Gouverner dans la violence. Le paramilitarisme en Colombie | Jacobo Grajales

Jacobo Grajales, Gouverner dans la violence. Le paramilitarisme en Colombie, Paris : Karthala, coll. « Recherches internationales », 2016, 324 p.

Compte rendu par Diana Villegas (Université Paris 2)

 Le jeune chercheur Jacobo Grajales propose un véritable portrait de la violence paramilitaire en Colombie. Sa thèse doctorale en science politique faite sous la direction de Jean-Louis Briquet donne un nouveau cadre de lecture du phénomène paramilitaire des années 1980 jusqu’à la fin des années 2000. Cette étude sur les années noires de la Colombie, à l’apogée du paramilitarisme, renverse le paradigme d’analyse traditionnelle porté sur ce sujet. Rejetant autant les théories classiques que les plus contemporaines, l’auteur livre un regard complexe et dynamique du phénomène.

En ce sens, Jacobo Grajales est un anticonformiste. D’une part, il dépasse le regard réducteur qui amène à penser les groupes paramilitaires comme des supplétifs militaires, comme groupes de délégation de la violence ou sous la forme de la privatisation de la violence. D’autre part, il prouve que les alliances et l’enchevêtrement entre les acteurs sont des pratiques privilégiées, en reprochant aux théories existantes d’être essentialistes. Selon lui, elles conçoivent le phénomène paramilitaire dans des relations univoques, conflictualistes et de rupture. Il abandonne ainsi une approche qu’il nomme « normativiste » qui « associe l’essor de la violence privée au déclin étatique » (p. 29) et au monopole de l’État pour intégrer l’idée du continuum dans les relations issues de la violence puisqu’elle appartiendrait tant à l’ordre civil qu’à l’ordre étatique.

Cet anticonformisme l’amène à constater le rôle actif et volontaire de l’État dans la gestion de la violence ainsi que son externalisation. L’idée « classique » d’État s’efface face aux groupes illégaux qui le façonnent. L’État est vu comme complice de collusions et son incapacité à gouverner l’amène à l’« exercice du pouvoir par la décharge ». Il s’agit donc d’un État présent mais complaisant.

À l’aide d’une approche sociologique, l’auteur se base sur une analyse de la violence privée pour rendre compte de son impact dans la formation historique de l’État. Sa méthodologie fondée sur des dossiers officiels et complétée par de nombreux entretiens (quatre-vingt-onze au total), là où généralement les traces écrites sont inexistantes ou lapidaires, lui permet d’étudier les pratiques de l’exercice du pouvoir et de porter sa réflexion sur des études de cas ; le lecteur découvre ainsi l’ampleur déconcertante du phénomène paramilitaire.

Le texte est présenté sous une forme classique en deux parties précédées par une introduction et un chapitre préliminaire. Cette composition permet au lecteur de découvrir, dans un premier temps, la difficulté que pose la délimitation des contours du phénomène paramilitaire à cause de son ampleur et de sa mutation. Cette partie se concentre davantage sur la présence des paramilitaires dans la scène locale, sa constitution en tant qu’ordre capable d’organiser la vie sociale et la politique d’une région (application des règles, prélèvement des ressources, contrôle de la liberté d’aller et venir, surveillance des frontières) grâce à sa capacité à déployer la violence.

Dans un second temps, la qualification juridique et politique du phénomène est au cœur de l’analyse. Le concept fonctionnel de « dissidence relative » permet de le qualifier dans la relation ambiguë que l’État entretient avec lui. Le discours officiel justifiait à l’époque l’existence du phénomène paramilitaire à travers la nécessité de lutte contre « l’insurgence », afin de garantir la sécurité en vue d’un développement économique. La question de l’incrimination des militaires et leurs liens avec les paramilitaires se pose également de façon directe. Par ailleurs, l’auteur souligne le combat des tribunaux pour garantir une justice plus efficace ; par exemple, le travail de l’Unité spéciale du parquet chargé d’enquêtes sur les violations des droits de l’Homme et les décisions de la Cour constitutionnelle, ainsi que la mise en place de la juridiction de « justice et paix ».

Le regard dynamique traverse ces deux parties. De façon exceptionnelle, l’auteur apporte la preuve des multiples relations qui se créent et s’entremêlent entre les acteurs légaux et illégaux. Il est question de mimétisme et de mutation entre les acteurs. Par exemple, la politique étatique de sécurité aurait permis une assimilation des paramilitaires à l’armée ou à des organisations de sécurité privée ; parfois les paramilitaires se présentent comme un calque de la guérilla en ayant pour objectif la reconnaissance d’un statut politique afin d’échapper aux incriminations de droit commun. De la même manière, les narcotrafiquants s’achètent une immunité à travers l’acquisition de « franchises » paramilitaires. L’auteur explique aussi que les relations de collusions ne sont pas uniquement des stratégies mais sont le résultat d’un processus historique complexe.

Jacobo Grajales expose la violence électorale, territoriale, symbolique et communicationnelle qui entourent ces relations. La lecture de toutes ces formes de violences surprendra le lecteur profane. Cette force vient de toute part et est infligée par de nombreux acteurs. Il s’agit de gouverner dans la violence, mais aussi par la violence, grâce à elle et malgré elle. Une violence qui vient, bien évidemment des groupements paramilitaires, mais aussi des liens qu’ils entretiennent avec la guérilla, les entrepreneurs, les narcotrafiquants, les multinationales, mais aussi l’État et ses institutions (politiques et militaires notamment).

Le livre de Jacobo Grajales fait voyager au cœur du terroir colombien en pleine guerre des tropiques où la gouvernance paramilitaire s’érige comme un ordre sous l’œil complice de l’État et de ses institutions : les paras1 contrôlent le territoire, se chargent de la sécurité privée, choisissent les élus locaux et négocient jusqu’aux listes des députés à l’Assemblée nationale. Le lecteur constatera à quel point, dans la scène locale, le phénomène paramilitaire n’est point marginal, informel ou parallèle.

Gouverner dans la violence est ainsi une anthologie de la perversion tant paramilitaire qu’étatique permettant de comprendre les doléances de ce pays d’outre-Atlantique. L’auteur illustre parfaitement les liens imperceptibles entre la violence et la formation de l’État. Il ne reste finalement plus qu’à savoir si cette violence dont parle Jacobo Grajales n’est qu’une fatalité, comme l’a écrit le romancier Alvaro Cepeda Samudio aux débuts du paramilitarisme : « El pueblo termina frente al mar : un mar desapacible y sucio al que no mira nadie. Sin embargo el pueblo termina frente al mar2

 

Enregistrer

  1. Mot utilisé dans le langage courant pour faire référence aux paramilitaires. []
  2. « Le village se termine face à la mer : une mer tumultueuse et sale, que personne ne regarde. Toutefois, le village se termine face à la mer. » Traduction de Alvaro Cepeda, « La casa grande » in Obra literaria, Bogotá : Alfaguara, 2016, p. 186. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.