Gouverner les mœurs. La lutte contre l’avortement en France, 1890-1950 | Fabrice Cahen

Fabrice Cahen, Gouverner les mœurs. La lutte contre l’avortement en France, 1890-1950, Paris : PUF – Ined, 2016.

Compte rendu par Marie Mathieu (Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris [CRESPPA], Paris / Institut de Recherches et d’Études Féministes [IREF], Montréal)

Ce premier ouvrage de Fabrice Cahen s’inscrit dans la « deuxième vague » – amorcée au début des années 2000 – des travaux français sur l’avortement produits en sciences humaines et sociales depuis la loi dite Veil. Il est le fruit d’une thèse soutenue en 20111 , qui avait donné lieu à des articles au sein de revues scientifiques telles que la Revue d’histoire moderne et contemporaine ou History of the Family.

L’auteur y retrace une histoire de l’avortement particulièrement originale, tant par l’angle d’attaque choisi que par la séquence temporelle traitée. En effet, en portant son attention sur la lutte contre l’avortement, Fabrice Cahen éclaire la pratique abortive par un pan que nos disciplines ont peu exploré. De plus, l’analyse de la période circonscrite est restée longtemps dans l’ombre des enquêtes abordant les décennies qui entourent la légalisation de ce mode de contrôle des naissances en France. Si en 2003, Jean-Yves Le Naour et Catherine Valenti ont publié une Histoire de l’avortement2 , couvrant avant tout les XIXe et XXe siècles, Fabrice Cahen nous en offre une nouvelle version très « vivante », en se focalisant sur l’entreprise de la lutte et ses acteurs, de la Belle époque à la création de la Maternité Heureuse. Dépassant un inventaire formel des textes de loi, il livre une socio-histoire détaillée de cette bataille, de la formation de l’avortement comme « fléau social » à la fin du XIXe à son traitement politique (1905-1950). Il invite à questionner l’efficacité de l’action publique sur les pratiques anti-natales (rapidement réduite à « un échec de la répression » pour cette époque) et, par là même, sur la gouvernementabilité de la démographie et des populations.

Ce livre rend compte du traitement d’un corpus archivistique varié, mêlant données qualitatives (des publications des différents corps professionnels impliqués dans la lutte, des archives des services centraux de l’État et des administrations publiques, les textes législatifs et débats parlementaires) et quantitatives (le Compte général de l’administration de la justice criminelle), dont le chercheur n’oublie jamais de justifier les frontières et d’énoncer les limites. Cette réunion singulière de matériaux illustre bien la volonté de l’auteur de ne pas reconduire certains biais récurrents dans les études sur l’action publique qui, en se centrant souvent sur l’observation de la simple sphère pénale, pérennisent une conception trop réductrice de ce champ. Chapitre après chapitre, il dévoile un maniement habile de multiples outils théoriques (grilles du genre, des politiques de la vie, de la sociologie des sciences ou des mobilisations) et méthodologiques (analyse de réseaux sociaux et de statistiques, prosopographie) empruntés à différentes disciplines. Tout en démontrant le caractère heuristique de l’articulation des savoirs et savoir-faire développés par l’histoire, la démographie, la science politique, la sociologie critique et féministe, cette publication illustre en pratique les atouts d’une situation d’« interface disciplinaire3 » et la manière dont elle peut être mise à profit dans les recherches.

L’analyse de la lutte proposée est ordonnée selon une structure en quatre parties. Dans un premier temps, il importe de comprendre comment l’avortement a été élevé au statut de problème public. Dans un contexte social de « panique morale », l’avortement, criminel selon la loi de 1810, devient à la fin du XIXe siècle l’objet d’une attention toute particulière. Des moralistes aux militantes féministes en passant par les natalistes, les populationnistes et les hygiénistes, tou-te-s s’accordent pour dénoncer ce « fléau » qui risque, par « contagion », de déréguler les mœurs et surtout de provoquer la dépopulation. Appuyant leurs argumentaires sur des données chiffrées et des discours ambiants, les instigateurs de la lutte participent à la consolidation progressive d’un lien causal entre deux entités pensées jusqu’alors indépendantes : avortement criminel et dépopulation. Dénonçant la « prohibition souple » pratiquée à tous les niveaux de l’appareil étatique, ces lanceurs d’alerte forment le socle des mobilisations collectives conduisant à l’inscription de l’avortement dans des projets politiques relatifs à la protection de la population et/ou de la moralité publique.

Mais quelles modalités d’action employer pour combattre efficacement l’avortement ? La réponse n’est pas toujours la même selon les entrepreneurs de lutte comme on le découvre au sein de la deuxième partie. En effet, bien que partageant des caractéristiques sociales (surtout des hommes dotés d’un certain pouvoir d’influence, aux  inscriptions sectorielles multiples, le plus souvent dans les domaines médical, juridique et politique), les « croisés » ne sont pas animés par des motifs identiques, ni porteurs des mêmes convictions et s’opposent sur des points précis (levée du secret médical, excuse absolutoire pour les avortées, correctionnalisation de l’avortement, contrôle des sages-femmes) lorsqu’il est question de la meilleure stratégie à employer. Bien qu’existent quelques zones de friction, ces individus inscrits dans des réseaux fortement interconnectés vont mutualiser leurs compétences et former un front anti-avortement. Usant de techniques rhétoriques et lexicales, ils propagent un sentiment d’urgence à agir et dépolitisent l’avortement criminel pour mieux en politiser sa lutte. Bien qu’on puisse ordonner leurs postures selon trois registres d’action (matérialiste, idéaliste et institutionnaliste), leurs actions dirigées avant tout vers les élites dirigeantes conduisent aux votes des lois « scélérates » de 1920 et 1923.

La troisième partie, qui éclaire le plus sombre chapitre de cette histoire, offre une relecture inédite de cette période de la fin des années 1930 à celle des années 1940. Deux phénomènes y sont développés : l’exacerbation de la haine à l’égard de l’avortement et l’affermissement du pouvoir de l’État sur la société. Le répertoire d’actions des anti-avortement et de leurs cibles se diversifie. En plus des pouvoirs publics et de ses agents, ils visent les « masses ». Usant des médias, ils véhiculent un discours qui se radicalise profondément. Derrière l’Alliance nationale contre la dépopulation et l’emblématique Fernand Boverat, le camp anti-avortement, qui progressivement s’institutionnalise, pousse à une rationalisation des moyens de la lutte, favorisant par-là la spirale d’une violence étatique qui n’aura plus de limites. En effet, elle survient alors que s’affaissent les préventions libérales et les garde-fous démocratiques. Au Code de la famille de 1939, est ajouté, sous le gouvernement de Vichy, un ensemble de mesures venant renforcer l’arsenal répressif. La chasse aux avorteur-se-s devient l’affaire de tous. Au-delà de la mise en place au niveau local de brigades policières spécialisées dans la traque de ces criminels et de l’Ordre des médecins, les populations deviennent elles-mêmes un maillon de la répression à travers la pratique de la délation.

Bien que la crainte liée la dénatalité se soit estompée, la Libération ne correspond nullement à la fin de la lutte. Mais un doute s’est installé quant à la pertinence des instruments gouvernementaux employés jusqu’alors. Une commission interministérielle est créée en 1946, chargée de penser la poursuite de la lutte. On découvre au sein de la dernière partie comment cette délégation, s’appuyant sur de nouvelles données scientifiques, va élaborer des stratégies alternatives et ainsi définir une nouvelle « politique de la vie », dont les agents principaux seront les professionnels de la santé et du social. Ainsi, l’éducation et la prévention – ciblant notamment la jeunesse – seront les nouvelles armes du combat.

Si la démonstration de Fabrice Cahen est passionnante de par son fond, nous ne pouvons passer sous silence la qualité de l’écriture qui en rend sa lecture fluide. Au-delà du choix méticuleux des termes, son développement est clair et ses descriptions précises. Il convient également de souligner la maîtrise du chercheur des différents travaux élaborés par les femmes et/ou les féministes (notamment les analyses sur le gender bargaining), dont les apports sont encore bien souvent négligés dans les recherches (et même celles abordant un objet aussi genré que l’avortement). Bien que nous puissions formuler des critiques sur la forme (la quasi-absence d’images malgré la richesse des matériaux consultés, une monochromie des graphiques affectant pour partie leur lisibilité), nous ne pouvons que saluer la qualité de cet ouvrage qui porte en son sein de nombreuses pistes de recherche. L’auteur n’hésite d’ailleurs pas à en souligner explicitement. Ainsi, il déplore que n’ait jamais été faite l’analyse des tactiques de défense élaborées par les avocats avec les accusées (p.98), qui pourrait être selon nous une première entrée pour retracer l’histoire des avortées voire des avorteur-se-s. Enfin, nous espérons que cet ouvrage n’est qu’un premier volume. La rigueur dont témoigne le chercheur dans le traitement des données et l’expertise qu’il a développée quant aux protagonistes, réseaux et motifs de la lutte, nous semblent des atouts précieux pour penser les formes les plus contemporaines d’un front qui, en s’opposant aujourd’hui à l’avortement, combat un Habeas Corpus des femmes pour reprendre les propos de Geneviève Fraisse4 .

 

Enregistrer

Enregistrer

  1. Fabrice Cahen, Lutter contre l’avortement illégal : les politiques de la vie au défi du contrôle des mœurs (France, 1890-1950), thèse pour le doctorat en histoire, Paris, EHESS, 2011. []
  2. Jean-Yves Le Naour et Catherine Valenti, Histoire de l’avortement (XIXe-XXe siècle), Paris : Le Seuil, coll. « L’univers historique », 2003. []
  3. Comme le signalent son titre (historien) et ses affiliations (chargé de recherche à l’INED et membre du groupe de l’étude sociale et politique des populations, de la protection sociale et de la santé : Esopp), l’auteur se situe aux frontières de quatre disciplines. []
  4.  Geneviève Fraisse, « L’habeas corpus des femmes : une double révolution ? », in Étienne-Émile Baulieu, Françoise Héritier et Henri Léridon (dir.), Contraception : contrainte ou liberté?, Paris : Odile Jacob, 1999, p. 53-60.  []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *