenir de la connaissance.

À vos yeux, comment cet ouvrage se positionne-t-il dans la sociologie et la théorie du droit actuelles ?

André-Jean Arnaud était d’abord un juriste, un historien et un théoricien du droit internationalement reconnu. L’exceptionnelle originalité de son œuvre tient certainement au fait qu’il a su dépasser le fossé établi entre ce qui relève de ce qu’on appelle les « sciences du droit », sa formation initiale, et les sciences sociales, particulièrement la sociologie du droit. Sa rupture avec l’imposition d’un objet pré-construit comme l’est souvent le droit dans les recherches dont il fait l’objet, son souci de dévoiler ce qui est caché dans le droit, tout ce qui est l’expression d’une rupture épistémologique avec les représentations sociales dominantes du droit ne pouvaient que conduire à l’évidence d’une recherche sur le droit libérée des cloisonnements dont elle fait particulièrement l’objet.

L’ouvrage est intitulé Repenser le droit. Quelles pistes nouvelles ouvre-t-il dans cette perspective ?

L’originalité du contenu de l’œuvre d’André-Jean Arnaud est indissociable de l’originalité de son positionnement. Si le choix du titre de l’ouvrage Repenser le droit a été fait, c’est avec l’idée que la certitude qu’il avait que la vérité du droit ne dépendait pas seulement d’une transversalisation des savoirs mais également d’une autre conception de l’organisation de la production de connaissance sur le droit. De façon parallèle à la conscience qu’on peut avoir parfois des dérives de l’institutionnalisation et de la professionnalisation de la recherche, le respect qu’il accordait aux grands maîtres (Michel Villey, Jean Carbonnier…) n’était pas incompatible avec une grande méfiance à l’égard des institutions académiques, particulièrement des facultés de droit, et du risque qu’elles portaient à ses yeux d’un trop grand enfermement de la connaissance. C’est à côté qu’il va créer une revue, des collections d’ouvrage, des dictionnaires, des espaces d’échanges qu’il va être le concepteur d’un institut international de sociologie du droit, qu’il va occuper une Chaire UNESCO. C’est dans ce cadre qu’il développera une connaissance nécessairement pluridisciplinaire et visant à un universalisme nouveau au regard d’un contexte historique comportant de nouveaux défis pour l’avenir des sociétés où, comme en avaient la certitude les grands penseurs qui l’avaient précédé, le droit occupe une place stratégique, notamment face au défi démocratique. Pour revenir à la première question, c’est bien ce que l’économie générale de l’ouvrage Repenser le droit, sa structuration a pour objectif de restituer.          


Entretien avec Jean-Guy Belley (Professeur émérite de l’Université McGill, Montréal)

À vos yeux, comment cet ouvrage se positionne-t-il dans la sociologie et la théorie du droit actuels ?

André-Jean Arnaud a consacré l’essentiel de son œuvre scientifique à comprendre l’épistémè juridique moderne et à agir sur son évolution actuelle. Sa sociologie et sa théorie du droit mettent en lumière les représentations qui donnent une cohérence systémique aux règles de droit positif et les aspirations qui animent les pratiques de mobilisation ou de contestation du droit en vigueur. L’originalité de cette œuvre – et de l’ouvrage qui en reflète bien la richesse – tient dans la démonstration de ce que le droit est à la fois une œuvre de civilisation ancrée dans l’histoire de la culture occidentale et le produit d’une dynamique sociale impulsée aujourd’hui par les forces de la mondialisation et les aspirations à la démocratie participative.

L’ouvrage est intitulé “Repenser le droit”. Quelles pistes nouvelles ouvre-t-il dans cette perspective? 

Je discerne trois pistes de théorisation qu’André-Jean Arnaud n’a pas été le seul à concevoir, mais qu’il a développées avec une impressionnante force de travail et un sens très aigu de l’engagement au service de la communauté transnationale «droit et société».
1) Il faut repenser le droit de façon résolument constructiviste, comme un projet politique, plutôt qu’un objet de connaissance inerte.
2) Il faut repenser le droit de façon critique ou dialectique, car toute construction juridique finit par scléroser dogmatiquement la pensée et l’action.
3) Il faut repenser le droit en agissant concrètement pour un monde meilleur, plus juste, car c’est dans le «vécu» des groupes et de la société que le «conçu» du droit trouve ses idéaux, ses repères et ses forces de renouvellement.


Entretien avec Pierre Noreau (Faculté de droit, Université de Montréal)

Repenser le droit propose l’analyse rétrospective d’une démarche itérative. Il fait voir comment par une succession de pas de côté André-Jean Arnaud en est venu à déplacer le curseur de la critique abstraite de la dogmatique juridique vers la recherche empirique, notamment la recherche sociologie, entendue comme révélateur de le facture sociale et politique du droit. Dénonçant d’abord les limites du droit en tant que prophétie son intérêt pour les sciences sociales s’est par la suite constamment affirmé. Mais ce mouvement s’est accompagné aussi d’une pratique intellectuelle fondée sur la coopération et sur le développement de réseaux de relations, d’institutions où s’est affirmé le caractère impératif du travail en commun. Le savoir est dès lors abordé comme une aventure collective.

L’ouvrage ouvre la porte à une conception volontairement éclectique du savoir. André-Jean Arnaud a fait la démonstration que l’interdisciplinarité n’est pas une seulement une méthode (chaque discipline étant abordée comme une convention ou une procédure intellectuelle) mais comme une nécessité de la connaissance. Et si certaines des contributions d’Arnaud peuvent prendre des allures de vagabondage intellectuel, il y démontre également la place que le « risque » doit prendre dans la production d’une œuvre, et par extension dans la définition d’une nouvelle compréhension des déclinaisons du droit et de la justice.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.