Shari‘a, Justice and Legal Order – Egyptian and Islamic Law: Selected Essays | Rudolph Peters

Rudolph Peters, Shari‘a, Justice and Legal Order – Egyptian and Islamic Law: Selected Essays, Leiden; Boston: Brill, coll. « Studies in Islamic Law and Society », v. 51, 2020, 726 p.

Compte rendu par Baudouin Dupret (CNRS/LAM/IEP Bordeaux)

 

Cet ouvrage n’est pas un livre, c’est une vie et, à ce titre, il est impossible d’en faire le simple compte rendu. On peut toutefois essayer de trouver un fil conducteur dans le parcours intellectuel de Rudolph Peters que ce volume, sous la forme d’un recueil d’articles, reflète de manière ample, sinon exhaustive. Presque 40 ans de carrière et tout le champ des « études juridiques islamiques » (Islamic legal studies) est couvert, allant de la doctrine ancienne au jihadisme contemporain, concentrant une attention particulière sur l’Egypte mais n’hésitant pas à mener des incursions au Soudan, au Nigéria et aux Pays-Bas, traitant d’ouvrages savants aussi bien que de documents propres à la pratique (la bibliothèque et les archives, pour reprendre la distinction de Brinkley Messick).

Comme le souligne très bien Robert Gleave, dans son avant-propos, l’œuvre de R. Peters est à la fois une contribution au développement du champ des études juridiques islamiques et le reflet du développement et des évolutions de celui-ci. L’auteur n’a jamais été enfermé dans son minaret académique, mais s’est toujours inscrit dans un milieu qu’il a substantiellement aidé à structurer en organisant des rencontres, dirigeant des ouvrages collectifs, éditant des revues et des collections, ainsi qu’en enseignant non seulement aux Pays-Bas, mais aussi à travers le monde.

On peut considérer l’œuvre de R. Peters de deux manières : comme il le propose, en distinguant ses travaux sur l’Egypte du dix-neuvième siècle (Section 1, Partie 1) et antérieure (Section 1, Partie 2) de ses travaux sur le « droit musulman en général (Section 2) ; ou comme le propose R. Gleave, en suivant leur ordre chronologique de parution, ce qui permet de mieux saisir sa contribution majeure à l’évolution d’un domaine scientifique qui, au début de sa carrière, s’attachait plus à l’étude de la doctrine juridique savante qu’à sa traduction dans la pratique judiciaire. De manière somme toute assez classique en théorie du droit, les relations de la doctrine avec la jurisprudence étaient comprises en termes d’écart entre théorie et pratique, c’est-à-dire d’effectivité de la règle générale et abstraite dans une réalité particulière et contingente. De manière analogue, les travaux de R. Peters dessinent une trajectoire partant de l’examen d’aspects doctrinaux spécifiques et aboutissant à la description de cas d’étude particuliers. Cela rappelle aussi, dans le champ des « socio-legal studies » en général, l’évolution vers une attention pour les situations de règlement des conflits. C’est donc à une question doctrinale que R. Peters a consacré son premier livre, Islam and Colonialism: The Doctrine of Jihad in Modern History (1979). Il était, sur cette question comme en bien d’autres, précurseur, aussi bien d’un thème qui deviendra plus tard d’une actualité brûlante que d’une façon de le contextualiser, à la lumière des guerres coloniales dans ce cas.

L’œuvre principale de R. Peters se situe pourtant davantage du côté de l’histoire sociale du droit, et particulièrement du droit égyptien. La contextualisation de ses recherches doctrinales antérieures attestait déjà de son intérêt pour la dimension sociale du droit, mais on observe un tournant dans ses travaux, qui tient sans doute en partie à son recours toujours plus important aux sources d’archives égyptiennes. La question pressante de recherche s’est dès lors située du côté des relations entre une société et les normes qui sont censées la régir. Institutionnellement, elle s’est reflétée par sa participation au lancement de la revue Islamic Law and Society et de la collection éponyme, toutes deux chez Brill, précédé peu de temps auparavant, en 1994, par l’organisation de la première conférence internationale sur le droit islamique. Dans ses articles, regroupés pour la plupart dans l’ouvrage en question, on observe la volonté systématique de rattacher l’objet de recherche à son contexte social. Parmi les principaux thèmes abordés,  figurent celui de la fatwa, ce mode d’expression juridique tout à fait propre au droit islamique, dont l’exploration est caractéristique de l’évolution du champ disciplinaire des deux dernières décades, de même que celui de l’activité judiciaire, deux sujets au développement desquels Peters a largement contribué par, entre autres choses, la coédition d’ouvrages pionniers.

À bien des égards, les écrits de R. Peters documentent une rupture profonde, dans l’histoire de la normativité islamique, entre une période classique et une période marquée par la rencontre, parfois mais pas toujours coloniale, avec l’Occident. Il le fait de manière un peu ambivalente, dans la mesure où il ne semble pas vraiment choisir entre l’effet de rupture et celui de continuité. Il est tantôt question de la première, comme dans l’article si bien dénommé « Divine Law or Man-Made Law » (droit divin ou droit humain), tantôt de la seconde, comme dans les articles sur la réislamisation du droit pénal dans les États du nord du Nigéria. Cette ambivalence tient peut-être davantage au dix-neuvième siècle égyptien, souvent prompt à réformer, pas pour autant enclin à renoncer. Au-delà, c’est une préférence pour un propos ancré dans le terreau empirique, plutôt que l’exercice de grandes montées en généralité, qui caractérise Peters.

Shari‘a, Justice and Legal Order est un recueil de 35 articles constituant une référence aujourd’hui incontournable dans l’étude du droit musulman dans plusieurs de ses manifestations. Il reflète l’émergence et l’évolution d’une discipline autant qu’il offre une série d’avancées scientifiques destinées à perdurer. Son auteur, Rudolph Peters, est décédé le 26 mars 2022. Il restera comme une figure marquante de l’étude du droit islamique dans tout son éventail. Il a souvent fait œuvre de pionnier, il a profondément modifié la façon de traiter du sujet. Il a montré avec force l’importance de l’ancrage empirique et l’intérêt d’une micro-histoire des pratiques. Aujourd’hui et pour longtemps encore, la recherche sur la doctrine du jihad, le droit pénal islamique et, plus encore, l’histoire du droit égyptien du dix-neuvième siècle ne peut faire l’économie de ses travaux essentiels.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search