Gouverner sous pression ? | Stéphane Cadiou (dir.)

Stéphane Cadiou (dir.), Gouverner sous pression ? La participation des groupes d’intérêt aux affaires territoriales, Paris : LGDJ-Lextenso, coll. « Droit et société. Recherches et travaux », 2016.

Compte rendu par Xavier Marchand-Tonel (Université Toulouse 1 Capitole)

L’ouvrage Gouverner sous pression ? se situe exactement à l’intersection de deux axes problématiques qui, depuis les années 1980, n’ont cessé de montrer leur richesse et leur intérêt. Il s’inscrit, d’une part, dans le débat autour de la place des groupes d’intérêt dans l’élaboration et la mise en œuvre des orientations collectives, lequel a donné lieu à la différenciation par Philippe Schmitter et Gerhard Lehmbruch du « néo-corporatisme » et du « pluralisme »1 et aux distinctions par Alan Cawson de phénomènes « macro », « méso » ou « micro », selon l’ampleur des régulations sectorielles réalisées2 . L’ouvrage publié sous la direction de Stéphane Cadiou participe, d’autre part, à l’analyse des changements d’échelles dans l’action publique3 et, en particulier, aux travaux sur la relative autonomisation du niveau infra national par rapport aux acteurs centraux, travaux qui se sont notamment articulés autour du concept de « gouvernance territoriale »4 .

Gouverner sous pression ? n’est pas absolument pionnier dans la prise en compte du champ de recherches ainsi délimité : il a eu des prédécesseurs5 mais leurs études, parfois datées, finalement assez peu nombreuses et, surtout, éparpillées, restaient à compléter et à intégrer dans une réflexion d’ensemble. C’est un des mérites de ce livre de se lancer dans cette entreprise.

L’ouvrage prolonge un colloque organisé à l’université de Nice en juin 2012. Il repose sur quatorze contributions réparties en quatre parties, chacune problématisée et synthétisée par Stéphane Cadiou qui livre, ici, un remarquable travail de mise en relation des différents points de vue et apports des auteurs rassemblés.

Les trois premiers chapitres permettent de s’interroger sur « les impensés » de la catégorie de « groupe d’intérêt » envisagée au niveau local. Ils conduisent Renaud Payre, Guillaume Courty et Julie Pollard à souligner, pour l’essentiel, les interactions complexes entre le regard académique et les comportements des acteurs qui ont pu successivement voire simultanément favoriser ou freiner les pratiques de lobbying dans les collectivités territoriales.

La deuxième partie de l’ouvrage s’arrête sur la question fondamentale de la définition des intérêts défendus, qui ne sont pas « donnés, mais construits et médiatisés ». Elle est très stimulante parce que Baptiste Giraud, Cécile Ferrieux et Deborah Galimberti mettent en évidence, à partir de trois études de cas distinctes, les difficultés de cette structuration même pour des acteurs économiques qui sont généralement considérés comme plutôt avantagés dans ce domaine : les organisations impliquées sont confrontées à des conflits internes et externes et trouvent finalement auprès des pouvoirs publics une reconnaissance qui les aide autant qu’elle les contraint.

Dans un troisième temps, Delphine Rauch, Sébastien Jolis, Sébastien Gardon et Marie-Ange Grégory examinent comment les groupes d’intérêt entrent en contact avec les décideurs politiques et tentent de faire valoir leurs revendications auprès de ceux-ci. Se trouve ainsi esquissée une tendance à une professionnalisation croissante dans la promotion de telle ou telle préférence : la démocratisation de la sphère décisionnelle locale, avec ses conséquences sur la composition du personnel politique et sur la légitimation des projets menés, s’est combinée avec la technicisation des problèmes pour entraîner un recours de plus en plus fréquent à des experts du secteur concerné ou du lobbying.

La quatrième partie de l’ouvrage est relativement difficile à dissocier de la précédente. Elle comprend des chapitres relatifs aux stratégies adoptées par les groupes d’intérêt pour tenter d’infléchir les politiques conduites par les pouvoirs publics. Lorenzo Barrault-Stella, Héloïse Nez, Patricia Prenant et Sylvain Barone montrent une certaine diversité des registres de comportements, quelle que soit la position relative des différents types d’acteurs concernés : l’habitude de la coopération n’exclut pas la protestation conflictuelle et réciproquement.

Gouverner sous pression ? présente une grande valeur heuristique qui tient à la complémentarité des postures disciplinaires et théoriques des contributeurs et au matériau empirique fourni par les nombreuses études de cas, qui donnent au lecteur la liberté et la matière d’une interprétation personnelle des situations rapportées. Stéphane Cadiou pointe lui-même deux grandes limites du recueil. La première est liée aux objets : « on sait […] encore peu de choses sur l’action locale des chambres consulaires, des syndicats des personnels des collectivités territoriales ou de leurs démembrements, des clubs de retraités ou des clubs sportifs, ou encore des organisations professionnelles dans de nombreux secteurs économiques (commerce, travaux publics, tourisme) » ainsi que « des directions ‘Affaires publiques’ dans les grandes entreprises de la distribution, des réseaux techniques, des télécommunications ». Stéphane Cadiou reconnaît également que « le point de vue […]  des élites politiques locales » aurait pu être plus souvent intégré dans l’analyse. On peut également regretter que les auteurs ne dialoguent pas davantage entre eux pour se situer explicitement les uns par rapport aux autres en indiquant et en expliquant ce qu’ils considèrent être leurs convergences et leurs divergences. Il reste que le principal objectif est atteint, qui était de (re)justifier la prise en compte des groupes d’intérêt dans l’étude de l’action publique territoriale.

  1. Philippe Schmitter et Gerhard Lehmbruch (dir.), Trends towards Corporatist Intermediation, Londres: Sage, 1979. []
  2. Alan Cawson (dir.), Organized Interests and the State. Studies in Meso-Corporatism, Londres: Sage, 1985. []
  3. Alain Faure, Jean-Philippe Leresche, Pierre Muller et Stéphane Nahrath (dir.), Action publique et changements d’échelles: les nouvelles focales du politique, Paris : L’Harmattan, 2007. []
  4. Patrick Le Galès, « Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine », Revue française de science politique, 45,1, 1995, p. 57-95. []
  5. Pour commencer, Richard Balme, « Des maires sous quelle influence ? L’impact des groupes d’intérêt sur les politiques municipales dans les grandes villes », Politix, 7-8, 1989, p. 108-114 ou Hugues Portelli, « Les lobbies au niveau local », Pouvoirs, 79, 1996, p. 88-97. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search