Hors des murs. L’exécution des peines en milieu ouvert / Xavier de Larminat

larminatXavier de Larminat, Hors des murs. L’exécution des peines en milieu ouvert, Paris : PUF-Le Monde, 2014, 216 p.

Compte rendu par Manon Veaudor (Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales [CESDIP], Université Versailles-Saint Quentin)

Une étude de la probation dissociée du champ carcéral est-elle possible ? Cette question traverse, sans le résumer, l’ouvrage de Xavier de Larminat. Hors des murs se distingue, dès les premières pages, des approches existantes sur la probation. Trop souvent abordé sous un « prisme carcéral » réducteur voire clivant dans les réformes pénales (p. 7), le champ de l’exécution des peines souffre en effet d’une approche instrumentale – celle du « what works ? » arc-boutée sur les moyens disponibles en milieu ouvert pour désengorger les prisons –, ou limitée à l’idée d’extension du filet pénal. Pour l’auteur, il importe avant tout de connaître la nature des mesures pénales exécutées en milieu ouvert et les enjeux professionnels dont elles sont porteuses.

Le premier ouvrage de Xavier de Larminat, issu de sa thèse, aborde les reconfigurations du métier d’agent de probation, terme retenu pour désigner les professionnels ayant en charge le suivi et l’exécution des mesures pénales de milieu ouvert. Il nous livre une analyse minutieuse des transformations de la probation en France progressivement imprégnée par une logique de gestion des risques 1

L’ouvrage repose sur une étude ethnographique de plusieurs mois au sein de deux services pénitentiaires d’insertion et de probation de milieu ouvert. À l’appui de la sociologie des professions et de l’analyse de l’action publique, il révèle une caractéristique constante de la probation en France : la quête de légitimé professionnelle. Émerge à partir de cela une démonstration originale selon laquelle le processus de légitimation est réactivé par de nouvelles orientations pénales : managériales, gestionnaires (lutte contre la surpopulation pénale) et criminologiques.

Le livre s’ouvre sur un exposé socio-historique retraçant les grandes phases d’institutionnalisation du champ de la probation. L’auteur entend saisir les conditions actuelles d’exercice en milieu ouvert contribuant au manque de reconnaissance des conseillers. Au-delà, cette entrée par le milieu ouvert nous éclaire sur les rapports de pouvoir au sein de l’administration pénitentiaire paradoxalement peu documentés par la sociologie de la prison2 . La redéfinition en 2008 des méthodes et missions des services pénitentiaires d’insertion et de probation autour de de la prévention de la récidive, de même que la réforme statutaire retirant ces services de la filière sociale de la fonction publique, illustrent ainsi les soubresauts de la mainmise pénitentiaire.

La suite de l’ouvrage se consacre aux réformes de la probation dans un contexte de rationalisation du secteur judiciaire. Xavier de Larminat revient sur la spécialisation progressive des agents selon le type de mesures, fragmentant le suivi des condamnés en milieu ouvert, avant de s’intéresser à l’appropriation de nouveaux outils dont l’emblématique – mais révolu – diagnostic à visée criminologique (DAVC).

Cette partie propose alors une critique acérée et intéressante de l’importation du référentiel criminologique dans le secteur de l’exécution des peines. Observant les pratiques professionnelles, l’auteur montre que l’appropriation de méthodes à visée criminologique (évaluer et prévenir la dangerosité) fige des profils de condamnés en même temps qu’elle renforce une prise en charge différenciée. Celle-ci engendre en effet un suivi intensif pour les personnes « à risques » autant qu’elle réduit la prise en charge de la majorité restant à une simple « gestion des flux et des ressources » (p. 92).

Par ailleurs, la mise en pratique de ce référentiel tend, selon l’auteur, à délaisser l’appréciation de la situation sociale des condamnés au profit d’un « regard psychologisant » (p. 84). En pratique donc, les outils d’évaluation des risques ignorent le milieu socio-économique des condamnés alors même qu’ils ont pour effet d’amplifier l’emprise pénale sur les segments les plus défavorisés de la population3 . En d’autres termes, l’ignorance des conditions socio-économiques n’est pas incompatible avec des effets discriminatoires à l’égard des populations défavorisées.

Cette analyse est étayée par une connaissance précise des grilles d’évaluation expérimentées à l’époque de l’enquête. On regrettera peut-être la brièveté des restitutions de terrain qui auraient pu illustrer davantage les interactions entre probationnaires et conseillers d’insertion. On pense par exemple aux façons dont ces questionnaires sont complétés sur le vif voire discutés avec les personnes suivies.

Enfin, partant de ces réformes, l’auteur propose trois idéaux-types des mutations identitaires de la profession : le « travailleur social », progressivement remplacé par le style plus légaliste du « contrôleur » et du « criminologue », légitime à prédire les risques de récidive des personnes condamnées (p. 124-136). Le rapprochement de ces résultats avec la thèse de Yasmine Bouagga est intéressant. Celle-ci constate une superposition entre les conceptions du métier de conseiller d’insertion et de probation, parfois contradictoires aux pratiques, et le jugement subjectif porté sur le détenu. Ces observations l’invitent à préférer une analyse « par cas » plutôt qu’idéaux-types, se distanciant sur ce point de Xavier de Larminat4 . En dépit de divergences, ces deux approches soulignent, d’une part, l’importance de ne pas figer les catégories d’analyse sur cette profession. Les observations en milieux ouvert et fermé sont, sur ce point, très proches mais curieusement peu discutées par l’auteur. Elles mettent, d’autre part, en avant des formes plurielles d’appropriation de la prévention de la récidive qui supplante progressivement l’idéal de réinsertion sociale. Dans cette thèse, l’investissement d’une posture de criminologue par « les convaincus » permet de combler un déficit de reconnaissance lancinant dans la profession.

Cette quête de sens résonne dans les interactions entre condamnés et conseillers. En effet, s’assurer au fil des entretiens individuels de la bonne exécution de la mesure judiciaire permet aux yeux des conseillers de cultiver une image positive de leur métier, idée défendue au dernier chapitre. Celui-ci questionne également un nouveau type de sanctions en milieu ouvert dites collectives (stages de citoyenneté, programmes de prévention de la récidive). Les observations au sein de groupes de parole et de stages de citoyenneté – dont des phases d’observation participante, méthode sur laquelle l’auteur ne revient pas – montrent un processus d’assignation des condamnés à des rôles sociaux détachés de toute prise en compte de leur milieu social (p. 180-194). C’est en définitive la portée normative de ces dispositifs qui est décryptée.

Hors les murs défend ainsi une approche singulière de la probation et livre plus largement une réflexion aux marges du pénal et du social. Attentif aux effets des orientations criminologiques sur les pratiques professionnelles, l’auteur avance deux limites principales des instruments à visée évaluative : ils ne compensent pas la carence de moyens dont souffrent les services d’insertion et de probation et demeurent, à défaut d’une prise en compte des contextes sociaux et économiques des condamnés, illusoires.

  1. Cette publication est concomitante à deux études questionnant cette réorientation pénale. La première se penche, à partir d’une analyse discursive, sur les rationalités de ces professionnels à l’aune de la prévention de la récidive. La seconde porte sur le milieu fermé et analyse les usages du droit en prison au travers notamment des pratiques des conseillers pénitentiaires. Respectivement, Olivier Razac, Fabien Gourou et Grégory Salle, Les rationalités de la probation française, Agen : Cirap/Enap, Ministère de la Justice, 2013 ; Yasmine Bouagga, Humaniser la peine ? Ethnographie du traitement pénal en maison d’arrêt, thèse de doctorat en sociologie, Paris : École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2013. []
  2. On notera une démarche récente en ce sens: Jean-Charles Froment et Martine Kaluszynski (dir.), L’administration pénitentiaire face aux principes de la nouvelle gestion publique. Une réforme en question(s), Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 2011. []
  3. Émilie Dubourg et Virginie Gautron, « La rationalisation des méthodes d’évaluation des risques de récidive », in Champ pénal/Penal field, XI, publié le 21 janvier 2014, dernière consultation le 23 septembre 2015. []
  4. Yasmine Bouagga, Humaniser la peine ? Ethnographie du traitement pénal en maison d’arrêt, op. cit., p. 278-282. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search