Lettre – manifeste : « Le sens d’une revue académique »

Logo_DS_entete_quadri

À l’occasion de son 30e anniversaire, la revue Droit et Société a pris l’initiative de rédiger une lettre-manifeste susceptible d’être signée par des revues étrangères dans les mêmes champs de connaissance.

 

À l’heure actuelle, une quarantaine de revues dans le monde ont déjà affirmé leur souhait d’être signataire de cette lettre – manifeste.

 

Le sens d’une revue académique

La revue Droit et Société fête son 30e anniversaire. Une superbe occasion de se tourner vers ce qui justifie son existence auprès de ses lecteurs, de son public, de ses contributeurs. Une belle opportunité de dialoguer avec d’autres revues académiques dans le monde évoluant dans les mêmes domaines de savoirs et poursuivant les mêmes finalités.

Il s’agit donc de se saisir de cet anniversaire, moins pour célébrer et faire célébrer les propres vertus d’une revue, que pour partager avec d’autres publications ce qui la fonde dans l’accomplissement de cette mission de promotion de l’activité de connaissance, du point de vue de ce qui constitue son identité, de ce qui témoigne d’un esprit dans lequel une telle mission est accomplie, des principes qui en sont au fondement.

La revue Droit et Société est issue d’une rencontre entre la théorie du droit et la sociologie juridique. La poursuite de l’objectif de la recherche de sens du droit et de ses mises en œuvre y est progressivement devenue indissociable d’une quête de connaissance par les sciences sociales sur ce que le droit, à travers ce qu’il dit et ce qu’il fait, révèle, avec une force particulière, des transformations des sociétés.

L’aventure intellectuelle que représente une revue ne peut réussir que si elle est en même temps une aventure humaine. L’évidence d’une pluridisciplinarité contenue dans la conception de départ et l’horizon d’un tel projet ne peuvent être conçus et assumés que s’il existe de la tolérance et de l’écoute, en un mot l’adhésion sans réserve au principe de l’altérité, au-delà de la diversité des spécialisations et des compétences, des appartenances disciplinaires et des Ecoles de pensée.

Une revue est plus que la réunion de compétences. Elle peut être une communauté jusqu’à aspirer à la réalisation de l’utopie d’une « République des savants ». Là peut résider sa force pour dépasser les assignations de toute sorte, intellectuelle, idéologique, politique ou administrative, pour devenir un espace d’échanges et de confrontations des idées, un lieu de débats où le seul impératif est celui de la quête permanente, en l’occurrence, d’une intelligence du droit, lui-même miroir du fonctionnement des sociétés et de leur devenir dans ce qu’ils recèlent de menaces ou d’indignités mais aussi de promesses. Une revue peut être un lieu de désintéressement au sens où le seul profit qu’elle vise est celui d’une production de connaissances conçue non pas comme un en-soi du monde savant mais comme une exigence face aux incertitudes de ce que sont et de ce que deviennent les mondes sociaux et politiques.

C’est tout cela que la revue Droit et Société souhaite partager à l’occasion de son 30e anniversaire. La plus belle récompense qu’elle peut recevoir à cette occasion, c’est l’assurance que nombre de revues dans le monde, relevant du même champ de connaissance, se déclarent partie prenante d’un tel partage.

 

 La Rédaction en chef

Lettre-manifeste Droit et Société (anglais)

 

État actuel des signataires (mise à jour permanente) :


1 réponse

  1. Très belle initiative, bravo!
    Pascale Dufour
    Directrice
    Politique et Sociétés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *