La guerre par le droit, les tribunaux Taliban en Afghanistan | Adam Baczko

Adam Baczko, La guerre par le droit, les tribunaux Taliban en Afghanistan, Paris : CNRS Éditions, coll.  « Logiques du désordre », 2021, 384 p.

Compte rendu par Florent Frasque  (Casa de Velázquez, EHEHI, PACTE, Université Grenoble Alpes)

Adam Baczko propose dans cet ouvrage issu de sa thèse d’étudier sociologiquement la guerre civile afghane à l’aune des pratiques concurrentielles du droit auxquelles se livrent les Taliban et le régime gouvernemental soutenu par les puissances occidentales. Il y explore l’hypothèse selon laquelle les Taliban parviennent à gagner la guerre en instituant des tribunaux et en rendant la justice dans les territoires qu’ils contrôlent, autrement dit en pratiquant l’État, ce qui leur permet de gagner le soutien des populations locales à travers un effet de légitimation propre à l’exercice du droit.

L’auteur invite ainsi à repenser les liens théoriques entre État, guerre civile et droit. La force de ce livre réside en effet dans sa capacité à discuter les conclusions de Max Weber qui, faisant écho aux penseurs de la théorie politique moderne, assimilait la guerre civile à un affaissement de l’État, au chaos, à l’anarchie et donc à une situation de non-droit. À l’inverse, A. Baczko met en évidence que la guerre civile correspond plutôt à un combat à mort entre plusieurs systèmes juridiques, dans lequel la victoire se traduit par la réussite d’un des belligérants à faire reconnaître la force de son droit.

Sa démonstration est nourrie par une riche étude empirique réalisée dans le cadre de plusieurs séjours en Afghanistan entre 2010 et 2016. Composant avec les difficultés propres à ce terrain, comme les obstacles linguistiques ou l’impossibilité d’accéder à la parole des femmes, l’auteur a réussi à mener de nombreux entretiens auprès de différents acteurs : usagers des tribunaux Taliban et gouvernementaux, juges et combattants Taliban. L’enquête est habilement complétée par l’analyse de la littérature grise relative au terrain et des discours publics des commandants occidentaux et Taliban. L’ancrage empirique représente un point fort de l’ouvrage, qui peut s’apprécier dès la construction de la question de recherche puisque le paradoxe à l’origine de ce travail réside dans l’expression, recueillie lors des premiers entretiens menés par l’auteur, d’une valorisation positive des tribunaux Taliban de la part de deux fervents opposants à l’insurrection.

Après avoir retracé l’historicité du mouvement Taliban et de la domination en son sein des oulémas qui, diplômés par une institution indépendante localisée au Pakistan, sont reconnus comme les plus compétents en droit islamique, l’auteur divise son propos en trois temps qui structurent le livre en autant de parties. Il explique tout d’abord le succès des tribunaux Taliban à travers l’échec du gouvernement soutenu par les forces occidentales, rappelant ainsi que ce succès est toujours relatif : la population compare en permanence les acteurs concurrents dans le contexte de guerre civile et trouve généralement les tribunaux Taliban mieux que ceux du gouvernement. L’incertitude juridique, structurellement existante et renforcée par la guerre, quant à la propriété des terres que se disputent individus et communautés identitaires rend l’existence de tribunaux essentielle pour les habitants, afin de faire reconnaître et respecter leur propriété. Or, les institutions judiciaires gouvernementales ne parviennent pas à remplir cette mission. Le désastre de l’intervention occidentale dans le domaine judiciaire a pour ressorts les contradictions propres à l’action d’un gouvernement transnational, la non-prise en compte de la culture juridique afghane dans le processus de « greffe juridique », et l’inaccessibilité des tribunaux, tant géographique qu’économique. En effet, les procédures ressemblent le plus souvent à un système d’enchères entre les parties qui profite aux plus puissants. L’auteur complète ce panorama en montrant que les forces occidentales contournent systématiquement le droit et les institutions qu’ils ont façonnés, via des pratiques militaires illégales et l’armement de groupes tribaux qu’ils chargent de faire appliquer une justice coutumière.

En contrepoint, la deuxième partie de l’ouvrage est dédiée à l’analyse du fonctionnement des tribunaux Taliban et des mécanismes procédant à leur succès en termes de reconnaissance et de légitimité. Les Taliban mettent en place un système judiciaire pyramidal, bureaucratique et rationnalisé. Ils instaurent en effet des rotations régulières des juges et développent des pratiques d’évaluation pour s’assurer non seulement de leur orthopraxie, de leur neutralité et de leur intégrité, mais aussi de la satisfaction de la population. Le fondement de la légitimité de ces juges se situe dans leur double appartenance, à la fois au champ religieux, en tant que diplômés en droit islamique, et au mouvement Taliban, ce qui induit l’existence d’une force de coercition garantissant le respect de leurs décisions. Ce dernier élément constitue une source de légitimité qui s’ajoute à l’accessibilité des juges, à la rapidité de la procédure et au moindre coût de l’action en justice. Toutes ces caractéristiques permettent aux juges Taliban de se distinguer de ceux du gouvernement. Selon l’auteur, l’investissement des Taliban dans l’exercice de la justice constitue un pari de leurs dirigeants en réponse à une demande sociale et s’explique par la sociologie même de ce mouvement, composé de juristes et de théologiens qui pensent avoir comme rôle social la régulation de la vie en société. Cet argument convaincant ouvre vers des interrogations qui pourraient être approfondies quant à la réflexivité stratégique des hauts responsables Taliban rencontrés, à leurs anticipations et à leurs perceptions des effets ainsi produits.

La dernière partie de l’ouvrage s’intéresse aux conséquences de la reconnaissance des tribunaux Taliban et notamment à la production d’un ordre social, qui s’instaure par le biais de décisions, à forte portée idéologique et politique, présentées comme des décisions techniques résolvant des conflits. Les juges sont ainsi perçus comme un instrument de gouvernement qui favorise la centralisation, leur multiethnicité participant aussi d’un discours national, et qui légitime l’imposition d’un programme politique. Les décisions relatives aux conflits de propriété reproduisent de manière conservatrice les rapports sociaux de domination, notamment masculine. Le rétablissement d’une société patriarcale constitue effectivement un objectif des Taliban, les juges pratiquant des formes de passe-droit à cet effet. Enfin, la composition des tribunaux entérine l’idée que seul le clergé peut gouverner, affirmant ainsi la supériorité des élites religieuses sur les élites universitaires. Toutefois, l’auteur évoque des tensions entre respect du droit et nécessité militaire au sujet du contrôle et de l’autonomie des combattants qui laissent penser que la guerre reste toujours prioritaire. Or, la progression de l’insurrection induisant l’émergence de nouveaux postes de pouvoir, un prolongement de ce travail consisterait à interroger la gestion actuelle des concurrences entre élites juridico-religieuses et élites militaires au sein du mouvement.

Le travail d’A. Baczko s’appuie sur une étude de cas approfondie, éclairée par des mises en perspective régulières avec plusieurs autres situations de guerre civile que l’auteur a eu l’occasion d’étudier, à l’image de la Syrie[1]. Sa portée heuristique s’étend en revanche bien au-delà. La discussion théorique engagée par l’auteur quant à la concurrence féroce entre plusieurs régimes de légalité aide par exemple à appréhender les crises, violentes ou non, liées à la montée en puissance de mouvements indépendantistes dans différents contextes, démocratiques ou non. Plus généralement, cet ouvrage vient enrichir les réflexions développées par de nombreux chercheurs sur les relations entre droit et politique, à travers la question des usages du droit et de leurs effets. Il prouve notamment que les stratégies politiques impliquant la justice et la recherche d’une légitimation par le droit ne sont pas la juridiction exclusive des gouvernants ou des mouvements contestataires progressistes, mais peuvent également être déployées par des mouvements conservateurs. Ce livre constitue donc une ressource passionnante et féconde, dans laquelle la richesse empirique et l’originalité du cas étudié soutiennent une fine discussion théorique sur le lien entre droit et État, menée au prisme de la guerre civile.

[1] Gilles Dorronsoro, Adam Baczko, Arthur Quesnay, Syrie, anatomie d’une guerre civile, Paris : CNRS Éditions, 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search