Collection « Classics »

Présentation de la collection

Les ouvrages de cette collection sont soit des rééditions, comportant une préface d’une personnalité et, éventuellement une actualisation, d’ouvrages épuisés des collections « Droit et Société » et « Droit et Société. Recherches et Travaux », soit des ouvrages originaux destinés à faire le point sur une question relevant des domaines couverts par Droit et Société. Il s’agit d’une collection format « livre de poche ».

La collection est dirigée par Vincent Simoulin.

Liste des parutions

R. PASQUIER, V. SIMOULIN et J. WEISBEIN (dir.), 2013, La gouvernance territoriale. Pratiques, discours et théories. ISBN 978-2-275-04007-3, 320  pages, 16€.
Depuis sa première parution en 2007, cet ouvrage a été profondément remanié. Les évolutions du cadre réglementaire et législatif ont été prises en compte. Les thèses du gouvernement à distance, les travaux sur l’expertise, les analyses de l’émergence du pouvoir régional, sont, parmi d’autres approches, interrogés dans leur capacité à éclairer les transformations de l’action publique. Son ambition reste de comprendre et dépasser les polémiques à propos de la gouvernance territoriale en confrontant ce qui est d’ordinaire opposé : les pratiques, les discours et les théories. Comment les discours si prégnants sur la gouvernance territoriale se traduisent-ils dans les pratiques ? Comment tenir compte du fait que les critiques sur les pratiques et les théories de la gouvernance territoriale infléchissent celles-ci ? Doit-on refonder un certain nombre de théories centrales des sciences sociales à la lumière de la gouvernance ? La première partie est consacrée à la réflexion théorique. La deuxième explore les incarnations inaccomplies de la gouvernance territoriale et tire les leçons d’échecs relatifs. La troisième étudie les usages victorieux et montre combien la gouvernance territoriale a déjà profondément transformé les pratiques du pouvoir et les fondements de l’ordre social.
Ont participé à cet ouvrage :
Vincent Béal, Stéphane Cadiou, Jacques Caillosse, Michel Catlla, Alistair Cole, Robert Jessop, Patrick Le Galès,
Emmanuel Négrier, Romain Pasquier, Gilles Pinson, Sébastien Ségas, Vincent Simoulin, Anne-France Taiclet, Philippe Teillet et Julien Weisbein.

 

A.-J. ARNAUD, 2012, Jean Carbonnier. Un juriste dans la cité. ISBN 978-2-275-03809-4, 204 pages, 16€.
Jean Carbonnier, éminent civiliste, fait figure de référence pour la sociologie du droit. Les entretiens exceptionnels qu’il avait accordés à André-Jean Arnaud et les commentaires de celui-ci analysent la vision du monde que les sciences sociales autorisent en bouleversant une représentation conventionnelle de la fonction du droit, de sa vocation. La profondeur et la sincérité des propos de Jean Carbonnier alliées aux sollicitations respectueuses mais exigeantes de son interlocuteur permettent de comprendre comment son intelligence aiguë des sciences sociales lui a permis de prendre constamment distance avec le droit pour mieux le comprendre. Nul mieux qu’André-Jean Arnaud, qui a manifesté une capacité particulière à se libérer des orthodoxies, ne pouvait nous convaincre que la pensée de Jean Carbonnier a constitué une contribution essentielle à la compréhension des développements actuels et futurs de la connaissance sur le droit.
André-Jean Arnaud est directeur de recherche émérite au CNRS (Centre de Théorie et Analyse du Droit, Univ. de Paris X-Nanterre), codirecteur du Réseau Européen Droit et Société (Maison des Sciences de l’Homme de Paris), titulaire de la chaire UNESCO « Human Rights, Violence : Public Policies and Governance », expert pour la gouvernance auprès du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD). Ses travaux portent sur l’étude transdisciplinaire de la place du droit dans la régulation sociale, des systèmes juridiques, de la décision complexe en droit et de la gouvernance démocratique. Il a publié récemment, sous sa direction, le Dictionnaire de la globalisation, LGDJ, 2010 et est l’auteur de nombreux ouvrages, au nombre desquels Gouvernants sans frontière. Entre mondialisation et post-mondialisation (vol. 2 de C ritique de la raison juridique), LGDJ, 2003.

 

A. SMITH , 2010, Le gouvernement de l’Union européenne : une sociologie politique (Préface de Pierre Muller). ISBN 978-2-275-03620-5, 241 pages, 15€.
Alors que la quasi-totalité des ouvrages sur l’Union européenne s’enlisent dans un débat stérile pour savoir si elle est dominée par ses grands Etats membres ou par la Commission , celui-ci déplace la discussion par la proposition suivante : l’Union doit être conçue comme un gouvernement composé de l’ensemble des acteurs en Europe qui participent à la définition et au traitement de « problèmes européens ». Ce gouvernement, depuis plus de vingt ans, structure une partie majeure des décisions prises dans cet espace par les pouvoirs publics, l’action collective et les entreprises. Il comporte également deux caractéristiques majeures et méconnues – une carence d’arènes intersectorielles et une tendance à dépolitiser sa propre action – qui ont une forte incidence sur la légitimité instable de « la construction européenne ». Fruit de vingt ans de recherches, la sociologie politique d’un tel gouvernement développée dans ces pages cherche à identifier et à expliquer les récurrences, les cohérences et les contradictions de ce gouvernement. Dans cette deuxième édition, les hypothèses sont étayées à la fois par les enquêtes empiriques portant sur la comparaison longitudinales de six « problèmes européens » et par une bibliographie exhaustive et actualisée. En s’adressant aussi bien au chercheur et à l’étudiant, qu’à l’acteur ou au simple citoyen, l’ouvrage propose ainsi un nouveau paradigme d’interprétation de l’intégration européenne.
Andy Smith est directeur de recherche à la Fondation Nationale des Sciences Politiques. Il travaille à SPIRIT (Science Politique, Relations Internationales et le Territoire), laboratoire de recherche CNRS rattaché à Sciences Po Bordeaux. Ses travaux en cours portent sur le gouvernement européen des industries, de la concurrence et du commerce extérieur.

 

J.-P. BONAFÉ-SCHMITT, 2010, La médiation pénale en France et aux États-Unis (Préface de Mylène Jaccoud). ISBN : 978-2-275-02827-9, 200 pages, 15€.
En France, la médiation en matière pénale est un phénomène récent si l’on se réfère aux expériences nordaméricaines et elle représente aussi un phénomène complexe, car en France comme aux États-Unis, il n’y a pas un modèle, mais des modèles de médiation qui traduisent d’une certaine manière les différentes logiques qui sont à l’oeuvre dans chaque pays. Cette version revue et augmentée d’un ouvrage pionnier montre que la médiation pénale ne constitue pas une simple technique de gestion des conflits, mais traduit aussi l’émergence d’un nouveau modèle plus consensuel de gestion des conflits. L’auteur soutient la thèse que l’on ne mesure pas encore pleinement l’impact de cette recomposition, car les différents projets de médiation ne sont pas encore autonomisés par rapport au modèle judiciaire et fonctionnent trop souvent à« l’ombre des tribunaux » ce qui en pervertit le sens. L’auteur considère que le développement de ces modes de régulation des conflits relève d’une « contre-culture » et que le développement des expériences de médiation ne pourra s’opérer qu’à la condition d’une redéfinition des relations entre la société civile et l’État, et plus particulièrement, celle de la légitimité du pouvoir de régler les litiges.

Jean-Pierre Bonafé-Schmitt est chercheur au Groupe d’étude de Médiation de MODYS, une équipe du CNRS associée à l’Université Lumière Lyon Il a mené et participé à de nombreuses recherches dans le champ de la médiation (quartier, pénale, familiale, scolaire, travail…) aussi bien en France qu’à l’étranger Il est aussi fondateur des Boutiques de Droit de l’agglomération de Lyon et de l’Association Médiation de Lyon (AMELY). II. Il est coresponsable du Master Médiation de l’Université Lyon II. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont les principaux sont La Médiation: une justice douce, Syros-alternatives, Paris, La médiation scolaire par les élèves, ESF Editeur

 

J. COMMAILLE, L. DUMOULIN et C. ROBERT (dir.), 2010, La juridicisation du politique (Préface de Dominique Schnapper).
ISBN : 975-2-275-02826-2, 234 pages, 15€.
L’idée d’un ouvrage sur La juridicisation du politique est née d’un constat : la question de la légalité est au cœur du politique et de ses incertitudes. Dès lors, l’analyse du juridique doit être investie non seulement par le droit mais aussi par des savoirs de sciences sociales, en histoire, en anthropologie, en sociologie et en science politique. C’est précisément ce qui est proposé dans ce volume. Devenu un « classique », celui-ci méritait une nouvelle édition. L’actualité des analyses proposées ne fait pas de doute, qu’elles touchent aux façons dont les sciences sociales peuvent se saisir des enjeux politiques des questions de droit ou à des cas concrets d’usages des instruments et normes juridiques dans le jeu politique, Mais cette nouvelle édition est encore enrichie d’une préface où est redonnée toute son importance à « l’interrogation sur le sens politique du droit » et d’une postface où est rendu compte de l’exceptionnelle prospérité actuelle d’une perspective de recherche attachée à souligner combien le juridique est incontournable dans la compréhension du politique.
Ont participé à cet ouvrage :
Louis Assier-Andrieu, Jacques Caillosse, Jacques Commaille, Laurence Dumoulin, Bastien François, Bruno Jobert, Olivier Paye, Gilles Pollet, Cécile Robert, Philippe Warin et Anne Wyvekens

 

P. DURAN , 2010, Penser l’action publique (Préface de Jacques Caillosse). ISBN 978-2-275-03485-0, 250 pages, 15€.
Il ne saurait y avoir de définition valide du pouvoir politique qui n’accorde une place décisive à l’action publique. Comment parvenir à articuler des buts collectifs dont la formulation est délicate, des acteurs dont le statut et les intérêts sont très différents, des territoires hétérogènes et des échelles de temps variables est tout à la fois une question pratique et une question de recherche qui nous permet de mieux saisir le pouvoir politique dans son exercice tant en termes de coordination de l’action que de responsabilité et légitimité politiques. C’est ainsi une manière de poser à nouveaux frais la question de la gouvernabilité de nos sociétés et de s’interroger sur la centralité du politique dans leur régulation. En rappelant que le pouvoir politique est une combinaison de l’autorité et du pouvoir, l’étude de l’action publique reste certainement une des voies les plus stimulantes et les plus fécondes pour l’étude du politique.

Patrice Duran est Professeur des Universités au Département de sciences sociales de l’École Normale Supérieure de Cachan où il enseigne la sociologie. Membre de l’Institut des Sciences sociales du Politique, CNRS/ENS de Cachan, ses travaux de recherche et ses publications portent sur la théorie sociologique, la sociologie politique, la sociologie de l’action organisée et la sociologie du droit.

 

C. EBERHARD, 2010, Le Droit au miroir des cultures. Pour une autre mondialisation (Préface de Étienne Le Roy).
ISBN : 978-2-275-02828-6, 256 pages, 15€.
À l’âge de la globalisation, théoriciens du Droit et chercheurs en sciences sociales s’interrogent de plus en plus sur l’adéquation de leurs outils face à la complexité et à l’interdépendance du monde contemporain. Certaines questions se font de plus en plus pressantes. Comment partager des valeurs et des préoccupations communes tout en respectant la diversité de nos cultures ? Comment repenser notre vivre-ensemble ? Sur quelles bases refonder l’organisation juridique, politique et économique du monde contemporain ? Et quel rôle y joue le droit ? Cet ouvrage fait le pari que des réponses adaptées ne pourront émerger qu’à travers des dialogues entre les diverses cultures de l’humanité. Il invite le lecteur à redécouvrir le droit par quelques détours anthropologiques le menant d’Afrique, en Asie en passant par l’Amérique du Nord et par des expériences plus proches de nous, mais souvent ignorées, telles que les pratiques alternatives du droit. Ces détours permettent finalement d’éclairer sous un jour nouveau la recomposition actuelle du champ juridique entre droit, gouvernance et développement durable. Ils ouvrent ainsi un nouvel horizon pour penser une « autre mondialisation ».

Christoph Eberhard est chercheur et professeur invité en anthropologie et théorie du Droit aux Facultés Universitaires Saint Louis à Bruxelles où il occupe la chaire FPH (Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme) « Droit, gouvernance et développement durable ». Professeur invité à l’Académie Européenne de Théorie du Droit à Bruxelles et membre du Laboratoire d’anthropologie juridique de Paris, il travaille depuis de nombreuses années sur la question du Droit dans le dialogue interculturel. Parmi ses précédents ouvrages sur la même thématique, on notera comme auteur Droits de l’homme et dialogue interculturel (Paris, Éditions de Ecrivains, 2002), et comme directeur scientifique Traduire nos responsabilités planétaires. Recomposer nos paysages juridiques (Bruxelles, Bruylant, 2008).