Posthuman Legalities. New Materialism and Law beyond the Human | Anna Grear, Emille Boulot, Iván Darío Vargas-Roncancio, Joshua Sterlin (Eds.)

Anna Grear, Emille Boulot, Iván Darío Vargas-Roncancio, Joshua Sterlin (Eds.), Posthuman Legalities. New Materialism and Law beyond the Human, Cheltenham, UK; Northampton, Mass.: Edward Elgar Publishing, 2021,161 p. [N° spécial de: Journal of Human Rights and the Environment (Dec. 2021), vol. 12].

Compte-rendu par Albane Geslin (Sciences Po Lyon/UMR 5137 CERCRID)

 

« Nous n’avons jamais été humains », tel aurait pu être – reprenant les propos de Donna Haraway[1] – le sous-titre de ce numéro spécial du Journal of Human Rights and the Environment. Et ce serait à juste titre que l’on y entendrait l’écho du « Nous n’avons jamais été modernes » de Bruno Latour[2], dont la théorie de l’acteur-réseau est une des sources d’inspiration de plusieurs des contributions réunies dans cet ouvrage.

Nous n’avons jamais été humains – au sens d’un être se pensant comme un individu rationnel et autonome dont l’exceptionnalité dans le monde du vivant lui accorderait un statut hiérarchiquement supérieur – parce que nous avons toujours été plus qu’humains. Cet ouvrage, qui s’inscrit dans le « more-than-human turn », permet ainsi aux juristes de saisir ce que de nombreux philosophes, anthropologues, biologistes soutiennent depuis plusieurs décennies, à savoir que l’humain individuel n’existe pas, et que cela a nécessairement des conséquences sur le droit, notre manière de le penser et, voire surtout, de le concevoir et de le pratiquer.

Par-delà la diversité non seulement des thématiques abordées – droit de propriété (Margaret Davies), représentation des intérêts des non-humains (Matt Harvey et Steve Vanderheiden), changement climatique et développement durable (Nick J. Fox et Pam Alldred), droits de la nature (Emily Jones), justice transitionnelle (Danielle Celermajer et Anne Therese O’Brien), responsabilité (Marie-Catherine Petersmann), communs urbains (Teresa Dillon) – mais également du degré de radicalité des propositions, une grande unité ressort des contributions, quant au socle pluridisciplinaire sur lequel les réflexions prennent appui : Karen Barad[3], Jane Bennett[4], Rosi Braidotti[5], Philippe Descola[6], Arturo Escobar[7], Donna Haraway[8], Maria Puig de la Bellacasa[9] ou encore Deborah Bird Rose[10] sont parmi les autrices et auteurs dont les travaux sont mobilisés de façon récurrente dans les différentes contributions.

Inspirés par ces littératures néo-matérialistes, relationnelles et posthumanistes, les auteurs et autrices réunis dans ce numéro du JHRE retiennent l’idée, mise au jour par la prise de conscience du basculement dans l’Anthropocène, que les humains sont inextricablement enchevêtrés dans les relations avec les « non-humains », animés ou inanimés, avec lesquels ils composent des collectifs socio-politiques[11]. Tous les articles mettent en évidence que « beaucoup d’outils ou de schémas intellectuels avec lesquels on a longtemps pensé l’homme-dans-le-monde ne sont plus opératoires »[12], car nous rendant incapables de penser tout à la fois l’inséparation fondamentale de tous les êtres et les intra-actions dans lesquelles ils sont pris.

Qu’on ne s’y trompe toutefois pas : ici, nulle trace d’un « posthumanisme du remplacement de l’espèce humaine et de la ‘techno-évolution’ »[13]. Nulle trace non plus d’un anti-humanisme affirmant que l’humanité est la cause de tous les maux de la planète et une menace pour toutes les autres entités (à cet égard, voir la mise au point explicite de N.J. Fox et P. Alldred, « Climate change, environmental justice and the unusual capacities of posthumans », p. 61). Ainsi que le précise M. Davies, le terme « posthumain » a été créé « to describe approaches that start from the position that the human is a distributed and interconnected being rather than rational and self-contained » (« Re-forming property to address eco-social fragmentation and rift », p. 19). Partant, et malgré les divergences qui peuvent traverser ces courants théoriques – notamment lorsque sont parallèlement mobilisées les critiques formulées par les chercheurs travaillant dans le champ des Black Studies, des études féministes, des Indigenous Studies ou des études décoloniales – les contributrices et contributeurs adoptent une approche posthumaine de la subjectivité, reconnaissant une agentivité au-delà de l’humain. Les « non-humains » sont considérés comme des acteurs sociaux, participant pleinement à un monde posthumain.

Les approches posthumaine et néo-matérialiste conduisent ainsi à modifier la position onto-épistémologique de l’espèce humaine, substituant à une perspective centrée sur l’humain – et le plus souvent un humain mâle, blanc et occidental – une perspective centrée sur le multi-spécifique, voire, plus radicalement, une approche centrée sur les relations, des relations que l’on peut alors qualifier de socio-naturelles ou bio-culturelles. Partant, les autrices et auteurs s’inscrivent en faux contre deux idées clés de l’onto-épistémologie moderniste se trouvant au fondement du droit, et du droit de l’environnement en particulier, qu’il soit national ou international : d’une part, l’idée que les éléments de la nature seraient des sources de richesses – des « ressources » naturelles – et, d’autre part, le principe selon lequel l’environnement serait un objet passif, contrôlable et maîtrisable par l’humain.

S’il y a une réelle unité dans les filiations intellectuelles, les lecteurs et lectrices – notamment peu familiers de ces champs d’études – pourront regretter quelques ambiguïtés sensibles d’une contribution à l’autre, une absence d’unité quant au terme « posthuman » et à l’expression « morethanhuman » et aux sens qui leur sont attribués. Certains les emploient comme substantifs ; pour d’autres, plus majoritaires, il s’agit de qualificatifs, mais ne renvoyant pas aux mêmes entités (il s’agit parfois d’assemblages plus qu’humains, parfois d’êtres plus qu’humains) ; les coordinatrices et coordinateurs de ce numéro spécial n’ont pas cherché à unifier, dans leur éditorial, une définition du posthumain, maintenant ainsi le pluralisme des approches. De même, quelques contributions laissent entendre que « posthumain » et « néo-matérialiste/sme » sont synonymes, alors que pour d’autres ces concepts sont distincts mais suffisamment proches pour que les réflexions menées dans un champ nourrissent celles menées dans un autre champ. Ces balancements ne sont pas préjudiciables à la compréhension de chacune des contributions ; toutefois, la diversité des orientations peut générer quelques légers flottements. L’on peut néanmoins retenir que, pour tous les auteurs et autrices, adopter une perspective posthumaine est admettre un monde plus qu’humain.

Constatant l’incapacité du droit de l’environnement actuel à assurer une protection efficace du climat et de la biodiversité, tous les articles soutiennent l’idée que « [a] legal ontological turning is required, wherein the fundamental categories, concepts and conceptions on which Western law is based are interrogated and reimagined/replaced » (Editorial, p. 3). En revanche, ils s’inscrivent dans des degrés variables de contestation des ordres juridiques existants et des imaginaires qui les sous-tendent. Certains auteurs et autrices proposent une remise en cause radicale, une « re-formation » de ces ordres, notamment au niveau des pratiques mêmes et non seulement des idées (notamment M. Davies, op. cit. ; M.-C. Petersmann, « Response-abilities of care in more-than human worlds », p. 102 et s. ; D. Celermajer et A.T. O’Brien, « Alter-transitional Justice; transforming unjust relations with the more-than-human », p. 125 et s.) ; d’autres s’engageant davantage dans des propositions doctrinales ou réformistes s’intégrant dans les cadres existants du droit de l’environnement en proposant d’en élargir la portée ontologique (voir M. Harvey et S. Vanderheiden, « ‘For the trees have no tongues’ : eco-feedback, speech, and the silencing of nature », p. 39 et s. ; N.J. Fox et P. Alldred, op. cit.), tout en ayant conscience des limites qu’il y a à chercher à réformer le système de l’intérieur (voir E. Jones, « Posthuman international law and the rights of nature », p. 76 et s., spéc. p. 97).

