Le procès des droits de l’homme | Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère

Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère, Le procès des droits de l’homme. Généalogie du scepticisme démocratique,  Paris : Seuil, coll. « La couleur des idées », 2016, 352 p.

Compte rendu par Hilème Kombila (Université Lumière Lyon 2)

Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère, spécialistes d’histoire de la pensée politique française, font, dans cet ouvrage, une analyse critique du « procès » fait aux droits de l’homme. Grâce à une étude minutieuse et une argumentation solide, ils décortiquent la structure conceptuelle et discursive des objections, adressées aux droits de l’homme, hier comme aujourd’hui. Les auteurs démontrent que, malgré la diversité de l’origine scientifique et du contenu argumentaire des agressions, elles ont pour point commun de remettre en question les effets des droits de l’homme sur la société politique. En ce sens, ce ne sont pas les droits en eux-mêmes qui sont critiqués mais leur utilisation dans nos sociétés démocratiques. Ainsi, ils sont accusés d’être l’élément déclencheur d’un processus d’individualisation effrénée et la cause d’une dépolitisation dangereuse pour l’ordre social et normatif. L’analyse par les auteurs de la dimension politique de ce procès est, en fait, le socle d’une défense des droits de l’homme.

En limitant leur champ de recherche à l’histoire de la philosophie politique occidentale, Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère cherchent à réhabiliter le terme de « droits de l’homme » par le biais d’une compréhension politique de leur contenu. Avant d’en arriver à cette plaidoirie,  ils établissent une typologie des critiques contemporaines pour ensuite l’éclairer à la lumière d’une Histoire des critiques depuis les proclamations en 1776 et 1789. Le but est clair, il s’agit de prendre ces droits au sérieux en raison de leur dimension politique. Après lecture de cet ouvrage, il apparaît que les attaques que subissent encore et toujours les droits de l’homme sont le fruit d’une pensée politique, explicitement ou implicitement, antidémocratique.

La forme de l’ouvrage ressemble à celle d’un procès. Grâce à une introduction problématisée qui sert de fil rouge, le lecteur peut ensuite se frayer un chemin dans la présentation descriptive de la pensée des différents auteurs. Il peut enfin comprendre le sens de ses pérégrinations grâce à la présentation finale de la défense des droits de l’homme. J. Lacroix et J.-Y. Pranchère commencent par dessiner une « cartographie historique » des plus importantes objections . Dès la fin du XVIIe siècle, les critiques émergent et évoluent jusqu’à leur forme actuelle. Cette étude permet de mettre à jour ce qui alimente le scepticisme à leur égard dans la pensée contemporaine. Ils examinent ensuite les œuvres de sept auteurs – Edmund Burke, Joseph de Maistre, Louis de Bonald, Jeremy Bentham, Karl Marx, Auguste Comte et Carl Schmitt – et déconstruisent le discours « à charge » contre les droits de l’homme en découvrant l’essence politique du procès qui leur est fait. Le fait de dévoiler le fondement intellectuel des multiples attaques leur permet d’asseoir une défense politique explicitement revendiquée des droits de l’homme dans le prolongement de la pensée d’Hannah Arendt.

Même s’il est peu visible, le raisonnement suivi par J. Lacroix et J.-Y. Pranchère consiste à démonter qu’il y a bel et bien un lien, de nature politique, entre les différents penseurs du procès des droits de l’homme. Ainsi, les critiques de Edmund Burke et de Jeremy Bentham sont manifestement divergentes : pour E. Burke, les droits de l’homme ignorent l’historicité des communautés en niant les spécificités des nations, alors que pour J. Bentham, ces droits bloquent toute vision de l’avenir en conditionnant les choix des groupes sociaux. Mais ces deux pensées convergent en se fondant toutes deux sur l’idée que l’universalisme met en danger la communauté politique au profit des droits individuels. Cette idée se retrouve chez Auguste Comte, pour qui le concept de droits de l’homme est intrinsèquement vicié car ce sont les devoirs de l’homme envers autrui qui fondent le lien social. L’individualité des droits de l’homme est considérée comme contraire à l’ordre social car seules les obligations mutuelles peuvent protéger chacun face à l’autre. On comprend, à travers cet ouvrage, que le scepticisme démocratique peut tout aussi bien être conservateur ou progressiste, issu de la droite réactionnaire ou de la gauche radicale.

Face à ce front de critique, les auteurs esquissent une ligne de défense qui repose sur l’œuvre de Hannah Arendt. La dimension politique des droits de l’homme doit être révélée et comprise en ce qu’elle renvoie à la réalisation pratique et émancipatrice de la citoyenneté, dans ou en dehors de l’État Nation. Ainsi, le cœur politique des partisans des droits de l’homme réside dans des combats pour la limitation des pouvoirs politiques et économiques. Il est loisible au lecteur de partager la conclusion d’une nécessaire protection des droits de l’homme car ils participent à la construction d’une société tempérée d’équilibre des pouvoirs. Toutefois, il faudrait approfondir l’analyse de cette défense des droits de l’homme au regard de leur dimension juridique.

Sur le plan méthodologique, il aurait été sans doute opportun de prendre le temps de réfléchir au lien entre le procès des droits de l’homme, dans l’histoire de la philosophie politique, et la concrétisation juridique de ces critiques. En effet, concernant l’histoire des droits de l’homme, au sens juridique du terme, la réflexion contradictoire, sur la base de la critique des droits de l’homme, a permis le perfectionnement de ces outils de démocratisation de la société. La perspective critique, de part son existence, est un facteur de démocratisation du débat. L’échange des points de vue nourrissant la réflexion commune, pour le commun. Dans le domaine du droit des droits de l’homme, cette perspective critique, parfois fondée sur les réflexions des auteurs étudiés dans cet ouvrage, a permis la construction de normes de droit international et national plus effectives. Le procès des droits de l’homme est aussi facteur de renforcement des droits fondamentaux des hommes. Cet oubli des auteurs laisse planer le doute sur l’impartialité de leur réflexion.

À ce titre, on ne peut que regretter la dimension ethnocentriste de cet ouvrage. En effet, la généalogie de la pensée philosophique de critique des droits de l’homme ne se limite pas à l’Europe occidentale. Il y a une histoire et une généalogie de la critique internationale et contemporaine qui permet de comprendre l’évolution des droits de l’homme en tant que norme dont peut se prévaloir un être humain. En oubliant la dimension juridique de tout « procès » et des « droits de l’homme », cet ouvrage apparaît comme une reconstruction historique artificielle. À quoi bon démontrer que la critique des droits de l’homme est récurrente et qu’elle est le fruit du scepticisme démocratique sans dire comment ce scepticisme nourrit la démocratie et assure le perfectionnement des droits au profit de l’homme ? La pensée d’Hanna Arendt que présentent les auteurs à la fin de l’ouvrage est une piste de réponse. Mais face aux attaques actuelles que subissent les droits de l’homme, politiquement et juridiquement, au détriment des êtres humains, un renouvellement de la pensée philosophique et politique serait un outil précieux. Gageons que cet ouvrage de J. Lacroix et J.-Y. Pranchère nourrira la réflexion au service du respect effectif des droits fondamentaux de l’homme et de la femme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.