Editorial | n°97

Ce numéro 97, le dernier de l’année 2017, est important pour la revue à plusieurs titres. Il signe le passage de relais entre Jacques Commaille et la nouvelle équipe de rédaction en chef (cf. éditorial du numéro 96). Qu’on se rassure, il n’y a là aucun bouleversement mais, tout simplement, l’aboutissement d’un processus engagé depuis plusieurs années, dans lequel transmission et apprentissage ont été tramés serrés, au fil de longs échanges, constructifs et bienveillants. Nous ne pouvons qu’exprimer nos chaleureux remerciements au Comité éditorial de la revue et à Jacques Commaille pour la confiance qu’ils nous ont témoignée. Nous sommes ravis (et, disons-le, quelque peu émus) d’assurer désormais l’animation de cette belle aventure scientifique, intellectuelle et humaine qu’est Droit et Société. Et puisque l’époque est à la conjugaison des contraires, nous serons conservateurs en même temps que progressistes. Conservateurs, pour le meilleur : nous veillerons à garder ce même esprit d’ouverture qui fut et reste la marque de ceux qui ont créé la revue et la font vivre – ouverture à la confrontation des idées, à l’interdisciplinarité, à l’international mais aussi ouverture, au-delà de la sphère académique, aux professionnels du « champ » droit et société et plus largement aux débats sociaux et politiques contemporains. Et progressistes : en ce que, par définition ou, osons le mot, par nature, cette revue ne peut pas ne pas épouser les évolutions que connaissent et la société et le droit, en sorte qu’elle ne cessera, espérons-nous, de s’interroger et de s’intéresser aux problématiques, méthodes et théories de notre époque et de son temps – sans toutefois se défaire de la distance critique que requiert l’analyse.

Le présent numéro incarne ces valeurs et préoccupations, puisqu’il traite dans son dossier thématique d’un sujet actuel et crucial pour notre démocratie, celui des relations entre police et population. La richesse de ce dossier réside dans la diversité des facettes explorées, lesquelles permettent de rendre compte des rapports multiples qui se nouent et qui échappent très largement à une quelconque forme de manichéisme ou de dualisme simpliste. Les articles du dossier mais aussi celui présenté dans la rubrique Question en débat, qui leur fait écho, montrent en effet qu’il n’existe non pas une mais des polices, c’est-à-dire une pluralité et un entrecroisement de services, de logiques, de rapports au public différenciés, y compris à l’échelle d’un même territoire. Mais tout comme on doit parler des polices, on doit reconnaître qu’il existe des populations : celles que visent les catégories créées par les politiques publiques de sécurité – des publics diversifiés, des groupes sociaux ciblés, territorialisés et racialisés –  mais aussi celles que les policiers eux-mêmes se représentent.

Sur ces questions, l’enjeu démocratique réside dans la capacité à effectuer des diagnostics lucides et nuancés. Les sciences sociales peuvent et doivent apporter leur contribution afin d’expliquer pour mieux comprendre quand d’autres souhaiteraient juger sans même apprendre.

La publication de ce dossier thématique dans la revue témoigne, si besoin en était, de l’importance de ne pas considérer la dimension juridique – ici pénale – sous le seul aspect de son résultat (le droit écrit et sa production législative ou réglementaire) mais aussi et peut-être surtout de l’appréhender « en action » car elle participe de l’élaboration de politiques publiques, d’une part, et est mise en œuvre par toute une chaîne d’acteurs sociaux qui contribuent à l’interpréter et à lui donner corps, d’autre part.

Accordant elles aussi une large place au droit pénal, les trois Études de cette livraison illustrent parfaitement cette articulation entre l’analyse des modes de production du droit et la description de ses effets sociaux – articulation qui est au cœur même de la revue Droit et Société. Ajoutons qu’en accueillant des textes en français et en anglais, la rubrique Études manifeste bien le parti pris de notre revue de s’inscrire dans des champs scientifiques internationaux, sans exclusive et en valorisant une forme de multilinguisme scientifique. À cet égard, l’intégration de la revue, récemment acceptée et dont le processus est en cours, dans la base de données américaine HeinOnline témoigne elle aussi cette ambition.

Enfin, l’à propos qui clôt ce numéro ouvre lui aussi d’autres perspectives tout aussi « globales » puisqu’il concerne les relations complexes que le droit étatique entretient avec d’autres systèmes normatifs juridiques, ici le droit talmudique, si méconnu. Nul ne peut contester le fait que la revue prend sa part depuis bien longtemps à l’analyse de la globalisation du droit et des formes variées qu’elle peut connaître. On ne saurait, là non plus, refuser de conserver une telle ouverture d’esprit, n’est-ce pas ?

 

Pierre Brunet et Laurence Dumoulin
Rédacteurs en chef de la revue


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *