Le droit, objet de passions ? | François Ost

François Ost, Le droit, objet de passions ? / I crave the law, Bruxelles : Académie Royale de Belgique, coll. « L’académie en poche », 2018, 144 p.

Compte rendu par Lionel Miniato (Institut National Universitaire Jean-François Champollion, Université Toulouse I Capitole)

Depuis Carbonnier (Droit et passion du droit sous la Ve République, Flammarion, 1996), chacun sait qu’un régime politique peut être animé d’une passion du droit, consistant à lui accorder une extrême importance du point de vue quantitatif (inflation législative, augmentation du contentieux…) et intellectuel (développement de l’État de droit et essor des droits fondamentaux…). Mais l’éminent juriste nous mettait en garde : la passion du droit n’est-elle pas un mal plutôt qu’un bien ? Trop de droit n’est-il pas nocif au lieu d’être un progrès ?

Dans l’ouvrage que vient de faire paraître François Ost, Le droit, objet de passions ? I crave the law, les passions dont le droit peut être l’objet, et dont la littérature se fait l’écho, sont également, bien souvent, démesurées, marquant un « amour excessif pour le droit » de la part de « fous du droit », elles manifestent un « trop de droit ». Mais les passions, dans la littérature, peuvent aussi être à rebours, des « hors-la-loi flamboyants ou terrorisés » peuvent en effet exprimer un « rejet ou une crainte du droit », les passions manifestent alors un « trop peu de droit ».

Les passions juridiques existent bel et bien et François Ost les identifient clairement en les distinguant des objets extérieurs sur lesquels elles portent : l’argent, le pouvoir ou le sexe. Le droit est l’objet, l’enjeu et la fin de la passion, et non son instrument : le droit pour le droit, selon l’auteur.

Après une présentation de l’histoire et des caractères des passions en général, François Ost étudie un vaste panorama des passions juridiques à travers de grandes œuvres littéraires.

L’auteur évoque en premier lieu ceux dont les passions expriment « un trop de droit » : les juges et plaideurs fous de procédure (Les guêpes d’Aristophane, Les plaideurs de Racine…) ; ceux qui se vengent (Le comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas, Michaël Kohlhass de Heinrich von Kleist…) ; ceux qui légifèrent ou réglementent à l’excès (L’envie de pénal de Philippe Muray, Mesure pour mesure de Shakespeare…) ; ceux animés d’espérances juridiques (La comédie humaine de Balzac…) ; enfin, François Ost se moque de la passion doctorante (doctrinale) et des faiseurs de système fossilisant le droit.

L’ouvrage présente en second lieu ceux dont les passions expriment « un trop peu de droit ». Ce sont d’abord ceux qui rejettent le droit, bien que de façon différente : certains veulent dépasser le droit par conversion religieuse, ne croient pas à la justice des hommes (Mauriac, L’affaire Favre-Bulle, Gide, fondateur de la collection chez Gallimard « Ne jugez pas »…) ; d’autres le rejettent par perversion narcissique (Sade). Ce sont ensuite ceux qui ont peur du droit (Kafka).

François Ost, en conclusion, rappelle que, selon les Grecs, les passions sont inhérentes à la nature humaine et qu’il est donc aberrant de les nier. Vouloir supprimer les passions, comme le font nos sociétés modernes privilégiant « les choix rationnels » ainsi que la bonne conscience naïve et le consensus à tout prix, est à la fois illusoire et dangereux. Diderot ne disait pas autre chose lorsqu’il écrivait : « C’est le comble de la folie, que de se proposer la ruine des passions. Le beau projet que celui d’un dévot qui se tourmente comme un forcené pour ne rien désirer, ne rien aimer, ne rien sentir, et qui finirait par devenir un vrai monstre s’il réussissait ! »1 . Pour François Ost, les passions (émotions et imagination) ne s’opposent pas à la rationalité, elles la complètent et font partie intégrante du débat public, et l’enjeu essentiel du courant « Droit et littérature » est de rappeler cette vérité.

Nous ne pouvons qu’approuver et soutenir cette proposition, les représentations du droit dans la littérature – notamment les passions juridiques –  n’étant pas, selon nous, extérieures au droit. Les juristes s’intéressent au droit posé, établi (la Constitution, les conventions internationales, la loi…), ce que l’on pourrait appeler les fondations du droit. Ils s’intéressent aussi à l’application et l’interprétation de ce droit, c’est-à-dire les réceptions du droit (la jurisprudence, la doctrine, l’application par les professionnels…). Mais ils se passionnent beaucoup moins pour les représentations du droit, notamment celles issues de la littérature. Ces représentations, parce que leurs sources sont fictionnelles, seraient en dehors du réel et donc ne seraient pas constitutives du droit (ou elles seraient, selon les juristes, « le droit des non-juristes », ce qui revient au même…). Or, les représentations du droit font partie intégrante du droit au même titre que ses fondations et ses réceptions. Elles ne devraient donc pas être négligées par les juristes mais au contraire connues, étudiés et transmises aux étudiants. Ces trois composantes du droit – fondations, réceptions et représentations – sont en lien, interagissent, se nourrissent les unes des autres, ont des influences réciproques. Bref, elles forment un tout, elles constituent le droit, elles sont la vie du droit. Les fondations et les réceptions du droit agissent sur ses représentations, c’est une évidence : la littérature se nourrit des deux premières pour montrer le droit à l’œuvre, l’œuvre de droit, elle le fait exister avec ses propres moyens ; et les fondations ou les réceptions du droit peuvent aussi entraver ou empêcher les représentations littéraires. Mais ces représentations peuvent à leur tour avoir des effets sur les fondations ou les réceptions du droit : un roman, une pièce de théâtre peuvent influencer le législateur ou le juge, il y a des exemples : il en est ainsi du roman La jungle d’Upton Sinclair qui, décrivant les conditions de travail calamiteuses dans les abattoirs de Chicago, fut à l’origine de réformes entreprises par Roosevelt en 19062 ; de même, François Ost, dans un précédent livre consacré à Shakespeare, précisait-il que ce dernier était cité dans environ 800 décisions des juridictions supérieures américaines3 . Enfin, est-il nécessaire d’insister sur l’importance des représentations littéraires du droit dans l’imaginaire individuel ou collectif ? Une règle ou une institution est souvent bien plus connue et vivante dans l’esprit des non-juristes, comme des juristes d’ailleurs, grâce à un roman qu’à travers la loi qui l’a fondé ou la jurisprudence qui l’applique.

L’ouvrage de François Ost, à travers la présentation qui est faite de classiques de la littérature que tout juriste devrait avoir dans sa bibliothèque, nous rappelle aussi cette vérité. C’est pourquoi Le droit, objet de passions ? I crave the law devrait rejoindre les étagères de ladite bibliothèque à côté des autres livres de « Droit et littérature » de l’auteur (Raconter la loi. Aux sources de l’imaginaire juridique / Sade et la loi / Shakespeare. La comédie de la loi…). L’œuvre de François Ost, qui ne se limite pas au domaine Droit et littérature, vient d’ailleurs de faire l’objet d’une publication d’un Liber Amicorum 4  qui pourrait également entrer dans cette même bibliothèque !

 

  1. Pensées philosophiques, Mille et une nuits, 2004, p. 9. []
  2. Voir Emeline Jouve et Lionel Miniato in Emeline Jouve, Lionel Miniato (dir.),Chronique judiciaire et fictionnalisation du procès. Discours, récits et représentations,  Paris : Mare & Martin, coll. “libre droit”, 2017, p. 15 ; adde Vincent Caron et Jérémie Torres-Ceyte, Imaginaire littéraire et réalité judiciaire. Regards sur l’héritage juridique de Charles Dickens, in Droit et littérature, 2018, 2, p. 243. []
  3. François Ost, Shakespeare : la comédie de la loi, Paris : Michalon éd., coll. “le bien commun”, 2012, p. 55. []
  4.  Antoine Bailleux, Diane Bernard, Yves Cartuyvels, Hugues Dumont, Isabelle Hachez et Delphine Misonne (dir.), Le droit malgré tout. Hommage à François Ost, Bruxelles : Université Saint-Louis, 2018. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.