L’ouverture des facultés de droit aux sciences sociales. Contribution à l’étude du droit savant américain contemporain | Yannick Ganne

Yannick Ganne, L’ouverture des facultés de droit aux sciences sociales. Contribution à l’étude du droit savant américain contemporain (avant-propos d’Éric Maulin, préface de Frédéric Audren), Bayonne ; Paris : Institut francophone pour la justice et la démocratie, coll. « Collection des thèses », tome 209, 2021, 650 p.

Compte rendu par Rafael Encinas de Muñagorri (Droit et changement social [DCS], Nantes Université, UMR CNRS 6297)

Les juristes français contemporains sont-ils ringards, assez attardés pour ne pas avoir pris le tournant des sciences sociales ? Cela explique-t-il que leurs membres les plus ouverts intellectuellement éprouvent une certaine fascination pour l’Eldorado états-unien où les sciences sociales brillent comme des pépites au sein des facultés de droit ? Et comment comprendre ce qui paraît se présenter outre-Atlantique comme une réussite éclatante tournée vers l’interdisciplinarité alors que les plaintes sont légion parmi nos rangs, illustrant le coq qui arrive à chanter chaque matin les deux pieds où l’on sait ?

L’approche de la thèse de Yannick Ganne n’aborde pas de front ces questions. Elle n’a rien d’une lamentation ou d’un pamphlet de circonstance. Prudente, méthodique, nuancée, elle s’attache à décrire un phénomène sans porter de jugement. Pour autant, le phénomène de l’ouverture des facultés de droit aux sciences sociales et de son incidence sur le droit savant américain emporte une forte dose de réflexivité. J’avoue avoir abordé la lecture de la thèse avec une certaine réticence. N’est-on pas en présence d’un sujet nombriliste favorisant, de manière directe ou oblique, un regard sur soi ? Allais-je céder à l’agacement – ou au complaisant délice – d’un propos où les juristes étudient les juristes, ressassant jusqu’à la nausée les bas-fonds des cuisines disciplinaires ?

Le traitement de l’ouvrage évite cet écueil et propose une carte par le menu tout en fournissant avec recul un miroir. Yannick Ganne porte son attention sur un objet particulier : le recours à des procédés et aux méthodes des sciences sociales par des juristes universitaires affiliés à des facultés de droit (legal scholar). Pareille délimitation institutionnelle est moins évidente qu’il n’y paraît. D’un côté, elle exclut du champ d’étude les recherches sur le droit menées par des sociologues, politistes, économistes ou autres chercheurs en sciences sociales sans rattachement à une faculté de droit. De l’autre, elle ne retient pas les travaux de juristes universitaires s’inscrivant dans une perspective orthodoxe, doctrinale ou dogmatique, quand bien même ils utiliseraient des manières de faire des sciences sociales. Au fil des pages, c’est donc la singularité d’une communauté de chercheurs, juristes par leur affiliation institutionnelle, mais produisant des connaissances à partir des sciences sociales dans le champ du droit savant, qui se dessine.

Le paysage des idées et des mouvements intellectuels est brossé dans un chapitre très éclairant situé de manière insolite en annexe 2 de la thèse et non dans le corps du texte. Digne d’une notice encyclopédique, il dresse le portrait des protagonistes collectifs de l’ouverture décrite. En sont exclues les approches doctrinales, critiques (Critical Legal Studies, Feminist Legal Theory, Critical Race Theory) ou en lien avec les sciences humaines (Law & Litterature). En revanche, d’autres mouvements occupent, à des degrés divers, une place centrale pour avoir recours aux sciences sociales (Law & Society, New Legal Realism, Law & Economics, Empirical Legal Studies). Pour utile qu’elle soit, cette mise en perspective procurant un guide pour le lecteur n’est pas au cœur de la problématique retenue, ce qui explique sans doute son décentrement dans la thèse.

L’attention de l’auteur se focalise sur une énigme : comment expliquer que les sciences sociales aient pu s’institutionnaliser au sein des facultés de droit américaines ? La démarche n’est pas d’établir une chronologie précise ; l’interrogation centrale porte sur les raisons et les ressorts de son inscription durable et continue, en un mot sur l’« institutionnalisation » du phénomène étudié (p. 42). Yannick Ganne mène ici enquête et combine plusieurs méthodes, documentaires et de terrain, ce qui donne lieu à explicitation dans l’introduction et dans les annexes.

Les trois parties de la thèse abordent des angles distincts. D’abord, il est question pour les juristes américains de « légitimer l’ouverture », ce qui passe par l’étude de leurs discours revendiquant une filiation avec le réalisme juridique des années 1920-1930. Les mouvements interdisciplinaires contemporains, chacun à leur manière, ne manquent pas d’invoquer leur parenté avec le réalisme juridique d’il y a un siècle. Yannick Ganne décrypte ces discours de manière attentive et minutieuse pour montrer à quel point et comment le réalisme juridique est idéalisé et instrumentalisé afin de justifier des positionnements contemporains. Ouvrant la voie aux sciences sociales, le réalisme juridique présente l’avantage d’avoir été développé par des juristes à partir des facultés de droit, ce qui explique son pouvoir de légitimation.

Ensuite, il s’agit d’« enraciner l’ouverture », ce qui conduit l’auteur à une description approfondie des mécanismes d’institutionnalisation des sciences sociales au sein des facultés de droit américaines. Des développements substantiels sont consacrés aux critères de recrutement et à leur évolution au sein des facultés de droit. D’une situation initiale où les compétences en tant que juriste praticien étaient valorisées, Yannick Ganne explique la transformation ayant conduit à une montée en gamme et une diversification des profils au sein des universités les plus prestigieuses, où les recrutements ont favorisé un parcours juridique classique (J.D.) doublé d’un doctorat en sciences sociales (Ph.D. en économie, sciences politiques, anthropologie, sociologie, psychologie, etc.). Chemin faisant, il retrace la transformation de la structure des diplômes en droit au sein des law school (niveau master après un cursus généraliste en tant qu’undergraduate) et de la faible considération du doctorat en droit aux États-Unis. Mais c’est aussi plus largement sur les enjeux que représentent les facultés de droit que se déploie l’analyse. Institutions convoitées par les mouvements intellectuels pour leurs ressources organisationnelles, financières et symboliques, les facultés de droit sont aussi soumises à de fortes contraintes liées à des attentes professionnelles et concurrentielles. Elles doivent se faire stratège en mimant les plus prestigieuses ou en prenant le risque d’innover. L’auteur évoque en particulier les universités du Wisconsin à Madison, de Northwestern ou de Chicago comme autant d’illustrations convaincantes.

Enfin, l’étude se prolonge par une partie intitulée « S’approprier l’ouverture » relative aux conséquences concrètes ayant permis une hybridation de la recherche (droit/sciences sociales) à partir de dynamiques collectives et individuelles. On retrouve ici non seulement l’importance du contexte institutionnel, des réseaux professionnels, des associations savantes, des programmes universitaires et des revues dans l’orientation des recherches, mais aussi des trajectoires intellectuelles et de carrière favorisées par des collaborations et des rencontres. Nourrie à partir d’une série de 54 entretiens, et utilisant de nombreuses citations, l’enquête de Yannick Ganne donne chair et vie aux parcours des chercheurs, sans laisser dans l’ombre la part de frustrations et de vague à l’âme qu’ils expriment parfois.

Utile pour fournir des clefs de compréhension du monde académique des facultés de droit aux États-Unis, l’ouvrage permet à la fois d’expliquer le succès et les limites de l’ouverture aux sciences sociales en leur sein. C’est déjà beaucoup même si l’on peut regretter que l’auteur n’ait pas déroulé le fil de leur coexistence et de leur complémentarité avec d’autres recherches sur lesquelles les développements sont, à nos yeux, trop rares. A lire entre les lignes, il n’est pas sûr que l’avenir soit à un durcissement de la distinction entre études juridiques empiriques et non empiriques. Une binarité de plus en déclin sans doute.

L’un des intérêts de l’ouvrage est aussi de provoquer un effet de miroir stimulant sur les conditions d’implantation et d’épanouissement durable des sciences sociales au sein des facultés de droit, ou plus largement de la recherche juridique académique. Le fait que Yannick Ganne ait trouvé un poste au sein d’une université française incline à l’optimisme. Rompus à la réflexivité et à des comparaisons internationales, les lecteurs de la revue Droit & Société auront peut-être une perception moins positive, mais je ne doute pas qu’ils sauront faire leur miel de l’ouvrage offert « comme un très beau cadeau adressé à tous les partisans du dialogue entre droit et sciences sociales », pour reprendre la conclusion de la préface rédigée par Frédéric Audren. Reste à savoir si le cadeau peut être empoisonné, ou plutôt emprisonné.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search