La représentation politique. Anthologie | Manuela Albertone et Michel Troper (dir.)

Manuela Albertone et Michel Troper (dir.), La représentation politique. Anthologie, Paris : Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque de science politique », 2021, 512 p.

Compte rendu par Jean-Pascal Daloz (UMR SAGE, CNRS-Université de Strasbourg ; Faculty Fellow à l’Université de Yale [CCS]).

 Le compte rendu critique d’une anthologie ne saurait guère porter que sur deux aspects : le choix des textes retenus et les notices d’accompagnement.

Disons d’entrée que la somme recensée ici, composée de vingt-sept chapitres (chacun étant constitué de deux extraits introductifs suivis d’un commentaire rédigé par un spécialiste contemporain), relève essentiellement de l’histoire des idées politiques ou de la « philosophie juridique ». Une telle entreprise est censée, selon ses promoteurs, éclairer les débats actuels et la fameuse « crise » de la représentation politique, en leur conférant un indispensable recul. On (re)trouvera des pages célèbres dues à Marsile de Padoue, Thomas Hobbes, Jean-Jacques Rousseau, James Madison, Condorcet, Edmund Burke, John Stuart Mill, Carré de Malberg, Lénine, Carl Schmitt ou Hanna Pitkin, entre autres. Le lecteur découvrira également des développements sur la représentation politique dans le monde romain, au Japon, en Chine, en Inde, en Argentine, au sein de l’univers islamique ou de l’Allemagne nazie.

En dépit de la revendication d’une certaine pluridisciplinarité, le propos est ici philosophique, se désintéressant ouvertement des pratiques effectives. Dans le cadre d’une « anthologie », l’on aurait cependant pu espérer que le projet aille au-delà de la seule « histoire intellectuelle » et prenne quelque peu en compte les apports déterminants de la science politique (notamment américaine), de la sociologie politique voire de l’anthropologie culturelle, qui ont tant fait pour élaborer des optiques empiriquement fondées, nous sortant des sempiternelles gloses et de leurs présupposés normatifs. Force est de constater qu’à côté des efforts majeurs de renouvellement des problématiques (mettant fortement l’accent actuellement sur la question de la « performativité »), il est une inébranlable tradition de réflexion s’arcboutant sans fin sur les textes canoniques. Pourtant, la prise en considération des analyses dues aux « sciences sociales » aurait permis d’aboutir à des interrogations autrement plus riches s’agissant, par exemple, des « rapports représentants-représentés » ou des « qualités des représentants », pour reprendre les titres de deux des sections de l’introduction générale. Même l’ultime chapitre sur la thématique, fort à la mode, de la représentation des « entités naturelles », s’y trouve uniquement perçu en termes de « laboratoire d’idées ».

Ladite introduction, à l’ambition très conceptuelle, oscille entre un certain perspectivisme (avec quelques velléités de comparaison) soulignant pertinemment que les constructions de la représentation sont toujours le « produit de leur temps », n’ayant pas forcément de « valeur universelle », et une vision en termes de « métaconcept » transcendant qui nous ramène aux généralités de la veine philosophique. L’agencement du livre, mais encore le propos de certains des « commentateurs », trahissent une appréhension plutôt téléologique de la question de la représentation politique (que confirment par ailleurs les titres : « Origines », « L’ère de l’État – Genèse… », etc.). À cet égard, l’on aurait aimé que des introductions à chaque partie précisent un tant soit peu la compréhension des maîtres d’œuvre de l’ouvrage sur ce plan. Ainsi, la troisième partie, intitulée « L’ère de la globalisation » semble plus aller dans le sens d’une diffusion des conceptions occidentales (ce que confirme d’ailleurs assez nettement la lecture des chapitres suivants) que d’une réflexion sur les racines locales de la représentation politique dans les aires culturelles concernées. C’est bien dommage.

Enfin, on regrettera un étonnant manque de finition. Je songe tout particulièrement à l’invraisemblable juxtaposition (p. 15) de deux paragraphes quasiment identiques, à ceci près qu’ils présentent deux thèses opposées (« un élément commun » versus « deux éléments communs »), correspondant visiblement à des états différents du manuscrit, et à quelques hésitations sur le fond… Un effort de relecture aurait été le bienvenu.

Au bilan, nous avons toutefois là un ouvrage relativement digne d’intérêt, qui sera de nature à initier des étudiants découvrant le sujet et que ne répugnent pas les approches très abstraites. L’étiquette d’anthologie est, quant à elle, pour le moins discutable, sauf à réduire cette question centrale de la représentation à la seule « théorie politique ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search