Tris et sélections des populations dans le logement social. Une ethnographie comparée de trois villes françaises | Marine Bourgeois

Marine Bourgeois, Tris et sélections des populations dans le logement social. Une ethnographie comparée de trois villes françaises, Paris : Dalloz,  coll. « Nouvelle bibliothèque de thèse –  Science politique »,  2019, 646 p.

Compte rendu par Henri Briche (Triangle, UMR 5206)

 Fin 2020 : 2,2 millions de demandeurs de logement social. 400 000 attributions. C’est aujourd’hui moins d’une demande de logement social sur cinq qui est satisfaite sur le territoire français. Les mécanismes à l’origine de cette tension sans précédent sur le parc HLM sont pourtant largement méconnus du grand public. Qui sélectionne les locataires HLM ? Et surtout, comment ce tri s’opère-t-il au quotidien ? C’est à ces questions épineuses mais passionnantes que la thèse de Marine Bourgeois s’attache à répondre. Ce travail est une aubaine pour saisir l’un des moteurs les plus puissants à l’œuvre dans la crise intense du logement que connait la France aujourd’hui.

Dans la droite ligne de l’approche méthodologique et théorique de Patrick Le Galès, la thèse de Marine Bourgeois se distingue par sa rigueur et ses résultats solides. La sélection des demandeurs de logement social est analysée par l’entrée institutionnelle : le regard de l’autrice porte avant tout sur le fonctionnement des bailleurs sociaux et le comportement de leurs agents (équipes de direction, responsables d’agences, chargés de clientèle). Diverses approches sociologiques sont ainsi mobilisées. À la traditionnelle sociologie des organisations se combine une sociologie de guichet popularisée en France par les travaux de Vincent Dubois auxquels Marine Bourgeois se réfère abondamment. Cette association originale permet à l’autrice de disséquer au plus près les stratégies de peuplement des bailleurs sociaux, entendues ici comme les pratiques délibérées d’acteurs institutionnels visant à agir sur la répartition spatiale des populations.  

Pour y parvenir, Marine Bourgeois s’appuie sur une démarche comparative à double entrée. Elle sélectionne d’abord trois agglomérations de taille différente (Grandeville, 1,3 millions d’habitants, marché tendu ; Miville, 400 000 habitants ; Petiteville, 130 000 habitants, marché peu tendu). Ensuite, pour chacune, elle identifie deux types de bailleurs sociaux : un office public de l’habitat (OPH) rattaché à une collectivité et une entreprise sociale de l’habitat (ESH).

Sur ces six terrains, Marine Bourgeois a recours aux outils de la sociologie qualitative. En premier lieu, l’enquête repose sur un travail ethnographique minutieux des six agences étudiées. Les observations recueillies sont par exemple toutes référencées par des carnets de terrain numérotés et datés. La mobilisation de l’ethnographie se justifie par le flou des catégories de l’action publique (cf. infra) qui demandent alors à être étudiées selon leurs pratiques et le sens que leur confèrent les agents. À la lecture des discours recueillis et des comportements observés, le degré de confiance élevé qu’a pu construire Marine Bourgeois sur ses terrains témoigne d’une immersion et d’un engagement sans faille de la chercheuse. En second lieu, ces observations sont complétées par un grand nombre d’entretiens : 137, dont 68 avec les agents HLM, 45 avec d’autres salariés des organismes HLM et 23 avec les autres acteurs du logement social (réservataires et collectivités). L’honnêteté et la réflexivité avec lesquelles Marine Bourgeois présente ses conditions d’accès au terrain, les difficultés rencontrées ainsi que les limites de son approche méthodologique sont autant d’atouts dans l’administration de la preuve. Alors que les outils de la sociologie quantitative sont souvent présentés comme les garants de la scientificité des sciences sociales, la démarche qualitative retrouve ses lettres de noblesse à travers l’exigence du dispositif méthodologique déployé par Marine Bourgeois.

La structure de l’ouvrage reprend tour à tour les trois échelles d’analyse du social (macro-méso-micro). Cette structure confère à l’analyse sa grande clarté et son caractère pédagogique. La première partie consacrée au rôle de l’État démontre la faible régulation qu’opère celui-ci sur les attributions de logement social. À travers un rapide détour sociohistorique, la chercheuse établit comment, au niveau national, la politique d’attribution de logement social est le résultat de compromis entre deux pôles antagoniques : les partisans du droit au logement (État, associations) et ceux de la mixité sociale (bailleurs, collectivités). N’ayant pas tranché en faveur de l’un ou l’autre de ces deux camps, l’État entretient un flou délibéré qui se traduit par une accumulation d’injonctions contradictoires au fur et à mesure de l’adoption des textes législatifs. Dès lors, il reviendra aux acteurs locaux de déterminer leurs propres politiques d’attribution.

Le niveau institutionnel est l’objet de la seconde partie de l’ouvrage. Dans celle-ci, l’autrice nous éclaire sur les stratégies de peuplement déployées par les organismes sociaux. Ceux-ci jouent un rôle structurant dans l’édiction de règles de tri des demandeurs dans un contexte où les attributions sont faiblement régulées par le droit et fortement décentralisées. La montée des risques locatifs depuis les années 1970 est le facteur identifié pour expliquer le recours aux stratégies de peuplement par les bailleurs sociaux : la paupérisation des ménages du parc social et l’arrivée de populations immigrées entraineraient des difficultés de gestion. Des risques politiques (stigmatisation du quartier HLM), économiques (impayés de loyer, dégradations) et sociaux (troubles de voisinage) sont associés à ces nouveaux locataires. Il s’agit dès lors de mieux répartir ces catégories de population « à risques ». L’ouvrage identifie différentes stratégies de peuplement (mixité sociale, mixité ethnoraciale, ségrégation sociale, ségrégation ethnique) structurées autour de l’origine ethnique et des catégories socioprofessionnelles des demandeurs. Pour mettre en œuvre ces stratégies, les organisations développent différents instruments de qualification du parc et des locataires utilisés autant par les agents de la direction que par ceux de terrain. L’originalité du travail de Marine Bourgeois réside dans sa capacité à faire le lien avec le courant d’analyse des instruments de l’action publique : dans un contexte de forte territorialisation des agences des bailleurs sociaux depuis les années 1990, les dispositifs de régulation du peuplement poursuivent également des objectifs de contrôle des agents et de rationalisation de l’activité bureaucratique.

L’ultime partie du livre se tourne vers les pratiques des agents. Son principal intérêt réside dans le paradoxe qu’elle soulève. Que les stratégies de peuplement soient institutionnalisées ou non au sein des organismes, les agents de guichet conservent toujours une marge de manœuvre importante. Cette autonomie liée à la nature de leur métier ne génère toutefois pas de réelles disparités entre les terrains étudiés : les pratiques des chargés d’attribution se caractérisent par leur régularité malgré la variété des contextes locaux. Tous réalisent au quotidien des opérations de catégorisation des demandeurs de logement social et reproduisent des stratégies de peuplement similaires. Marine Bourgeois propose une explication en termes de « culture professionnelle » pour rendre compte de ces régularités. Les agents seraient ainsi confrontés à des difficultés et à des impératifs communs auxquels ils apporteraient des réponses similaires.

La richesse de la démonstration de Marine Bourgeois ne doit toutefois pas éclipser deux points aveugles de l’analyse que le dispositif d’enquête ne pouvait traiter. Le premier est relatif aux liens entre stratégies de peuplement et production de la ségrégation. Les discriminations opérées par les organismes sociaux et leurs agents sont clairement identifiées mais leurs effets demeurent invisibles. S’il y a mise à l’écart des populations « à risques » lors des attributions, comment expliquer la paupérisation croissante du parc social avec l’arrivée de ménages de plus en plus défavorisés ? Ce n’est pas tant l’accès au logement social que les stratégies de peuplement influencent mais plutôt la répartition spatiale de certaines populations sur un territoire donné. En ce sens, la mixité sociale n’est pas toujours l’adversaire du droit au logement comme l’affirme l’enquête. Cette thèse appelle ainsi à se saisir des effets spatiaux engendrés par ces stratégies de peuplement pour rendre compte des nouvelles formes de ségrégation qui caractérisent la ville du XXIe siècle.  

Enfin, ce travail de recherche n’interroge pas l’économie générale des politiques de peuplement. En se focalisant sur les institutions et leurs agents, les rapports de pouvoir que celles-ci peuvent entretenir entre elles ne sont pas étudiés. À l’heure où les collectivités territoriales sont de plus en plus investies du rôle de chef de file des attributions, leurs objectifs et leurs pratiques sont à mettre en perspective avec ceux des bailleurs sociaux et des services de l’État. Quelle place le facteur politique entretient-il à l’égard du peuplement ? Observe-t-on des stratégies de peuplement distinctes selon l’orientation politique d’une collectivité ? En d’autres termes, le peuplement se politise-t-il ? Ces interrogations appellent à se tourner vers la dimension « politique » du peuplement pour saisir au plus près les mutations du parc social.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search