Sociologies de l’individu | Federico Tarragoni

Federico Tarragoni, Sociologies de l’individu, Paris : La Découverte, coll. « Repères », 2018.

Compte rendu par Camille Duthy (Pacte-Laboratoire de sciences sociales, Grenoble).

Si aujourd’hui, le paradigme dominant dans les sociétés occidentales néolibérales en place depuis les années 1980 valorise de plus en plus l’épanouissement personnel et le « soi », il existe encore un certain flou quant à la définition du terme au centre de toutes les préoccupations, l’individu et son pendant théorique, l’individualisme. Ou comme le résume Daniel Berthaux, « le terme d’individualisme a une longue histoire, complexe, voire contradictoire ; histoire qu’il porte en lui sous la forme d’une pluralité de significations »1 .

En une centaine de pages, Federico Tarragoni se donne pour projet ambitieux de faire le point sur l’individu dans le champ de la sociologie. Découpé en cinq chapitres efficacement articulés, ce manuel dessine à grands traits les contours d’une notion polysémique et montre en quoi la sociologie peut nous aider à penser la nature du rapport entre la société et ses membres aujourd’hui. Afin de résister aux sirènes du mythe de l’individualisme contemporain, selon lequel nous vivons désormais dans une société déliée vantant la singularité, la réflexivité individuelle et l’autonomie, nous avons besoin d’ « armes » efficaces pour répondre à la question suivante : chacun de nous est-il désormais totalement souverain ? Le livre se découpe en deux parties : la première consacrée à un cadrage contextuel et théorique des principaux courants sociologiques et la place centrale de l’individu dans ces courants (chapitres I, II et III) tandis que la seconde partie actualise cette sociologie en fonction des logiques spécifiques de la société contemporaine (chapitres IV et V).

Ces questions ne peuvent être traitées sans un retour historique. Le premier chapitre permet ainsi de saisir les tenants philosophiques de ce que l’on a appelé « individu » à travers le temps, de l’antiquité à l’époque moderne en passant par le Moyen Âge dans une « séquence de configurations historiques » (p. 15). L’auteur s’attache à montrer le glissement d’une société traditionnelle d’Ancien Régime dont l’organisation reposait sur des « garants métaphysiques » (Dieu ou la Royauté) à la société moderne qui repose, à l’inverse, sur l’autonomie et la liberté individuelle.

Pour que ce glissement puisse être analysé à dans une perspective sociologique, il faut disposer d’outils adaptés. Les deux chapitres suivants montrent l’évolution de la sociologie au fil des époques et des courants théoriques pour penser l’individu. Peu à peu, l’organisation sociale, modelée par la division du travail social, différencie les activités selon un système de fonctions autonomes. Les rapports sociaux se transforment, d’un modèle traditionnel contraint vers un modèle moderne plus autonome. Émile Durkheim analyse ainsi la transformation de l’organisation sociale et des solidarités du point de vue de la structure, en dehors des individus, tandis que Maurice Halbwachs réintroduit une perspective holiste qui prend davantage en compte les contingences individuelles.

La division du travail social (et ce qu’elle implique) peut aussi s’analyser au regard de la singularisation croissante des individus : l’auteur confronte des sociologues qui se placent de leur point de vue. Max Weber, Norbert Elias, Georg Simmel et d’autres auteurs américains proposent ainsi différentes manières de concevoir cette singularisation. En questionnant les systèmes de valeur, la répression des pulsions, les moteurs de l’action, les formes de sociabilités, etc., cette sociologie permet de penser la construction de l’individu d’aujourd’hui dans une dialectique entre soi (la subjectivité) et les autres. C’est donc à travers lui, et l’étude de ses différentes facettes, que l’on peut déchiffrer et analyser les règles qui organisent la société et les rapports sociaux qui se tissent en son sein.

Une fois ces pierres posées, une question émerge : « l’individu auquel ont affaire les sociologues contemporains est-il comparable à celui des premiers sociologues ? » (p. 72). Cela nous interroge en filigrane sur la pertinence de l’usage des concepts évoqués pour l’étude des sociétés contemporaines. L’analyse thématique proposée dans le chapitre IV montre que, face à ce changement de paradigme, de nouvelles propositions théoriques émergent. L’individu est ainsi observé au prisme d’une tension entre le modèle de réflexivité individuelle, à travers lequel il se pense, et son attachement au cadre social dans lequel cette réflexivité s’exprime. Au passage, ces propositions théoriques temporisent l’idée selon laquelle il se dirige peu à peu vers un modèle de totale autodétermination. Se dessine ainsi, selon les mots de Danilo Martuccelli, une vision des « sociétés occidentales actuelles comme société singularistes » (p. 89) plus qu’individualistes.

Le dernier chapitre arrive en guise d’ouverture efficace. En prenant en compte les éléments de contextes contemporains, il donne des pistes de réflexion pour penser notre société au-delà de la dualité individu/société. Au lieu de les opposer, on trouve le moyen de les penser ensemble, en mobilisant la notion de statut ou de rôle social, et à partir duquel ils se structurent. Mais aussi en déplaçant le regard vers les interactions d’un individu avec son milieu et les ressources, la reconnaissance ou le support qu’il peut en tirer. Peut-être aurait-on pu glisser ici quelques éléments de cadrages supplémentaires, notamment autour de la notion de capital social, notion controversée qui ambitionne toutefois de mieux saisir ce qui se joue dans les échanges sociaux. Enfin, la question du rapport à soi comme outil efficace d’une sociologie de l’individu est abordée rapidement et laisse encore ici la porte ouverte à de nombreux développements.

Le manuel est donc un riche état de l’art qui permet de saisir le concept d’« individu » dans toute sa complexité. Federico Tarragoni fournit par ailleurs un effort remarquable de clarté, évitant ainsi au lecteur de situer les choses dans un « à peu près » conceptuel (toutes les notions sont définies) et temporel (périodes décrites bornées par des dates et des contextes socio-historiques précis). Un nombre important de courants sont illustrés via le recours à des travaux célèbres et des exemples de recherches qui permettent de mieux situer le cadrage théorique. En revanche, si ces exemples sont éclairants, cela se fait parfois au détriment de quelques références complémentaires. Mais l’essentiel est là, bien articulé, efficace et agrémenté d’une bibliographie dense.

Les pistes ouvertes sont nombreuses et s’orientent vers l’idée qu’ « il s’agit de comprendre, en observant l’individu dans sa précarité, ses fragilités, ses tensions et contradictions, comment ses relations sociales permettent de repenser l’individualisme en tant que logiciel émancipateur » (p. 109). La confrontation des grilles de lecture du monde social pointe en effet vers l’idée que c’est par une attention accrue aux formes de liens qui existent dans une société que l’on peut accéder aux logiques de structuration sociale.

En somme, ces 109 pages constituent une très bonne base de travail pour quiconque souhaite y voir plus clair sur les sociologies de l’individu, sans tomber dans une pratique scientifique qui se centre uniquement sur lui.

  1. Daniel Bertaux, « Individualisme et modernité », Espaces Temps, 37, 1988, p. 15. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.