Quelles mobilisations de la connaissance sur le droit et au-delà du droit ?

Logo_DS30 ans-petitÀ l’occasion de son 30e anniversaire, la revue Droit et Société a organisé, à Sciences Po Toulouse, un séminaire international réunissant les membres de son comité éditorial et quelques invités. L’objectif a été de revenir sur les relations entre droit et sciences sociales dans une perspective disons renouvelée de la question de l’interdisciplinarité. L’esprit qui prévaut au sein de cette communauté intellectuelle, de cet espace d’échanges dans le respect des identités disciplinaires et culturelles respectives (dont rend compte fidèlement la « lettre-manifeste » rédigée à l’occasion et qui a été signée par 45 revues dans le monde), autorisait de s’inscrire dans une tentative de dépassement des analyses centrées sur les difficultés des relations entre droit et sciences sociales à la lecture de l’histoire de celles-ci, de l’incompatibilité ou des irréductibilités nées de leurs spécificités épistémologiques respectives ; de ne plus s’en tenir aux anathèmes définitifs ou, à l’inverse, aux déclarations d’intentions aussi louables soient-elles sur les vertus potentielles de complémentarités possibles.

La célèbre injonction de Leibniz a ainsi en quelque sorte inspiré l’objectif fixé à ce séminaire – « Cessons de discuter. Calculons ! » – pour illustrer ce qui a pris la forme d’une véritable volonté de contribuer à l’opérationnalisation de ce que pourrait être une volonté de concourir conjointement à la quête de sens de ce qu’est et de ce que devient le droit et de ce qu’il révèle, dans ce qu’il dit et dans ce qu’il fait, des transformations des sociétés.

C’est ce qui a justifié un retour sur ce que pourraient être des « concepts passerelles » scrutés, dont la validité a été éprouvée à travers plusieurs exemples expérimentés à partir de la théorie du droit ou de recherches en sociologie du droit. Mais, en l’occurrence, ce ne sont pas seulement les instruments de la connaissance qui ont été étudiés. Au-delà des concepts, les disciplines et les paradigmes, ce sont aussi les moyens d’accès à une possible interdisciplinarité à travers la formation qui ont été examinés ainsi que les façons dont cette interdisciplinarité peut se pratiquer : dans des univers culturels différents, dans les démarches de recherche elles-mêmes et sur des objets de recherche dévoilant, plus que d’autres, l’exceptionnelle spécificité du domaine juridique et des enjeux qu’il porte et qui sont susceptibles d’influer sur le travail de connaissance qu’il mobilise.

De façon significative, cet engagement dans ce qui peut être qualifié d’un projet, au sens le plus noble et le plus fort, s’est fondé sur un retour réflexif sur 30 ans de contenu de la revue en général et sur ce que la revue a publié sur le thème des réformes.

De façon significative et symbolique, les étudiants du master de sociologie juridique de l’Université Panthéon Assas Paris 2 ont été conviés à ce séminaire et invités à rendre compte de ce que ces réflexions pouvaient leur inspirer. Ce qu’ils ont fait avec beaucoup de pertinence, et non sans humour1 , suggérant une vision prometteuse de l’avenir de la connaissance dans le domaine.

De façon significative, Droit et Société a ainsi témoigné de sa finalité : ne pas simplement rendre compte de ce que fait la recherche juridique ou sur le droit mais être partie prenante activement d’un procès de connaissance comportant tant d’enjeux à la fois pour la recherche et pour le devenir des sociétés.

 

Jacques Commaille

  1. dont on pourra voir un aperçu dans la revue Versus Droit & Sciences politiques dont l’un de ces étudiants est directeur de publication []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *