La textualité du droit / Simone Goyard-Fabre

goyard-fabreGoyard-Fabre Simone, La textualité du droit. Étude formelle et enquête transcendantale, Paris : Cerf, coll. « Humanités », 2012, 384 p.

Compte rendu par Laurent De Sutter (Vrije Universiteit Brussel).

L’œuvre de Simone Goyard-Fabre est celle, exemplaire, d’une grande savante n’ayant jamais cessé d’approfondir la compréhension de la tradition philosophique et juridique que nous avons héritée de la modernité, et qui avait fait de la quête des fondements son chantier principal. Qu’il s’agisse de ses grandes études sur Hobbes, Montesquieu, Pufendorf, Nietzsche, Bodin, Kant, etc., ou de ses réflexions plus générales sur l’État moderne, la paix, la guerre, les Lumières, etc., la préoccupation la traversant a donc toujours été celle-ci : tenter de formuler les fondements du droit et de la politique dans l’époque moderne. Depuis plusieurs années, toutefois, on a pu observer un léger glissement dans la manière dont cette préoccupation était formulée : d’un souci enveloppant telle ou telle problématique comme leur harmonique, elle est devenue le centre d’un travail systématique. Re-penser la pensée du droit, en 2007, ou De l’interrogation radicale, en 2011, indiquaient déjà assez combien la réflexion sur les fondements (du droit comme de la politique) était devenue, chez Simone Goyard-Fabre, une réflexion fondamentale – une réflexion sur la fondamentalité du fondement, et sur la fondamentalité de ce qui faisait l’objet d’un tel fondement. La textualité du droit, qui ne cache pas ce qu’il doit aux investigations précédentes de son auteur, marque une étape supplémentaire dans ce long trajet : l’étape de l’interrogation sur le médium du fondement, à savoir, en ce qui concerne le droit, celui de son texte. S’appuyant, comme c’était déjà le cas pour De l’interrogation radicale, sur les travaux de Francis Jacques, Simone Goyard-Fabre tente ainsi d’offrir une théorie générale du texte juridique faisant de celui-ci le lieu d’un sens branché de manière immédiate sur ce qu’elle appelle les « exigences fondamentales » du droit.

L’intention présidant au travail qui nous occupe ici est claire : il s’agit, explique Simone Goyard-Fabre, d’en finir avec le « conflit séculaire entre le droit et la philosophie », c’est-à-dire d’en finir avec l’idée voulant que droit et philosophie seraient deux disciplines rivales. Aux yeux de Simone Goyard-Fabre, droit et philosophie sont voués à s’entendre, ne fût-ce que parce que les « exigences fondamentales » sur lesquelles le droit est amené à se fondre ne sont pas des exigences juridiques – mais, précisément, des exigences philosophiques. De fait, elle ne cache pas son attachement à deux d’entre elles : d’une part, l’ancrage du droit dans le domaine de la raison ; d’autre part, son orientation en direction du domaine des valeurs – ou, si l’on préfère, celui de la morale. Le droit, pour Simone Goyard-Fabre, n’est droit que pour autant qu’il s’installe au cœur d’un univers de raison et de valeurs, dont le contenu de sens relève de la philosophie qui lui tient à cœur, à savoir la philosophie « transcendantale », faisant du bien et du juste son horizon. Le langage juridique, en tant qu’il s’incarne dans un ensemble de plus en plus proliférant de textes, est (et doit être), par conséquent, le véhicule de ce sens : le véhicule du bien et du juste tels que définis, à l’intérieur de l’univers de la raison, par la philosophie transcendantale, s’appuyant sur une certaine sémantique. On ne sera donc pas surpris que, développant ces vues, Simone Goyard-Fabre adresse quelques coups de griffe aussi bien aux traditions philosophiques refusant toute idée du « transcendantal » (Derrida, entre autres, en prend pour son grade), qu’aux traditions juridiques ne se conformant pas à ce modèle (les droits des animaux, par exemple, sont traités comme ne relevant du droit que par métonymie – manière de dire qu’ils n’en sont pas vraiment).

À eux seuls, ces coups de griffe devraient déjà avertir le lecteur : La textualité du droit n’est pas seulement un ouvrage de réflexion ; c’est aussi, quoique d’une manière très oblique, un ouvrage de militance, visant à mettre en œuvre ce que, faute de mieux, on ne peut que nommer une police de la pensée. À suivre Simone Goyard-Fabre, il y aurait en effet, d’un côté, les bons instruments théoriques, visant à définir le bon droit ; tandis qu’il y aurait, d’un autre, des instruments théoriques mauvais, ne parvenant à définir qu’un droit faux, parce que manquant sa vérité définie, par avance, une fois pour toutes. Plutôt qu’une « enquête », l’ouvrage de Simone Goyard-Fabre se présente ainsi comme un programme : aussi bien programme scientifique promouvant un certain type de discours théorique au détriment des autres, que programme politique excluant du champ du droit un certain nombre de pratiques. Mais que faire avec un tel programme ? Que faire avec un ouvrage ne cessant jamais de marteler combien il convient de se méfier du « “dévergondage” de la pensée », d’un « nihilisme épistémologique aux mille dangers », lorsque les avertissements qu’il multiplie ne dépassent jamais ce qui ressemble beaucoup à des simple jugements de goût ? Que faire avec un ouvrage faisant du « dévergondage » un péché de la pensée, brandissant les « mille dangers » liés au « nihilisme épistémologique » sans jamais en décrire un seul, et traitant de « déviance » tout ce qui n’abonde pas dans le sens qu’il prétend défendre ? Car si certains auteurs et certaines inventions juridiques ne semblent pas trouver grâce aux yeux de Simone Goyard-Fabre, c’est en réalité tout un rapport à la pensée elle-même que celle-ci souhaiterait voir disparaître – ou, en tout cas, qu’elle souhaiterait voir rangé au rayon des « dévergondages », des « déviances » ou du « nihilisme ».

La réponse à ces questions est claire : on ne peut rien faire de La textualité du droit – tout simplement parce qu’il s’agit d’un ouvrage ne laissant à d’autres possibilités théoriques que celles qui y sont défendues aucune place, sinon celle réservée au méprisable. Qui plus est, il est étonnant de constater que les travaux les plus novateurs que le domaine de la philosophie du droit a produits depuis vingt, trente ans, voire quarante ans, n’y font jamais l’objet de la moindre allusion, sinon distraite (ainsi de Deleuze). La textualité du droit ressemble ainsi à un texte un peu autiste et un peu orphelin à la fois, dernière résurgence d’une certaine forme de langage, d’un certain type de position, qui continue encore à faire de la philosophie du droit (et en particulier de la philosophie du droit française) une des plus vaines disciplines de l’université contemporaine. Ce n’est plus de programmes dont nous avons besoin, mais d’expérimentations : nous avons besoin de rendre à nouveau notre discipline vivante, c’est-à-dire décrispée des attitudes qui, depuis maintenant plusieurs décennies, l’ont rendue si haïssable, si stérile, si nulle. Il est symptomatique de cette situation que les plus innovantes, les plus excitantes et les plus risquées des tentatives visant à penser le droit dans cette période ont été le fait de philosophes dont ce n’était pas le domaine principal – comme si, en effet, le droit ne pouvait donner à penser qu’autant que les habitudes universitaires de la philosophie du droit fussent oubliées. Qu’il s’agisse de celle de Giorgio Agamben, de Bruno Latour, d’Alain Badiou, de cent autres, aucune d’entre elles ne semble même avoir été lue par Simone Goyard-Fabre. S’il en avait été autrement, peut-être aurait-elle en effet pu commencer à méditer sur la pertinence, dans un ouvrage visant à reformuler les « fondements » du droit, de cette interrogation elle-même.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *