Éditorial

La revue Droit et Société est établie depuis 1985 comme la revue francophone interdisciplinaire (droit et sciences sociales) sur le droit et la justice1 . Elle est devenue progressivement le support d’analyses, de réflexions sur les processus de régulation sociale et politique des sociétés contemporaines avec une attention particulière portée au droit et à ses multiples mises en œuvre dans ces processus généraux. De ce point de vue, les orientations de la revue rejoignent de plus en plus ce que fut le positionnement des grandes figures fondatrices des sciences sociales pour lesquelles la question du droit était une entrée privilégiée pour étudier les transformations des sociétés.

Les principes de sa politique éditoriale portent sur :

  • la restitution de travaux de recherche, particulièrement ceux comportant une base empirique ;
  • la mise en valeur d’approches ayant une dimension fortement interdisciplinaire, notamment entre le droit et les sciences sociales ;
  • le choix délibéré de se situer constamment dans une perspective résolument internationale dans la politique de sollicitation des auteurs et le traitement des thèmes.

Au cours des années récentes, la revue s’est inscrite dans un double mouvement : l’attention croissante portée aux questions de droit et de justice dans le débat social et politique dont il résulte des mobilisations de plus en plus fortes dans les milieux de recherche au niveau international ; l’arrivée d’une nouvelle génération, d’une part, de chercheurs en sciences sociales (particulièrement en sociologie, anthropologie, science politique et histoire) qui se tournent vers les questions de droit et de justice, d’autre part, de juristes, représentants de la philosophie et de la théorie du droit,  plus largement acteurs d’une recherche juridique elle-même en renouvellement et manifestant de plus en plus leur intérêt pour la perspective d’analyse des sciences sociales. Un des effets de ce double mouvement est l’augmentation du nombre de manuscrits et de projets de dossiers soumis à la revue.

Les initiatives prises notamment à l’occasion du 30e anniversaire de la revue en 2015 symbolisent fortement ce que sont plus que jamais les grandes lignes d’action de la revue, dont on peut remarquer qu’elles convergent avec le remarquable rapport sur la recherche en droit rédigé pour le CNRS par notre collègue Rostane Mehdi (( Rostane Mehdi, Mission sur la recherche juridique au CNRS, Rapport, multigr., 2016.)) notamment :

  • Inscrire ses contenus et servir de vecteur aux évolutions actuelles et aux potentialités d’un approfondissement de ce que peuvent devenir une recherche sur le droit et une recherche juridique susceptibles d’être mises en synergie, inspirées par la volonté de préserver des approches où le droit est une « entrée » privilégiée pour observer et comprendre le sens des processus sociaux et politiques à l’œuvre dans les sociétés contemporaines.
  • Accentuer l’exigence de qualité des contributions, ce qui se manifeste déjà par la richesse des commentaires formulés par les referees sollicités et les correspondants-référents pour les projets de dossiers avec comme supports de nouvelles grilles d’évaluation.
  • Développer la politique de diffusion et de promotion de la revue et des activités qu’elle génère. C’est entre autres le sens qu’il convient de donner à l’abaissement à 24 mois de la barrière mobile sur Cairn conformément aux instructions données par le CNRS. C’est ce dont témoigne l’entrée de la revue sur Persée. Enfin, le site hypotheses.org est devenu l’instrument principal de la politique de promotion de la revue conjointement avec celle des autres activités de Droit et Société. Les recensions d’ouvrages, l’annonce des manifestations scientifiques, les vidéos de conférences, les enregistrements d’émissions de radio, etc. suscitent un intérêt croissant qui se répercute sur les réseaux sociaux et se mesure au nombre de visites mensuelles qui ne cesse de progresser.
  • Renforcer la politique d’internationalisation :
    • en proposant des résumés en anglais et des traductions de certains articles sur Cairn ;
    • en s’appuyant sur le réseau international exceptionnel que représentent les quarante-cinq signatures de revues dans le monde de la « Lettre-manifeste » et la remarquable réactivité de ces revues suite à notre initiative ;
    • en mettant en œuvre, grâce à l’implication de Pierre Guibentif, membre du comité éditorial, une politique d’échange d’articles avec la revue allemande Zeitschrift für Rechtssoziologie, politique que nous souhaiterions prolonger avec une ou des revues anglophones ;
    • en préparant l’entrée de la revue sur Jstor et HeinOnLine.

Bien entendu, ces initiatives participent d’une ambition plus large : celle de percer le « plafond de verre » que représente, pour l’audience internationale de la revue, l’usage principal de la langue française, ce qui passe par l’obtention de  moyens nécessaires pour  une traduction partielle ou totale de la revue en anglais.

Afin de préparer l’avenir, il vient d’être procédé à un renouvellement partiel du comité éditorial  fondé sur les critères du respect de la diversité disciplinaire, de la représentation internationale, du renouvellement générationnel et de la parité. Dans le même esprit, un changement  intervient également au niveau de la rédaction en chef. Pierre Brunet et Laurence Dumoulin assureront désormais, conjointement, cette fonction. Ils s’y préparent depuis 2013 en étant rédacteurs en chef-adjoints et en s’impliquant, depuis cette date, dans un fonctionnement remarquablement collégial de cette instance. Les disciplines qu’ils représentent, le droit pour l’un, la science politique et la sociologie pour l’autre constituent le symbole même de l’identité pluridisciplinaire de la revue Droit et Société et de la volonté de la perpétuer.

L’utopie que nous portions à quelques-uns2 au départ de cette belle aventure intellectuelle et humaine est devenue réalité au point d’oser nous tourner résolument et avec optimisme vers l’avenir et, fraternellement, vers celle et celui qui en ont désormais principalement la responsabilité.

 

Jacques Commaille

  1. Cet éditorial reprend les principaux éléments de la demande 2017 de renouvellement du soutien à l’édition du CNRS. []
  2. Comment ne pas avoir une pensée émue ici pour notre ami André-Jean Arnaud, disparu le 25 décembre 2015, et à qui nous devons tant dans l’idée même de cette revue et dans sa réussite effective. Voir : « Hommage à notre ami André-Jean Arnaud disparu le 25 décembre 2015 », Droit et Société, n° 92, 2016/1, p. 5-28. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *