Présentation du réseau

Le Réseau Européen Droit et Société (European Network on Law and Society), créé progressivement sur la base du Cercle de Sociologie et Nomologie Juridiques fondé en 1979, a pour vocation de constituer un espace d’échanges au service de la recherche sur le droit, au niveau national, européen et international. À partir d’une vive conscience, dans ce domaine scientifique, de ce que sont les contraintes institutionnelles et, parfois, le poids des traditions, tant du côté des universités que de celui des structures de recherche, la création d’un réseau est apparue particulièrement bienvenue pour tenter d’assurer les liaisons nécessaires entre courants de recherche internes et externes à la sphère juridique, la transversalité entre les disciplines ou les écoles de pensée susceptibles d’être impliquées. Avec la création de ce réseau, l’objectif a été ainsi de favoriser un développement de la recherche sur le droit échappant aux cloisonnements disciplinaires, soucieuse de replacer le droit dans son tissu social et dans son rapport au politique, de favoriser la dimension européenne et internationale des travaux et des réflexions qu’ils sont susceptibles de susciter.

Le REDS s’est ainsi inscrit opportunément en même temps qu’il est devenu un des acteurs importants du remarquable développement en France de la recherche sociologique et politique sur le droit au cours des dernières décennies. Son influence se manifeste notamment grâce à :

  • son engagement dans l’organisation ou la tenue sous son égide de séminaires ou de colloques, sa contribution à la tenue de congrès internationaux dans le cadre notamment du Research Committee « Sociology of Law » de l’Association Internationale de Sociologie (ISA-RCSL) ;
  • son soutien aux jeunes chercheurs en les invitant à participer aux activités d’échanges dont il a l’initiative et en les encourageant ou en les accompagnant dans la réalisation de leur thèse, de leurs travaux de recherche ainsi que dans leurs projets de publication ;
  • son activité de promotion de la recherche française sur le droit et la société au niveau international grâce à sa forte implication dans les activités de l’ISA-RCSL, dans celles du Comité de recherche « Sociologie du droit » de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française, dans la Law and Society Association ; par l’engagement de deux de ses créateurs dans la fondation et la mise en œuvre de l’International Institute for the Sociology of Law (Jacques Commaille et André-Jean Arnaud ayant été parmi les fondateurs, ce dernier ayant été nommé premier directeur scientifique) ; dans les activités de l’Académie Européenne de Théorie du Droit à Bruxelles sous l’égide de laquelle a été mis en place un Master européen ; dans son affiliation au World Consortium of Law & Society ; dans son partenariat lors de la mise en œuvre de plusieurs programmes de l’UNESCO ;
  • l’implication de plusieurs de ses membres dans une intense politique de publications placées sous l’égide de l’Association Française pour la Recherche sur le Droit et la Société (association Loi 1901 qui administre le REDS). C’est ainsi que furent publiés un Dictionnaire Encyclopédique de Théorie et de Sociologie du Droit ainsi qu’un Dictionnaire de la globalisation. Droit, Science Politique, Sciences Sociales dans lesquels plusieurs des membres du REDS ont été tant organisateurs que contributeurs. La publication de la revue Droit et Société est également assurée par l’association ainsi que les collections d’ouvrages « Droit et Société », « Droit et Société. Recherches et Travaux », « Droit et Société Classics », dirigées par des juristes, sociologues et politologues membres du REDS.

Par l’ensemble de ces activités, le REDS s’efforce de représenter un espace d’échanges et de dialogues inspiré d’une conception de la recherche sur le droit décloisonnée du point de vue :

  • des disciplines et des modes d’institutionnalisation de la recherche,
  • des territoires géographiques,
  • des rapports entre les chercheurs, les professionnels et les citoyens.

Le REDS prétend ainsi s’inscrire positivement dans les évolutions actuelles les plus novatrices de la recherche en général. Il aspire, en outre, à participer non seulement à une recherche de sens sur le droit, ses transformations mais aussi à celle du sens que l’analyse du droit et de ses transformations permet de donner à des processus plus généraux à l’œuvre au sein des sociétés afin de contribuer ainsi à leur théorisation.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *