L’École de Le Play et le droit | Laetitia Guerlain

Laetitia Guerlain, L’École de Le Play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science sociale, Issy-les-Moulineaux : LGDJ – Lextenso, 2017, 548 p.

Compte rendu par Guillaume Richard (Université Paris-Descartes, Institut d’histoire du droit)

L’ouvrage de Laetitia Guerlain sur les leplaysiens, issu d’une thèse de doctorat en histoire du droit soutenue en 2011, apporte sa contribution aux travaux menés depuis plusieurs années sur les liens entre le droit et la sociologie naissante à la fin du xixe siècle. Si la critique de Frédéric Le Play (1806-1882) contre le Code civil de 1804, accusé de favoriser l’émiettement des propriétés et l’affaiblissement de la famille-souche, est bien connue, Laetitia Guerlain propose une étude portant non pas sur la figure du maître (analysée notamment par Jean-Luc Coronel de Boissezon), mais sur l’« École de le Play », l’ensemble de ceux qui ont adhéré et participé, après sa mort, aux structures mises en place par le maître, jusqu’à la Première Guerre mondiale, qui amorce le déclin de l’importance et de l’influence des leplaysiens.

L’ouvrage s’attache plus particulièrement aux liens que les leplaysiens entretiennent avec le monde du droit et des juristes, en s’articulant autour d’une double perspective : celle du « fondement leplaysien du droit » reposant sur « l’esprit social » (première partie) et celle des « usages leplaysiens du droit » (deuxième partie). Il s’agit d’identifier les éléments constitutifs du discours des leplaysiens sur le droit. Le point de départ est la critique de conceptions juridiques jugées abstraites, et, en particulier, du jacobinisme, qui exprime selon eux le fondement du droit classique français, tel qu’il s’est déployé sans limites depuis les Lumières et la Révolution française. Les leplaysiens en ont une acception étendue, le jacobinisme exprimant, depuis l’époque romaine, la tendance à centraliser et imposer un droit qui rompt la solidarité spontanée des groupes. Cela conduit les leplaysiens à valoriser, au contraire, la coutume, émanant des pratiques de la société elle-même ; elle leur permet d’illustrer le fondement social de la règle juridique, que les recherches monographiques sur les familles, promues par Le Play et adaptées par ses successeurs, doivent mettre en évidence.

Mais Laetitia Guerlain le montre bien : l’image de la coutume chez les leplaysiens est plus complexe que la simple valorisation d’une règle créée spontanément par le peuple. D’abord, parce que le rôle de celui-ci pour façonner la coutume est ambigu : pour des leplaysiens attachés au système des notabilités qui prévalait dans la France rurale de la première moitié du xixe siècle, la coutume résulte du comportement exemplaire de ces personnalités locales, capables d’influencer le comportement des habitants, plus que des manières du peuple. Ensuite, parce que la coutume n’est pas principalement défendue sur le plan formel, comme mode d’élaboration du droit le plus apte à protéger ou exprimer les intérêts du peuple, mais, pour des raisons politiques : sa mise en valeur fournit un argument pour s’opposer à la législation de la Troisième République, par exemple sur le divorce ou sur l’affaiblissement de la puissance paternelle. La défense matérielle de la coutume amène ainsi les leplaysiens à se tourner vers d’autres formes juridiques plus adaptées, dans le monde moderne, à la défense de ce contenu politique : la jurisprudence, voire la loi, dès lors que l’élaboration de celle-ci est encadrée pour tenir compte de l’action des forces et des groupes sociaux.

Cette présentation nuancée confirme un des points forts de l’ouvrage, qui est de souligner la grande diversité du monde leplaysien. La variété des positions déployées par les leplaysiens ne peut réduire ceux-ci à de simples épigones du maître, d’autant qu’ils apparaissent traversés par une série de conflits. Ceux-ci sont scientifiques, conduisant à la scission entre deux revues leplaysiennes, qui font l’objet d’investigations minutieuses de la part de Laetitia Guerlain : La Réforme sociale, d’une part, créée en 1881, organe de la Société d’Économie sociale (fondée en 1856), qui se présente comme l’héritière directe de Le Play ; La Science sociale, d’autre part, créée en 1885. Les conflits sont aussi politiques : globalement conservateurs, les leplaysiens se distribuent sur un large éventail politique, du royalisme réactionnaire à l’acceptation mesurée de la République. Le rapport au droit n’est pas non plus le même, entre ceux qui restent attachés aux positions du maître et rejettent la législation et la codification, et ceux qui jugent nécessaire, pour donner de la portée au discours leplaysien, de s’adapter aux conditions juridiques du monde moderne. Laetitia Guerlain ne postule ainsi aucune homogénéité du discours leplaysien. Bien plus, les leplaysiens se caractérisent sans doute davantage par des lieux de production d’un discours sur le social, que par le contenu même de ce discours et son unité, ce qui confirme la piste déjà suggérée par Frédéric Audren1 .

La seconde perspective déployée dans l’ouvrage entreprend d’observer les modalités par lesquelles les leplaysiens mobilisent leur discours sur le droit dans des espaces de luttes politiques et sociales afin de peser sur les évolutions collectives. Laetitia Guerlain s’attache notamment aux lieux d’enseignement investis par les leplaysiens (les facultés de droit, mais surtout d’autres structures comme l’École libre des sciences politiques ou le Collège libre des sciences sociales), à leur présence dans le milieu politique (les parlementaires qui adhèrent aux groupes leplaysiens sont particulièrement nombreux jusqu’en 1914) et aux structures hybrides qui foisonnent au tournant des xixe et xxe siècles, lieux à la fois de discussion scientifique et d’influence politique, comme le Musée social (fondé en 1894). La présence diffuse de leplaysiens et les fonctions multiples occupées par certains d’entre eux (comme Émile Cheysson ou Jules Siegfried) confirment le lien, à la fin du xixsiècle, entre les milieux leplaysiens et le monde politique.

On pourra toutefois regretter que cet aspect ne soit abordé qu’en bout de course et de façon éclatée (essentiellement à la fin de chacune des deux parties, et en particulier dans les dernières pages de l’ouvrage). Le plan privilégie l’approche intellectuelle, qui caractérise les leplaysiens à partir d’une identité de pensée (quelles que soient les divergences entre auteurs sur des points précis), révélée par certains marqueurs (comme l’attitude par rapport au droit codifié ou à la législation républicaine). L’organisation des leplaysiens et leurs mobilisations diverses n’apparaissent ainsi que comme la conséquence de partis pris intellectuels. Significativement, la présence dans les associations et la participation à la « nébuleuse réformatrice »2 sont présentées comme la conséquence d’une certaine conception du droit, celle cherchant à encadrer l’action législative par la « décentralisation sociale » (p. 350). Ce plan semble quelque peu affaiblir le propos, alors que d’emblée le choix a été assumé d’une histoire contextualisée de la pensée juridique, reposant sur l’analyse préalable des éléments matériels et institutionnels (associations et revues, leplaysiennes ou non) qui font le lien entre les leplaysiens, et non sur le postulat d’une identité intellectuelle de l’École de Le Play. Le fonctionnement collectif du groupe ne se dessine que lentement dans l’ouvrage, alors qu’il aurait permis d’emblée de rendre compte de l’hétérogénéité des positions sociales, juridiques et politiques exprimées en son sein.

Il n’en reste pas moins que la richesse des analyses proposées compense ce déséquilibre dans la présentation, en offrant une image renouvelée et nuancée des leplaysiens dans leurs rapports multiples avec le monde du droit. L’ouvage ne pourra que convaincre de l’intérêt de prendre en compte leur rôle central, mais parfois oublié du fait de leur faible participation à l’enseignement universitaire, dans les débats juridiques et sociaux de la Belle Époque.

  1. Frédéric Audren, « Les Mondes leplaysiens du droit [1855-1914]. Ou l’art et la manière d’être un “juriste leplaysien” », Les Études sociales, 2002, p.175-213. []
  2. Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France (1880-1914), Paris : Éd. de l’EHESS, 1999. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.