L’ombre du monde | Didier Fassin

Didier Fassin, L’ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale, 2015, Paris, Seuil, collection « La couleur des idées », 601 p.

Compte rendu par Aude Leroy (Institut des sciences sociales du politique [ISP], Cachan)

Nous sommes au XXIe siècle. Dans l’Occident occupé par le capitalisme, les institutions de confinement reculent. Toutes ? Non ! Car l’irréductible domaine carcéral grandit. Et la prison résiste, encore et toujours, à la démocratie et aux droits individuels.

Didier Fassin élabore ainsi un constat original, nonobstant sa simplicité : du début au milieu du XXe, l’asile psychiatrique s’épanouissait, tandis que l’enfermement carcéral déclinait. Or, voici que la tendance s’est inversée jusqu’à nos jours. Remarquable bilan (et inédit, malgré sa simplicité). Manié par Didier Fassin, il devient une clef très efficace vers maints enjeux d’analyse. La problématique centrale de l’Ombre du monde est la place sociétale et politique de la prison. Celle-ci serait, aujourd’hui, le mode de gouvernement privilégié des populations déviantes, et même le centre de gravité depuis lequel s’étendrait une société punitive.

Didier Fassin a initié une anthropologie morale des politiques contemporaines. L’auteur explore le pendant inverse, et complémentaire, à ses travaux précédents sur les dispositifs permettant d’assister et d’accompagner les plus faibles. Envers du monde que Didier Fassin a sondé récemment, déjà, à travers des enquêtes sociologiques sur les pratiques policières, le tribunal correctionnel… L’auteur continue ainsi de soumettre ses investigations à une interrogation essentielle : comment gouverne-t-on, aujourd’hui, les segments les plus fragiles d’une société ? Comment penser les conditions des plus dominés des dominés ? À quelles évolutions des économies morales contemporaines sont-ils soumis ? L’extension du fait carcéral est indubitablement un phénomène sociétal structurel. Aussi s’agit-il, au fil de l’Ombre du monde, d’en comprendre les causes plurielles, les manifestations plus précises (la prison, pour qui ? comment ?). Plus largement, d’en analyser le sens et la signification au sein des gouvernements des États libéraux – la comparaison internationale étant l’un des points forts de la réflexion. Une double dette est très présente dans l’ouvrage : à l’égard d’Asiles, d’Erving Goffman, et de Surveiller et punir, de Michel Foucault – cette seconde référence est d’ailleurs, manifestement, l’influence la plus marquante de la pensée de l’ouvrage. Le parti est pris néanmoins, d’une double différenciation méthodologique. D’abord, ne pas s’abstraire des discours politiques sur les finalités institutionnelles des pratiques. Mais, de plus, ne pas s’intéresser seulement aux discours, aussi à la quotidienneté des pratiques, et à la matérialité des conditions de détention.

C’est évidemment, une grande réussite. L’optique retenue est intéressante : désenclaver la prison ; resituer des problématiques classiques de la sociologie carcérale dans la cité ; replacer les ordres de causalité là où ils sont, au-delà des murs. Il y a un ton pour dire fermement la vérité de nos choix contemporains en matière de traitement des détenus, pour montrer en quoi et comment la prison reflète et dévoile à la fois les décisions politiques de notre temps, les optiques morales et les hiérarchisations entre les êtres. Les choses sont posées, avec des arguments détaillés, sans ambages, mais avec l’éloquence d’une très belle écriture. Parfois, ce ton engagé tire l’ouvrage du côté de l’essai, où l’auteur loue et condamne, « déterminant la part de responsabilité » des unes ou des autres institutions (p.445), des uns ou des autres acteurs de terrain.

Sur le plan méthodologique, l’on reconnaît la patte de l’anthropologue, en particulier l’usage ethnographique de micro-situations. Des scènes représentatives sont choisies et analysées en profondeur – de manière longitudinale quand faire se peut. Ces études de situation permettent très efficacement de pénétrer dans le monde social décrit. Elles aident à suivre l’auteur dans les différents niveaux de sa réflexion. Grâce à cela, l’auteur réussit la prouesse technique de rester accessible, y compris pour le lecteur non spécialisé. En effet, les nombreux éléments issus du terrain apportent de la profondeur, là où l’auteur est bien obligé de synthétiser l’état des connaissances sur les nombreux sujets couverts par son ouvrage. La gestion des références aux matériaux empiriques s’avère par contre assez elliptique. On regrette que des points de vue soient cités comme pour renforcer et illustrer les arguments de l’auteur, plutôt que d’étudier ces considérations d’acteurs en elles-mêmes. D’un autre côté, on regrette que les sources ne soient pas toujours croisées, pour rendre compte de situations aberrantes décrites dans l’ouvrage, et ainsi verrouiller une argumentation tout à fait crédible pour quiconque a pu découvrir les univers de la justice pénale et de la prison. À cet égard, nous voudrions proposer deux réflexions.

L’auteur défend une théorie selon laquelle, dans le paradigme punitif contemporain, le « discours sur la rédemption » serait devenu marginal, de même qu’une forme de préoccupation de la récidive consistant à favoriser la réinsertion des citoyens et leur réformation morale. Or, notre point de vue est qu’en matière d’exécution des peines, ces paradigmes optimistes justifient une production normative croissante – et tissée de contradictions. En fait, les politiques pénales du droit de l’exécution des peines imposent un langage de la réinsertion, tout en étant, bien sûr, emboîtées dans le droit pénal au sens large, lequel est effectivement sécuritaire et punitif dans l’ensemble. Le langage de la réinsertion ne disparaît pas. Il est cannibalisé et digéré, de manière complexe, tant par le paradigme sécuritaire que par les contraintes et préoccupations organisationnelles engendrées par le manque structurel de moyens humains et matériels. Paradoxalement, c’est au nom des critères de ce qu’est la réinsertion que l’on introduit des freins, d’ordre sécuritaire, dans la trajectoire du détenu vers l’extérieur des murs1 . Ce qui a changé, depuis le tournant punitif, c’est que le paradigme de la réformation, gage d’une non-récidive, devient un critère négatif dans l’octroi des aménagements de peine, de plus en plus conditionnés par des « gages » sur l’avenir.

Notre seconde réflexion porte sur les sélections, au sein de la littérature, dans la rédaction de l’ouvrage. Si l’auteur fait circuler des savoirs scientifiques anglo-saxons vers le lecteur français, on regrette qu’il ne contribue pas assez explicitement à la diffusion des travaux en matière de sociologie de la prison française. Les divers chapitres recouvrent des objets d’étude que divers sociologues francophones ont circonscrits pour les étudier spécialement.  En outre, le programme de recherche de Corinne Rostaing converge avec celui de Didier Fassin. Des rapprochements seraient bienvenus. En définitive, l’Ombre jette des ponts vers une littérature internationale, importante et encore trop peu connue en France. Réciproquement, on espérerait que Didier Fassin devienne une caisse de résonance pour la sociologie de la prison francophone, dans la mesure où il occupe une position stratégique, au-delà des frontières francophones et au-delà d’un public de spécialistes de la question carcérale. Cette sociologie carcérale francophone continue largement à développer des méthodes de recherche qualitatives — celles-là que l’auteur choisit, et qui nécessitent une résistance, aujourd’hui, dans le paysage universitaire nord-américain, pour n’être pas chassées par la raison quantitative2 . Mais, aucun travail scientifique ne saurait être pleinement mené sans choix, autrement dit, sans renoncements ni arbitrages. Au final, l’ouvrage construit et instruit une problématique féconde et complexe, sans que le propos ne soit jamais difficile d’accès. Il enrichit l’état des savoirs scientifiques, tout en informant et en sensibilisant le citoyen intéressé. La dimension comparatiste apporte beaucoup de perspectives. C’est une belle mission de chercheur, l’accomplissement d’un travail d’intérêt public, et c’est un livre à lire absolument.

 

  1.  Certes, nous affirmons le propos avec d’autant plus de conviction que c’est la « thèse » de notre thèse. Aude Leroy, Patientez en prison. La construction des itinéraires carcéraux en centre de détention, thèse soutenue à l’ENS Paris-Saclay le 18/11/2016. []
  2. Angèle Christin et Étienne Ollion, La sociologie aux États-Unis aujourd’hui, Paris : La découverte, coll. « Repères », 2012. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *