Sidérations. Une sociologie des attentats | Gérôme Truc

siderationsGérôme Truc, Sidérations. Une sociologie des attentats, Paris : PUF, coll. « Le lien social », 2016, 343 p.

Compte rendu par Romain Juston (Professions, Institutions, Temporalités [Printemps], Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Étudier les réactions du public aux attentats, c’est, selon Gérôme Truc, renouer avec une interrogation au fondement de la sociologie d’Émile Durkheim, lequel s’intéressait déjà – alors qu’il écrivait durant les attentats anarchistes – à l’individu, au collectif et aux ressorts de la solidarité. Dans cette optique, Gérôme Truc propose une sociologie des attentats attentive à l’expérience qu’en font des individus ordinaires. La « matière » de ce livre constitue l’originalité centrale de la démarche de l’auteur, puisque sont traités, à titre principal, les messages écrits adressés aux victimes des trois attentats de New York en 2001, Madrid en 2004 et Londres en 2005, en partant du fait que « ces messages sont […], les traces d’une expérience personnelle de l’événement, et donc un matériau de premier choix pour saisir les différentes modalités suivant lesquelles le grand public se sent concerné par un attentat » (p. 178).

Le contenu des messages est abordé en lien avec un second corpus exploité dans la première partie du livre qui expose les différentes facettes des « attentats islamistes en territoire occidental ». L’auteur y conduit une sociologie du traitement médiatique des attentats réduite à une étude efficace des cadres véhiculés par les « unes » et les photographies publiées dans la presse écrite. Le détour par ces documents rend possible l’appréhension de la façon dont ils préparent les réactions, en fournissant des façons de réagir qui conviennent face à ces événements. La notion de cadre, reprise à Erving Goffman1, permet par exemple de tracer les qualifications successives des attentats de 2001 et de comprendre comment le 11-Septembre a, en définitive, été cadré comme un « acte de guerre ». Déployée sur une échelle comparative, la notion rend compte de la pluralité des cadrages possibles d’un même événement, ces attentats ayant été perçus en Europe selon un contre-cadrage cosmopolitique commandant une solidarité occidentale. Cet « impact différentiel du 11-Septembre » (p. 45) se lit, de surcroît, dans les images dont les prises de vue sont également des « prises de position » (p. 86) véhiculant à ce titre des cadres qui participent à orienter la perception de l’événement. Ainsi, alors que les journalistes américains ont d’abord diffusé des images de destructions matérielles qui « collent à l’idée d’un “nouveau Pearl Harbor” » (p. 86), les journalistes européens ont privilégié la voie consistant à « montrer la dimension humaine des attentats » (p. 91). Cette dernière posture manifeste le souci cosmopolitique, et affirme par là même un principe d’équivalence entre les attentats européens et le 11-Septembre. Compte alors moins une politisation des attentats que, pourrait-on dire, une politisation de la mort où il s’agit d’instaurer une « communauté de deuil » (p. 118).

Cette communauté de deuil se vivifie dans les « moments manifestants » étudiés dans les chapitres suivants. Les appels à manifester ou à respecter une minute de silence participent, en effet, également à cadrer l’événement, le 11 janvier 2015 ayant par exemple été érigé en France comme un moment républicain. À distance de la vision selon laquelle ces moments témoignent de « la simple expression d’une unité nationale » (p. 144), l’auteur s’engage dans l’étude des motifs d’engagement dans les manifestations de solidarité pour expliquer pourquoi elles restent très différenciées selon les attentats. De ce point de vue, l’exploration des fonds d’archives de presse met au jour les proximités spatiale et sociale comme facteurs qui conduisent une personne à « suivre la consigne l’invitant à respecter une minute de silence, quand elle pourrait très bien ne pas le faire » (p. 156).

En résumé, les différentes manières de parler des attentats sont aussi des façons de cadrer ces événements puisqu’elles « orientent les réactions et cherchent à faire primer certains modes de concernement sur d’autres » (p. 206)2. La seconde partie de l’ouvrage examine plus avant les mécanismes par lesquels s’établissent ces modes de concernement, en dévoilant ceux qui révèlent une « distance critique par rapport au discours officiel » (p. 238). Ainsi, à partir d’un corpus de 58 732 messages relatifs à l’attentat de Madrid, le recours à un logiciel d’analyse lexicale a permis de construire « l’espace des réactions publiques à un attentat » (p. 191). Forgée par induction, la typologie de ces réactions qui en découle sert une enquête dynamique, puisque ce premier travail a permis de guider les explorations successives des corpus examinés dans la suite de l’enquête. L’analyse des signatures des messages permet de caractériser plus en détail les modes de réaction du public. En envisageant ces signatures comme une façon de se réclamer d’une communauté parmi d’autres, Gérôme Truc montre que ces dernières sont moins des ensembles durables préexistant à l’événement, mais plutôt qu’elles s’affirment au moment de l’acte d’écriture « sous le coup de l’émotion » (p. 201). Au-delà des signatures, c’est la question plus générale de l’échelle à laquelle les messages de solidarité sont exprimés qui est analysée. Si les Américains ont perçu le 11-Septembre comme une attaque contre les États-Unis, les Européens ont, quant à eux, conjugué leurs réactions aux attentats subis sur leurs territoires à l’échelle du monde ou des capitales, dès lors que ces dernières ont été pensées comme des « villes-mondes » présentant la propriété symbolique de renvoyer à « l’ethos cosmopolite de la civilisation urbaine » (p. 228).

Les trois derniers chapitres analysent le contenu des messages, en commençant par les « jugements de valeurs » qu’ils véhiculent et la « sensibilité morale » de la société qu’ils révèlent (Émile Durkheim, cité p. 232). À l’instar des publics, les valeurs s’affirment dans l’épreuve selon des mécanismes pluriels du concernement qu’une étude systématique des messages fait apparaître. Les prises par lesquelles on se sent concerné en matière d’attentats découlent d’opérations de publicisation qui passent par la singularisation des victimes (par les avis de recherche et les portraits par exemple) ou par la compilation des histoires singulières à partir desquelles peuvent se fabriquer des figures (comme celle du « bon Américain »). Ainsi, alors que des critiques, comme celle de Judith Butler, ont pu pointer « le cadre normatif de cette publicisation » (p. 267) porteur d’une « hiérarchie dans le deuil » (citée ibid.), Gérôme Truc envisage ces initiatives d’un point de vue compréhensif. Il peut alors conclure que « les portraits des victimes ne font pas que désigner quelles vies méritent d’être pleurées, ils mettent aussi en quelque sorte les personnes que ces portraits font pleurer sur une voie pour comprendre d’où provient leur émotion » (p. 273). La mise en récit de leurs messages est alors analysée comme un travail pour « réduire la distance entre la personne concernée et les victimes » (p. 276). C’est dans cette opération d’écriture que se noue le concernement qui passe souvent par un détour par son récit personnel qui est, en fait, le chemin le plus court pour faire comprendre les ressorts de son concernement, et manifester ainsi sa solidarité. L’approche par ces mécanismes est complétée par celle de ses motifs dans le chapitre final. L’attachement au lieu des attentats, la coïncidence des dates (par un anniversaire par exemple) ou l’homologie d’expériences sont ainsi successivement examinés en tant que facteurs de concernement.

Enfin, la conclusion reformule un des résultats principaux de l’ouvrage autour de la sociologie durkheimienne maintes fois mobilisée. Les messages patiemment dépouillés, statistiquement explorés et richement analysés témoignent moins d’une commune appartenance que d’une « commune singularité » caractéristique des sociétés différenciées.

En définitive, Sidérations avance de manière limpide une série de propositions pour comprendre notre réaction aux attentats. Au-delà de cet objet, un des intérêts principaux de l’ouvrage est de familiariser le lecteur avec une méthode pour équiper l’analyse de discours avec un logiciel d’analyse lexicale. Le recours à cette méthode interroge néanmoins par son caractère exclusif, dans la mesure où elle ne permet pas d’accéder à d’autres formes d’expressions qui ne seraient pas canalisées par les sources dépouillées. On peut, par exemple, penser aux manifestations moins publiques et non forcément écrites qu’il aurait été possible de saisir dans diverses institutions comme l’école, voire les manifestations dans la sphère privée (en famille ou dans divers réseaux de sociabilité, y compris en ligne). En effet, la proposition selon laquelle l’expérience de sidération suscite des références spontanées qui débordent du cadre officiel serait encore davantage éclairée par une étude des réactions que la constitution d’autres corpus aurait permis d’analyser. En outre, articuler l’analyse textuelle à d’autres méthodes, comme des entretiens, aurait permis d’aller plus loin dans l’exposé des motifs et des mécanismes du concernement. Ces sources externes aux messages eux-mêmes se révèleraient probablement heuristiques pour saisir la seconde question abordée dans l’ouvrage relative à la façon dont l’expérience de concernement reconfigure les identités de ceux qui réagissent par écrit aux attentats : qu’est-ce que l’épreuve des attentats fait à celles et ceux qui y réagissent ? À quelles conditions ces reconfigurations peuvent-elles être durables ? Sans doute qu’une enquête qui replacerait les réactions spontanées dans l’histoire passée et future des (réd)acteurs permettrait d’approfondir cette seconde question.

 

  1.  La notion de cadre – qui traverse tout l’ouvrage – est définie comme « un dispositif cognitif et pratique d’organisation de l’expérience sociale qui nous permet de comprendre ce qui nous arrive et d’y prendre part » (Erving Goffman cité p. 18). []
  2.  Le concernement est une notion clé de l’ouvrage dont l’analyse permet de sortir d’une analyse psychologique des réactions aux attentats en étudiant les façons par lesquelles les émotions individuelles se construisent à une échelle collective. L’objectif de ce type d’analyse est de lever le paradoxe selon lequel on peut ressentir une vive émotion à la suite d’un attentat alors même qu’on n’a pas été directement touché par lui. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search