Histoire économique de Vichy | Fabrice Grenard, Florent Le Bot, Cédric Perrin

Fabrice Grenard, Florent Le Bot, Cédric Perrin, Histoire économique de Vichy. L’État, les hommes, les entreprises, Paris : Perrin, 2017, 440 p.

Compte rendu par Alain Chatriot (Centre d’histoire de Sciences Po, Paris)

Bientôt près d’un demi-siècle après le choc produit par la publication des travaux de Robert O. Paxton sur le régime de Vichy1 , il était temps de montrer l’ample travail effectué par les historiens depuis lors. Un nouveau livre s’y emploie pour les aspects de l’histoire économique et il est dorénavant indispensable car il propose une synthèse actualisée de la connaissance historique et le fait avec une grande rigueur tordant définitivement le cou à des approximations et à des erreurs qu’on retrouve encore parfois trop souvent dans certains essais ou même chez quelques historiens peu sérieux. Les trois auteurs ont chacun déjà prouvé sur leur terrain de thèse respectif leur parfaite connaissance de la période et de certaines questions économiques 2.

L’organisation du livre est originale avec trois parties dont seule la première est chronologique. Sous l’intitulé « Séquences », ces cinq premiers chapitres plantent remarquablement le décor en insistant sur les changements économiques de l’été et l’automne 1940 puis sur le choix de la collaboration, sur l’exploitation des ressources économiques françaises par l’Allemagne qui s’accentue à partir de 1942 et enfin sur les lentes et difficiles sorties de guerre. La deuxième partie propose des entrées thématiques. L’une des plus attendues porte sur les spoliations des biens juifs, question qui a été tardivement mais maintenant très bien investiguée par les historiens. La troisième partie s’articule sur celle-ci en posant la question des restitutions mais aussi de l’épuration.

À raison, le premier chapitre revient sur la situation de la France face à la crise des années 1930, durant le Front populaire et la préparation du conflit, autant d’éléments qui pèsent lourdement en 1940. À l’ampleur de la défaite militaire et de la désorganisation du pays s’ajoutent les projets idéologiques des équipes du maréchal Pétain. Longtemps revendiqué par les mouvements hostiles à la République, le corporatisme semble la doctrine officielle à l’été 40 pour réorganiser toute l’économie française. Comités d’organisation et offices central de répartition des produits industriels sont les symboles d’un dirigisme économique qui mêle autant idéologie et urgence de la situation économique comme le montre bien la question du ravitaillement alimentaire. Les auteurs détaillent les procédures de la collaboration économique avec l’Allemagne en différenciant les situations suivant les secteurs économiques et la chronologie. L’approche de l’histoire économique proposée dans le livre n’oublie pas le travail et les auteurs analysent ainsi la charte du travail instituée par le régime de Vichy et rappellent aussi les difficultés en terme de main-d’œuvre avec l’absence des prisonniers de guerre puis des travailleurs soumis au Service du travail obligatoire (STO). Ils insistent justement sur le caractère morcelé du territoire d’une France découpée en différentes zones et où les transports sont assez largement désorganisés, sans même parler de la complication des relations avec les différentes parties de l’empire colonial français.

Les pages sur le pillage de l’économie française par les troupes d’occupation sont éclairantes car, outre l’ampleur des prélèvements, le système encourage en fait la pratique du marché noir à une large échelle. Dans ce cadre, la spoliation des entreprises et commerces juifs est un objet historique très intéressant : on  retrouve aussi bien les initiatives allemandes que la politique xénophobe et antisémite pilotée depuis Vichy, auxquelles s’ajoutent des processus de concurrence et de réorganisation pour certains secteurs économiques. La question de l’épuration des milieux économiques est bien traitée en gardant à distance certaines caricatures qui supposent que celle-ci n’aurait pas réellement eu lieu. Comme cela a été montré pour d’autres parties de la société, l’épuration s’est déroulée et elle a donné lieu à de très nombreuses procédures judiciaires. Si celles-ci n’ont pas toutes abouties, la justice semble avoir sanctionné davantage les engagements politiques de certains dirigeants que la stricte collaboration économique. Les restitutions des biens spoliés ont été limitées et la question des réparations se poursuit sur une longue période après la Seconde Guerre mondiale3 .

Sur l’État, les trois auteurs tirent profit de la récente et excellente synthèse de Philip Nord qui, abordant la période 1930-1950, désenclavait les analyses habituelles de la Seconde Guerre mondiale ou de la Libération4 . Sur les entreprises, les auteurs mobilisent à raison les travaux collectifs pilotés par Hervé Joly dans le cadre d’un groupement de recherches du CNRS sur « les entreprises sous l’Occupation » dont la série de colloques publiés constituent une référence – sur les archives des entreprises ou sur différents secteurs : biens de consommation, transport, énergie, culture et médias. L’histoire du patronat s’est aussi enrichie au cours des dix dernières années de nombreuses publications5 . Il faut aussi se féliciter que le secteur agricole, si important encore dans la France de 1940 et si crucial pour l’alimentation des Français durant l’Occupation, ne soit pas oublié.

Le lecteur apprécie le propos à la fois ferme et nuancé des auteurs comme lorsqu’ils concluent : « Si les élites françaises n’ont pas fait “le choix de la défaite”, certaines ont cru pouvoir profiter de la situation pour convertir les Français à leur idéologie depuis longtemps remâchée, au prix de l’économie du pays. » (p. 368) – ou dans la conclusion du chapitre « Vichy après Vichy » p. 297. Seul regret, s’il faut en émettre un, le fait que les questions liées à l’Etat-providence – bien renouvelées aussi pour cette époque avec les travaux de Paul-André Rosental et Christophe Capuano entre autres – ne soient pas intégrées à cette réflexion générale.

 

 

  1. Robert Paxton, Vichy France : Old Guard and New Order, 1940-1944, New-York : A. A. Knopf, 1972, nouvelle éd. 1997. []
  2. Fabrice Grenard, La France du marché noir 1940-1949, Paris, Payot, 2008 ; Florent Le Bot, La Fabrique réactionnaire. Antisémitisme, spoliations et corporatisme dans le cuir 1930-1950, Paris, Presses de Sciences Po, 2007 ; Cédric Perrin, Entre glorification et abandon. L’Etat et les artisans en France, 1938-1970, Paris, CHEFF, 2007. []
  3. Marc Olivier Baruch, Des lois indignes ? Les historiens, la politique et le droit, Paris, Tallandier, 2013. []
  4. Philip Nord, France’s New Deal. From the thirties to the post-war era, Princeton, Princeton University Press, 2010 (traduit et publié en français chez Perrin en 2016). []
  5. Jean-Claude Daumas, Alain Chatriot, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson, Hervé Joly (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.