En outre, si l’agentivité des autres qu’humains, leur capacité à affecter leur « environnement » et à être affectés par lui est postulée par les différents auteurs, les critiques formulées à l’encontre de cette proposition ne sont pas ignorées. Ainsi, D. Celermajer et A. T. O’Brien passent en revue les multiples objections susceptibles d’être opposées à la mise en œuvre des dispositifs de justice transitionnelle au profit d’entités telles que les sols, les rivières, les écosystèmes[14], ainsi que les réponses pouvant y être apportées, soutenant celle qui, d’un point de vue ontologique, est la plus radicale, à savoir que l’enjeu est de se départir des catégories victimes/responsables et des questions relatives à leurs capacités, pour se focaliser sur la relation, comme « the fundamental ontological unit » (p. 136). Dans un autre mouvement, M. Harvey et S. Vanderheiden s’emploient à dépasser les insuffisances du modèle de guardianship – entre autres soutenu par Christopher Stone[15] – et proposent le modèle de l’ecofeedback, reconnaissant aux éléments naturels – en l’occurrence le système climatique – une capacité d’expression, sans qu’il soit nécessaire de leur attribuer une conscience ou une intention, et sans que les intérêts humains ne soient confondus avec de soi-disant besoins ou désirs des entités non humaines.

Centrées sur les assemblages bio-sociaux ou bio-culturels, ces contributions réinterrogent foncièrement la capacité du droit à prendre ce tournant onto-épistémologique. Comment le droit, et les juristes, peuvent-ils saisir la fluidité des relations, leur caractère continuellement changeant, le mouvement dans lequel elles s’inscrivent inéluctablement. Comme le souligne M.-C. Petersmann, « this exercise can seem profoundly disorienting, as it challenges the logic of law itself and its telos of providing order, stability and predictability » (p. 124).

 

[1] Intitulé de la première partie de son ouvrage Quand les espèces se rencontrent, trad. F. Courtois-L’Heureux, Les empêcheurs de penser en rond, 2021, p. 7.

[2] Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, La Découverte/Poche, 1997 (1ère éd. 1991).

[3] Voir notam. Meeting the Universe Halfway: Quantum Physics and the Entanglement of Matter, Duke University Press, 2007.

[4] Vibrant Matter: A Political Ecology of Things, Duke University Press, 2010.

[5] Voir notam. Posthuman Knowledge, Polity Press, 2009 ; The Posthuman, Polity Press, 2013.

[6] Par-delà nature et culture, Gallimard, 2005.

[7] Sentir-penser avec la terre. Pour une écologie au-delà de l’Occident, Seuil, 2018.

[8] Outre la référence citée supra, voir Vivre avec le trouble, trad. V. Garcia, Les Éditions des mondes à faire, 2020.

[9] Voir notam. Matters of Care. Speculative Ethics in More than Human Worlds, Minnesota University Press, 2017.

[10] Voir notam. Reports from a Wild Country. Ethics for Decolonisation, UNSW Press, 2004 ; « An Indigenous Philosophical Ecology: Situating the Human », The Australian Journal of Anthropology, 2005, vol. 16/3, p. 294 et s.

[11] Ainsi, à la question que posait récemment Joseph Confavreux – « Le ‘vivant’ noie-t-il le poisson politique ? » (Revue du Crieur, 2023/1(22), p. 108), ces différentes contributions apportent une réponse nette : non !

[12] D. Quesada, L’inséparé. Essai sur un monde sans autre, PUF, 2013, p. 44.

[13] G. Hottois, « Transhumanisme et posthumanisme, un essai de clarification », Archives de philosophie du droit, 2017/1, p. XXIX.

[14] Notamment le fait que les autres qu’humains ne peuvent pas être lésés de manière moralement pertinente et n’ont pas les capacités requises pour entrer dans les dispositifs de transformation sociale qu’implique la justice transitionnelle.

[15] « Should Trees have Standing? Toward Legal Rights for Natural Objects », Southern of California Law Review, 1972, n° 45, p. 450 et s. Trad. française : C. D. Stone, Les arbres doivent-ils pouvoir plaider ? Vers la reconnaissance de droits juridiques aux objets naturels, Lyon : Le passager clandestin, 2017 (préf. C. Larrère).



Citer ce billet
mcornec (2023, 7 juin). Posthuman Legalities. New Materialism and Law beyond the Human | Anna Grear, Emille Boulot, Iván Darío Vargas-Roncancio, Joshua Sterlin (Eds.). Droit & Société. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nxrx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search