Mariage et filiation pour tous. Une métamorphose inachevée | Irène Théry

Irène Théry, Mariage et filiation pour tous. Une métamorphose inachevée, Paris : Seuil, coll. « La République des idées », 2016, 122 p.

Compte rendu par Paola Ronfani (Université de Milan)

Le livre représente l’aboutissement de réflexions interdisciplinaires – sociologiques, anthropologiques historiques et philosophiques – denses et stimulantes sur les profondes métamorphoses, qui ont eu lieu au cœur des sociétés occidentales dans la construction sociale et juridique des relations de couple et de filiation, tout comme dans le système normatif sexuel et de genre, que l’auteure avait déjà depuis longtemps élaborées notamment dans les deux essais Le démariage. Justice et vie privée, paru en première édition en 1993, qui a eu un large écho même à l’échelle internationale, et La distinction des sexes, une nouvelle approche de l’égalité, datant de 2007.

Mariage et filiation, tout comme les essais précédents, s’inscrit dans la tradition de la sociologie législative, qui vise à réaliser des programmes d’études et de recherches destinés à fournir au législateur une maîtrise scientifique des faits sur lesquels il est nécessaire d’intervenir par le biais de réformes. À ce propos, dans son dernier livre Irène Théry suit des orientations de politique législative différentes de celles qu’elle avait soutenues auparavant, qui – comme elle-même le rappelle – avaient suscité des incompréhensions et des critiques surtout de la part d’activistes des mouvements lesbiens, gays, transsexuels et bisexuels (LGTB), qui l’avaient accusée de soutenir des positions conservatrices et hostiles à l’égard des revendications de reconnaissance des couples homosexuels et notamment de l’homoparentalité. À présent, en laissant de côté toute perplexité, elle déclare non seulement appuyer ouvertement le mariage homosexuel et l’accès à l’adoption pour les couples d’un même sexe, prévus par la loi du 17 mai 2013, mais elle estime aussi que cette réforme est incomplète. En effet, si le mariage pour tous permet aux gays et aux lesbiennes d’être intégrés « au cœur du lien social », on ne peut pas en dire autant pour l’homoparentalité et, de façon plus générale, pour les nouvelles pratiques de filiation que le démariage et le développement des technologies de la procréation assistée ont rendues possibles. Rappelons, à ce propos, que, selon Irène Théry, dans le cadre de ce phénomène social complexe qu’elle appelle démariage, une nouvelle phase s’est ouverte, caractérisée par les questions controversées sur la filiation. Ces dernières lancent au droit le défi de réglementer la pluralité actuelle (filiation dans le mariage, en dehors du mariage, désormais en position de parité, dans les familles recomposées, dans les familles adoptives et dans celles de personnes du même sexe) et d’élaborer un nouvel ordre symbolique où peuvent trouver leur place, à la fois, les liens de sang et les liens sociaux, qui ne sont plus aujourd’hui tenus ensemble par le mariage et la présomption de paternité. D’une manière plus générale, le législateur devrait constater que la logique de l’exclusion et de l’exclusivité, qui impose de choisir entre le lien biologique et le lien social et inspire notamment l’adoption plénière, connaît une crise. Le recours croissant à la procréation médicalement assistée (PMA) révèle également que la biologie et le sang ne sont pas des mythes du passé, mais qu’ils occupent une place importante dans les représentations symboliques de la parentalité et de la filiation. Sous cet aspect, l’homoparentalité n’est rien d’autre qu’un puissant révélateur des lacunes et des contradictions du droit de filiation actuel.

Il faut souligner que l’importance accordée par Irène Théry à l’exigence incontournable d’un nouveau droit de la filiation, représente l’expression de son orientation sociologique qui – tout comme elle-même l’explique – se situe dans la tradition durkheimienne : la société n’est pas une collection d’individus qui agissent, dans un contexte agoniste, seulement pour une optimisation de la liberté parce qu’ils ont besoin de règles et d’institutions qui fixent des horizons moraux à leurs choix. De manière cohérente, pour l’auteure, les transformations des relations familiales et de l’intimité sont l’expression, non pas de l’individualisme et de la déinstitutionalisation, mais de l’égalité (entre hommes et femmes, maris et femmes, enfants). Et si, d’une part, l’égalité s’oppose à la hiérarchie du système familial et social précédent, tout en laissant ouvertes des questions de pouvoir qui doivent être combattues lorsqu’elles génèrent des injustices, d’autre part, elle n’exclut pas la dimension de l’altérité du masculin et du féminin.

C’est ici que s’ouvre la question controversée de la dérive du mariage pour tous et, plus généralement, de l’affirmation de la théorie du genre, vers une indifférenciation des sexes évoquée, souvent dans un climat de panique morale, par des figures du conservatisme religieux et par une anthropologie et une psychanalyse dogmatiques. Une question que Irène Théry aborde, non seulement en soulignant le sens complexe et multiforme du concept de genre, mais, en soutenant l’idée spécifique du genre comme modalité des relations sociales. Plus précisément, elle refuse la vision du genre en tant qu’attribut de l’identité des personnes, et s’inspire de certaines réflexions de la philosophie analytique, notamment de Ludwig Wittgenstein, et surtout de l’approche élaborée par l’anthropologue Marylin Strathern dans les sociétés socio-cosmiques qui, à son avis, est également valable dans les sociétés occidentales contemporaines. Au vu de la perspective relationnelle, et du principe d’égalité, l’auteure conclut que si on peut aujourd’hui parler d’indifférenciation des sexes et des genres vis-à-vis de ceux qui entretiennent des relations de prise en charge et, dans un sens plus large, de responsabilité parentale, tout comme pour ceux qui entreprennent un projet d’engendrement, il n’y a aucun doute que la distinction entre le féminin et le masculin subsiste encore dans le rapport de procréation. Et c’est justement en référence à la perspective relationnelle qu’elle s’oppose à la proposition d’un droit civil « asexué », soutenue par les positions libérales plus radicales qui se proposent de lutter contre toute naturalisation biologisante et d’affirmer la primauté de l’autonomie de la volonté à l’égard du sujet qui entreprend un projet de parentalité. Elle estime au contraire qu’il est urgent et indispensable d’écrire un nouveau droit « à la fois commun et pluraliste », qui devrait, notamment, d’un côté, abolir le secret des origines dans l’adoption et l’anonymat du donneur dans la PMA, qu’il faudrait ouvrir également aux couples homosexuels et aux femmes célibataires, et de l’autre, réglementer la GPA dans une perspective qui condamne toute pratique dégradante et d’exploitation, valorisant au contraire le développement de relations entre les parents d’intention et les mères porteuses.

Sans aucun doute, les questions abordées par Irène Théry, à l’aide d’arguments de grande envergure et d’amples références bibliographiques, et les nœuds théoriques de sa perspective sont plus complexes qu’ils n’apparaissent dans ce compte rendu. Pour conclure, nous tenons à souligner que le modèle de réglementation qu’elle propose, flexible et adaptable à la pluralité des formes de filiation, semble mieux répondre à la configuration du droit de la postmodernité de celui qui s’inscrit dans la tradition civiliste caractérisé par un code binaire. Toutefois, on ne devrait pas sous-estimer – et I. Théry aurait peut-être dû se pencher un peu plus longuement sur ces aspects – à la fois, les difficultés de technique législative, comme le problème de tenir ensemble le principe de l’indisponibilité du statut de filiation avec la reconnaissance des rôles parentaux possibles, changeants et parfois même contingents dans les familles d’aujourd’hui, et le risque de controverses judiciaires très délicates : pensons, par exemple, au cas d’un donneur de gamètes qui, en vertu d’accords avec les deux mères qui ne seront ensuite pas respectés, demande à être reconnu en tant que figure parentale stable.

De manière plus générale, le livre aurait gagné une force argumentative supérieure à celle qu’il possède déjà si une plus grande attention avait été accordée aux recherches empiriques, désormais nombreuses, sur ladite « parenté pratique », qui révèlent justement la coexistence et la mixité des éléments du sang et du social dans les représentations sociales et normatives et dans les conduites des mères et des pères impliqués dans les nouvelles pratiques de filiation.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *