Usages de l’interdisciplinarité en droit / Eleonora Bottini, Pierre Brunet et Lionel Zevounou (dir.)

couvinterdisciplinaritedroit
Bottini Eleonora, Brunet Pierre et Zevounou Lionel (dir.), Usages de l’interdisciplinarité en droit
, Nanterre : Presses universitaires de Paris Ouest, coll. « Sciences juridiques et politiques », 2014, 220 p.

Compte-rendu par Sandrine Chassagnard-Pinet (Centre de recherche Droits et perspectives du droit – Équipe René Demogue [CRDP], Université Lille 2)

Alors que la place de l’interdisciplinarité dans la science du droit et dans la pratique juridique restait jusqu’alors peu explorée, les réflexions doctrinales sur le sujet se sont multipliées ces dernières années. L’ouvrage collectif, Usages de l’interdisciplinarité en droit, qui émane de l’initiative de jeunes chercheurs du Centre de théorie et d’analyse du droit (CTAD), organisateurs des journées d’étude des 5 et 6 octobre 2011 à l’Université Paris Ouest Nanterre dans la continuité desquelles cet ouvrage s’inscrit, témoigne de l’acuité de cette question. Bien que le titre annonce une réflexion sur les usages de l’interdisciplinarité en droit, l’ouvrage ne se contente pas de livrer un regard sur les pratiques de l’interdisciplinarité, il propose également d’en appréhender les présupposés théoriques et les exigences épistémologiques. La première partie invite ainsi à « penser l’interdisciplinarité », alors que la seconde montre comment « pratiquer l’interdisciplinarité » en livrant des « exemples de recherches aux confins du droit ».

La plupart des dix contributions qui composent l’ouvrage se confronte à la délicate question de la définition de l’interdisciplinarité. L’introduction propose d’entendre cette notion comme « l’analyse variée d’un même objet par plusieurs spécialistes de disciplines différentes », faisant simplement « cohabiter » les points de vue, alors que le terme de pluridisciplinarité servirait, pour sa part, à désigner « la construction d’une grammaire méthodologique commune par un groupe de chercheurs venant de plusieurs disciplines » (p. 13). Cette définition n’est pourtant pas celle majoritairement retenue par les autres contributeurs qui préfèrent, pour beaucoup, se rallier à celle la plus couramment reprise par les juristes traitant de cette question, à savoir celle des professeurs François Ost et Michel van de Kerchove qui envisagent, au contraire, l’interdisciplinarité comme « une articulation des savoirs qui entraîne, par approches successives, comme dans un dialogue, des réorganisations partielles des champs théoriques en présence »1. C’est donc à plus qu’une simple juxtaposition des points de vue et des savoirs que ces auteurs appellent lorsqu’ils traitent d’interdisciplinarité.

Mais au-delà des notions mobilisées pour qualifier les différentes manières pour les juristes de s’ouvrir aux autres sciences – d’ailleurs essentiellement aux sciences sociales – et des définitions retenues, ce sont surtout les fonctions assignées ou assumées par l’interdisciplinarité qui sont, à n’en pas douter, déterminantes. Et, en la matière, les auteurs convergent sur l’utilité d’une démarche interdisciplinaire qui permet au juriste d’échapper au discours dogmatique et de développer un regard critique sur l’objet traité. C’est la dimension subversive de l’interdisciplinarité, particulièrement soulignée dans cet ouvrage, qui est, sans doute, de nature à expliquer le regain d’intérêt qu’elle suscite aujourd’hui « en période de crise du discours dominant » (p. 57) et de mutation profonde du droit. Le juriste sollicite les disciplines extérieures au droit afin de trouver des clefs de compréhension des changements à l’œuvre et des éléments de redéfinition de son cadre de pensée. Cette sensibilité nouvelle à l’interdisciplinarité serait-elle le signe que la science du droit française est en train de prendre le tournant critique qu’elle a jusqu’alors refusé d’emprunter ? Alors que le monde universitaire américain a fait une large place à l’interdisciplinarité, comme en atteste l’espace occupé par les études de « law and… », la science du droit française a très largement délaissé les sciences sociales, ce qui a eu pour effet « de renforcer la domination de la littérature dogmatique » (p. 12). Il est symptomatique de noter que ce sont des jeunes chercheurs français, sans doute plus enclins à développer une démarche critique, qui, à travers cet ouvrage, se montrent sensibilisés aux apports d’une ouverture interdisciplinaire et au renouveau qu’elle pourrait impulser dans la science du droit.

Si cette dimension subversive de l’interdisciplinarité est mobilisée par le chercheur, le juge et le législateur, quant à eux, lui assigneraient une fonction légitimante. Se pose alors la question de la manière d’employer l’argument non juridique dans le raisonnement juridique. Faut-il se contenter d’introduire les sciences sociales dans le procès par la voie d’experts alors que les juristes qui sollicitent l’expertise d’une science externe au droit n’en maîtrisent pas le cadre conceptuel ? Le risque est alors que le juriste perde la maîtrise de la décision. Faut-il que le juriste se familiarise avec les savoirs d’une autre discipline, par exemple, pour renforcer l’efficacité de sa rhétorique (p. 51), en s’appropriant la construction logique d’une argumentation ou en mobilisant les ressorts psychologiques d’un processus de conviction ? Mais le risque pourrait alors être qu’il instrumente ce savoir en utilisant l’argument non juridique comme un artifice destiné à pallier les déficiences de sa démonstration juridique. N’est-ce pas souligner un usage dévoyé de l’interdisciplinarité que de constater qu’« en mobilisant les sciences sociales, les argumentations juridiques se pareront du prestige de la science » ou en relevant qu’« en fournissant des outils permettant d’afficher l’objectivité d’un raisonnement, les juristes pourront donc gagner en puissance de conviction » (p. 52) ? L’appel aux autres sciences ne servirait alors que d’habillage pseudo scientifique du raisonnement juridique et n’aurait finalement rien d’interdisciplinaire. Sans doute que le minimum requis pour un usage acceptable du savoir des autres disciplines est de ne pas les instrumentaliser, voire les dévoyer, dans le seul but de consolider la force de persuasion d’une argumentation juridique. L’interdisciplinarité invite à une alliance des savoirs, non à une capture du prestige de l’une par l’autre pour masquer ses propres faiblesses.

Lorsque l’ouverture disciplinaire est pratiquée, non comme simple artifice mais pour éclairer les choix normatifs, le risque de dévoiement existe pareillement. Le choix des disciplines mobilisées pour informer sur les réalités d’une situation de fait à encadrer juridiquement n’est pas neutre et peut largement orienter le choix normatif à intervenir. Comme cela est relevé dans l’ouvrage, l’interdisciplinarité peut faire l’objet d’une « utilisation stratégique » (p. 71).

Si l’ouvrage montre que les écueils et les obstacles au développement de l’interdisciplinarité sont nombreux, il poursuit utilement la réflexion sur la nécessité d’une ouverture disciplinaire qui ne soit pas la simple recherche, par le juriste, d’un supplément de scientificité dans les sciences sociales mais qui concourt à une alliance féconde des disciplines.

  1. François OST et Michel VAN DE KERCHOVE, « De la scène au balcon, d’où vient la science du droit », in Normes juridiques et régulation sociale, François CHAZEL et Jacques COMMAILLE (dir), Paris : LGDJ, coll. « Droit et société », 1991, p. 77. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.