Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi | Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer

Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer, Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi, Paris : Seuil, coll « Essais », 2021, 345 p.

Compte rendu par Damien Simonneau (INALCO, Paris)

Avec Fiers de punir, les deux auteurs poursuivent leur analyse du « monde des justiciers hors-la-loi ». En effet, entre 2014 et 2019, ils animaient un groupe de recherche collective sur le vigilantisme au Centre de recherches internationales (CERI) à Sciences Po Paris. Cet objet était alors défini comme un ensemble d’« actions collectives, souvent violentes et généralement illégales, dont la vocation proclamée est de maintenir l’ordre et/ou exercer la justice au nom de normes juridiques morales[1] ». La dimension comparative était au cœur du séminaire. Tout en maintenant une approche dynamique de ces pratiques aux confins de la violence et de la légalité, l’ouvrage Fiers de punir élargit la focale à d’autres formes de justice improvisée, qui assument de châtier pour le bien d’une communauté. Les auteurs dressent donc un riche panorama de « justiciers » et d’actions punitives extrajudiciaires. L’objectif n’est pas de réduire ces pratiques à un débat sur leur degré de substitution ou de complémentarité avec les forces de l’ordre (ce qui apparaissait central dans les cas de vigilantisme), mais d’identifier, ici et ailleurs, des configurations d’auto-justiciers dans ce qu’elles ont d’ambivalent avec le droit, la performance de sécurité publique, la conception de la pénalité et des agendas politiques et parfois économiques. L’ouvrage propose donc une comparaison par juxtaposition de différents cas de justice sommaire de la Russie à la France, en passant par le Pakistan, le Brésil ou encore les Philippines. Il procède par descriptions denses, attentives à l’historicité des pratiques, aux circulations des modèles d’auto-justice et, in fine, aux convergences de formes et de légitimations. Ces peintures détaillées reposent sur des sources variées tant académiques, militantes, journalistiques que juridiques. 

Deux dimensions du phénomène de justice sommaire sont habilement entrelacées au sein de chaque chapitre. D’une part, on y trouve les profils d’auto-justiciers,  des simples citoyens aux punisseurs en uniforme et, d’autre part, les modalités d’auto-justice, de la lutte contre la délinquance urbaine au « nettoyage social ». Ainsi, au fur et à mesure de la lecture, différentes configurations punitives se font jour : celle du vigilantisme, de la foule vindicative qui recourt au lynchage, des assassins de la police, des révolutionnaires jouant avec l’idéal de justice populaire, ou encore des escadrons de la mort et des justiciers en uniforme. Enfin, le dernier chapitre dresse les contours d’un « État justicier » quand les autorités politiques érigent la violence extrajudiciaire en mode de gouvernement.

Le premier chapitre revient sur la figure du vigilante, le citoyen/policier amateur qui viole la loi pour maintenir l’ordre. On s’éloigne des cas ultra-médiatisés des patrouilleurs de frontières anti-migrants aux Etats-Unis pour aborder leurs homologues russes contre la pédophilie dans les années 2010 et leurs pratiques exercées davantage en ligne. L’ambiguïté des rapports avec les acteurs gouvernementaux et les élites locales, ainsi que les enjeux de rétribution (en termes de gratifications financières, de professionnalisation et d’expertise, voire d’extorsion) contribuent à légitimer des pratiques et des acteurs violents dans le jeu politique.

Le chapitre deux s’intéresse plutôt aux foules dans des cas de lynchages, notamment de Roms en France, pour insister sur le déchaînement de violences, sa mise en scène et sa dimension cérémonielle. Là encore, les développements numériques autour de ces lynchages sont questionnés, en Inde notamment. Demeure en suspens la question de la politisation de ces actes lorsqu’ils ne sont abordés que selon leur aspect violent et spectaculaire.

A partir de l’exemple des partisans du Primorié en Russie (une bande accusée du meurtre de policiers en 2010), le chapitre trois se concentre sur les assassins de la police. Est alors invoqué un imaginaire insurrectionnel pour mieux dénoncer la corruption des élites. Cette configuration punitive soulève des controverses sur la qualification de la figure du « Robin des bois » et sa glorification, à la fois héros et criminel, patriote et traitre.

Le chapitre quatre aborde quant à lui le cas de révoltes ouvrières qui, comme à Lahore au Pakistan, ont pour objectif de réparer par la violence des oppressions sociales et économiques, et ainsi de restaurer une « souveraineté populaire ». On touche alors aux multiples vernis de légitimité que se donnent des pratiques qui relèvent en fait du vigilantisme.

Le chapitre cinq met l’accent sur les escadrons de la mort ou le cas de justiciers en uniforme, notamment lors d’opérations de « nettoyage social » au Brésil, en Colombie et aux Philippines. Celles-ci ciblent les voleurs, les travailleurs du sexe, les toxicomanes, les malades mentaux, les mendiants, les enfants des rues, etc. dans un territoire donné et souvent dans un milieu d’interconnaissance. Se pose alors la question du financement de ces opérations par certains acteurs économiques ou commerçants. Cette configuration justicière est attentive « au jeu d’imitation mutuelle » entre vigilantes, population et pouvoirs publics.

Le chapitre six franchit encore davantage la ligne (trouble) entre autorités publiques et auto-justiciers en s’attachant aux cas de dirigeants qui consacrent la violence extra-judiciaire comme mode de gouvernement. Le rapport que les dirigeants entretiennent aux normes juridiques et à la responsabilité devient alors crucial : le droit est invoqué et vidé de sa substance en même temps. Le chapitre dresse ainsi les contours d’un « État justicier » présent en Inde (via la reconnaissance de milices hindoues), au Brésil (avec le cas des milices paramilitarisées applaudies par J. Bolsonaro), mais aussi aux Philippines et en Turquie. Une telle configuration consacre « un appareil punitif hypertrophié reposant sur l’enchevêtrement de dispositifs publics et privés d’administration des peines » (p. 243) et place ainsi la terreur, le débordement et l’incertitude au cœur du gouvernement des populations. Là encore, les mécanismes de concurrence et de mimétisme s’avèrent cruciaux, ainsi que la captation de subsides d’État.

Pour conclure, l’épilogue nous ramène en France pour appréhender les « poussées de fièvre » justicières dans le cadre de demandes citoyennes d’ordre, façon « voisins vigilants », dans la lutte contre le terrorisme ou contre l’immigration non autorisée. Ces demandes d’ordre animent surtout des entrepreneurs de morale et des acteurs d’extrême-droite, tout en interrogeant les formes que peut prendre la justice sommaire en France.

Sans aucun doute, l’intérêt du livre réside dans la comparaison de configurations justicières complexes en se concentrant sur les eaux troubles entre intérêts privés et publics, agendas personnels et politiques, légalité et illégalité dans les pratiques de policing des communautés, visibilité et numérisation de ces pratiques, recours à la violence directe ou préfigurée parfois en invoquant le spectre d’une guerre civile. Le jeu d’échelle est également intéressant entre des descriptions localisées de pratiques de justice sommaire et des réflexions sur un « État justicier » où le brouillage entre autorités publiques et auto-justiciers semble établi. Un point évoqué à de multiples reprises mériterait d’être prolongé. C’est celui du mimétisme et de la circulation des pratiques et des imaginaires entre configurations punitives, à l’heure de la digitalisation de ces pratiques. La question des circulations des pratiques violentes est balisée en termes de terrorisme ou encore de répertoires d’actions d’extrême-droite[2], mais dans quelle mesure et comment ces justiciers auto-proclamés s’imitent-ils à travers le monde ? On sait par exemple que les lynchages aux États-Unis donnaient lieu à une production abondante d’images[3].

L’ouvrage Fiers de punir trouvera certainement son lectorat parmi les sociologues de la violence politique, les politistes du sécuritaire abordé « par le bas », les juristes soucieux du rapport au droit dans l’exercice du maintien de l’ordre. Il rencontrera également l’intérêt de toute personne avide de décentrer son regard européen sur la violence politique.  

 

[1] Voir le numéro spécial qui en a été tiré : Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer, « Violer la loi pour maintenir l’ordre. Le vigilantisme en débat », Politix, vol. 115, n° 3, 2016, p. 9.

[2] Par exemple : Samuel Bouron, Caterina Froio, « Entrer en politique par la bande médiatique ? Construction et circulation des cadrages médiatiques du Bloc identitaire et de CasaPound Italia », Questions de communication, 33 (1), 2018, p. 209-229.

[3] Wood Amy Louise, « Lynching photography and the visual reproduction of White supremacy », American Nineteenth Century History, 2005, Vol. 6, No. 3, p. 373-399.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search